Longévité : Lien entre la longévité et le métabolisme lipidique

La biologie contemporaine prête attention aux problèmes liés à l’espérance de vie. Des progrès ont été faits: des chercheurs russes et leurs collègues étrangers ont réussi à partiellement comprendre l’influence des mécanismes du métabolisme lipidique sur la longévité.

Les scientifiques russes de Skoltech et de l’Institut des problèmes de la transmission de l’information de l’Académie russe des sciences et leurs collègues étrangers ont découvert un lien entre l’espérance de vie d’une espèce et son métabolisme lipidique. La revue Scientific Reports publie un article à ce sujet.

© SPUTNIK. A.GAVRILIOUK

Selon la chercheuse de Skoltech et de l’Institut Ekaterina Khrameeva, le lien découvert est un résultat important mais les données sur les espèces de mammifères, découvertes par l’équipe, sont encore plus précieuses.

« Auparavant, l’évolution d’un lipidome n’était étudiée que pour quatre espèces. Nos données concernant 35 espèces pourraient permettre d’obtenir de nouveaux résultats plus intéressants », raconte Mme Khrameeva.

L’espérance de vie d’un humain n’est pas un indice constant : elle n’a cessé d’augmenter avec le développement de la science et de la médecine. Aujourd’hui, les humains vivent plus de 60 ans dans la plupart des pays du monde et au Japon et dans plusieurs autres pays, elle est de plus de 80 ans.

Dans le même temps, pour un grand nombre d’espèces, une durée maximale de vie existe. Dès que les animaux l’atteignent, ils meurent de vieillesse. Ces dernières années, les scientifiques discutent de la question de savoir si les humains sont eux aussi concernés par un tel mécanisme.

Les scientifiques ont supposé que la différence d’espérance de vie entre les espèces pourrait provenir des interactions entre les cellules des organes et les molécules lipidiques. Pour vérifier cette théorie, les chercheurs ont comparé la structure moléculaire de 669 échantillons lipidiques.

Les scientifiques ont ainsi découvert que les particularités dans la structure des molécules lipidiques, utilisées dans les cellules, étaient liées à la durée de vie des mammifères. Selon les estimations des chercheurs, les particularités moléculaires influent sur la vitesse du métabolisme.

source : © Sputnik. Alexei Danichev

Dataset. ( A ) l' arbre phylogénétique des 35 espèces utilisées dans cette étude. Les couleurs montrent l'identité de clade et la MLS d'espèces, avec des nuances plus foncées représentant plus MLS. ( B ) la distribution MLS Espèce au cours des années. Chaque point représente une espèce. Les couleurs sont comme dans le panneau a. ( C ) Nombre de composés lipidiques mesurée dans chaque tissu. ( D ) Relations entre les MLS des espèces et la masse corporelle. Les couleurs sont aussi dans le panneau a. Les cercles ouverts indiquent les espèces déviant de la relation linéaire entre MLS et la masse corporelle. La ligne pointillée montre l' ajustement du modèle linéaire pour les autres espèces (F-test, p <0,05). MLS a été normalisé à la valeur maximale MLS au sein de chaque clade. RMN - nue rat-taupe, HM - humain, GS - écureuil gris, CBWB - chauve - souris coudé à ailes commune, RBFB - grands pieds bat Rickett, CHB - rhinolophe chinois. ( E ) Nombre de composés lipidiques de chaque tissu après élimination des composés apparentés aux facteurs de confusion. source : http://www.nature.com/articles/s41598-017-00037-7/figures/1
Longue durée de vie des lipides associés. ( A ) le changement de niveau de concentration et de distribution double liaison de prédicteurs MLS longues appartenant à des sous-classes de deux lipides dans six tissus. Modification du niveau de concentration est calculée comme la différence entre la moyenne des niveaux de concentration de l'espèce longue durée de vie et de toutes les autres espèces de chacun des clades. Le panneau de gauche montre le changement de concentration médiane de MLS longues prédicteurs appartenant à la série et triacylglycérol lipides sous-classes Glc simples espèces à longue vie. Les barres d'erreur indiquent les 0,25 à 0,75 intervalles inter-quintile. Important changement de concentration vers des valeurs inférieures et supérieures en espèces à longue vie est indiqué par les couleurs bleu et rouge, respectivement. Enrichissement significatif des prédicteurs MLS parmi les composés détectés dans une sous-classe de lipides donnée est représentée par des lignes épaisses et astérisques. La ligne pointillée verticale indique la variation de concentration médiane pour tous les prédicteurs MLS longues. Panneau de droite montre le nombre double liaison médiane et ses 0,25 à 0,75 intervalles inter-quintile pour les mêmes sous-classes lipidiques comme dans le panneau de gauche. Nombre significativement plus élevé ou plus bas de doubles liaisons dans un groupe lipidique donné est représenté par le rouge et bleu , respectivement, ainsi que des lignes épaisses et astérisques. La ligne pointillée verticale indique le nombre médian de doubles liaisons dans tous les prédicteurs MLS longues. ( B ) une variation de séquence Enzyme ADN. Distributions des valeurs dN / dS des enzymes liées aux prédicteurs lipidiques de longues MLS (couleurs foncées), et les enzymes liés à d' autres lipides détectés dans notre jeu de données (couleurs plus légères), dans les tissus du cerveau et non neuronaux (foie, muscle , et les reins) chez les espèces à long vivant. Les astérisques indiquent la valeur p gamme * p <0,05, ** p <0,01, *** p <0,001. http://www.nature.com/articles/s41598-017-00037-7/figures/3
[cite]