A la recherche de l'immortalité

 Les travaux menés sur les cellules souches laissent, entre autres, espérer qu'on pourra réparer des organes chez des patients âgés.

Des chercheurs français ont réussi à « reprogrammer » des cellules âgées pour qu'elles rajeunissent. Une nouvelle piste qui permettra peut-être un jour de vivre éternellement…

Imaginez un monde où notre espérance de vie dépasserait les 120 ans, où les vieillards n'auraient plus la peau frippée et ne souffriraient plus d'arthrose ni de cataracte.

Pure science-fiction?

 Pas certain. Car les progrès de la thérapie génique offrent des perspectives insoupçonnées de rajeunissement et de réparation d'organes vitaux. Des chercheurs français viennent ainsi de réussir ce que l'on pensait impossible : offrir à des cellules centenaires une cure de jouvence.

Des cellules centenaires rajeunies. Les chercheurs de l'Institut de génomique fonctionnelle de Montpellier ont réussi, en laboratoire, à « manipuler le destin » de cellules âgées de plus de 100 ans. A ce stade ultime de vieillissement, elles ont épuisé leur capital et ne se reproduisent plus.

 Reprogrammées in vitro, ces vieilles cellules sont passées de l'état adulte au stade de cellules souches embryonnaires et ont ainsi retrouvé leur jeunesse
« Au passage, nous avons réussi à effacer toutes les marques de vieillissement », détaille le responsable des recherches, Jean-Marc Lemaître. Ces travaux ouvrent la voie à la réparation d'organes ou de tissus chez des patients âgés. « On pourra à terme reprogrammer des cellules issues du patient pour corriger des lésions, effacer des marques de vieillissement ou retarder des pathologies neurodégénératives liées à l'âge, ce qui permettra de vivre mieux et plus longtemps », souligne le chercheur.

La durée de vie d'une souris rallongée de 30%. La médecine régénérative s'appuie notamment sur des expériences pratiquées sur les animaux. Des chercheurs ont ainsi rallongé de 30% la vie d'une souris commune en manipulant ses gènes pour retarder son vieillissement.

Dans les années 1990, des chercheurs américains avaient réussi à accroître la durée de vie d'un ver en bloquant les gènes récepteurs des hormones de croissance. En d'autres termes, en l'empêchant de grandir. « De nombreuses recherches sont pratiquées sur certaines espèces comme l'hydre d'eau douce ou la salamandre, capables de se régénérer si on leur coupe une partie du corps, explique Jean-Marc Lemaître. On s'intéresse aussi aux capacités régénératives du poisson-zèbre, capable de reconstruire son cœur, même s'il a été blessé ou amputé. »

Cellules souches : l'arme antivieillissement.

Plus nous vieillissons, plus nos cellules se dégradent en perdant des morceaux d'ADN et moins nos tissus se renouvellent.

Des milliers de laboratoires travaillent donc à la fabrication de cellules souches, présentes dès les premiers jours de notre vie embryonnaire. Réintroduire ces cellules fraîches dans le corps fatigué d'un patient âgé ou malade permettrait de lutter contre certaines pathologies et d'agir comme « antirouille » sur certaines parties de son organisme.
En 2007, des chercheurs américains et japonais ont ainsi réussi à reprogrammer des cellules de peau humaine en cellules souches capables de régénérer n'importe quel tissu.
Le génie tissulaire permettra peut-être demain de faire repousser des morceaux de muscles ou de tendons. En 2009, le prix Nobel de médecine a récompensé trois chercheurs américains qui ont découvert une enzyme naturelle capable de réparer notre ADN.
source