Addiction, l'autre poudre blanche

Le sucre serait-il aussi addictif que la cocaïne ?

C'est ce que semblent montrer les expériences de Serge Ahmed et son équipe à Bordeaux. Reste à savoir si notre surconsommation de sucre est seule responsable de l'épidémie mondiale d'obésité.  Titre original : L'autre poudre blanche - Année de production : 2015 - Durée : 4 min 04 - Réalisateur : Nicolas Baker et Claude Delhaye - Producteur : CNRS Images

La vraie dépendance se caractérise par : (1)

- une avidité : une perte de contrôle de soi ;
- une tolérance : il faut toujours consommer plus pour obtenir l’effet désiré ;
- des symptômes de sevrage : manque à l’arrêt.

Or :

- la préférence pour le goût sucré diminue avec l’âge ;

- le sucre n’entraîne pas de développement de tolérance : il n’est pas nécessaire d’en consommer toujours plus pour obtenir l’effet recherché ;

- les obèses n’ont pas un goût plus marqué pour le sucré que les personnes de poids normal ;

- l’obésité augmente tandis que la consommation de sucre reste stable depuis 40 ans ;

- certaines personnes utilisent la nourriture (pas un aliment en particulier, ni forcément un goût sucré) comme une drogue/toxique, pour se "remplir", mais il s’agit alors d’un comportement pathologique type boulimique ;

- jamais de symptôme de sevrage observé à l’arrêt d'une consommation d'aliments sucrés (contrairement à la nicotine par exemple).

Est-ce qu’en se privant justement du goût sucré et d’aliments sucrés (comme dans certains régimes amaigrissants), on ne risque pas d’exacerber son envie de consommer des produits sucrés ?

Les interdits et les régimes très restrictifs favorisent la frustration et donc des effets pervers non négligeables de compensation ! Supprimer les sucres provoque en plus une dégradation de l’humeur : le cerveau se nourrit essentiellement de sucre !

(1) Allodocteurs.Fr