JEAN-POL TASSIN: L’ADDICTION VUE DE L’INTÉRIEUR DU CERVEAU
UNE CONFÉRENCE DU NEUROBIOLOGISTE FRANÇAIS, DONNÉE AUX «ERNEST» ORGANISÉS PAR NORMALE SUP', CETTE CONFÉRENCE A ÉTÉ DONNÉE À PARIS LE 13 FÉVRIER 2010

VIDÉO : Jean-Pol Tassin: l'addiction vue de l'intérieur du cerveau

Arrêter de fumer ? Ne comptez pas sur les patchs à la nicotine !

Les patchs et les gommes à la nicotine seraient inutiles pour arrêter de fumer. 

Rien de plus logique pour le professeur Jean-Pol Tassin, qui explique depuis plusieurs années que la nicotine, à elle seule, ne rend pas dépendant et que tous ces substituts de la cigarette n'en sont donc pas. Plongez avec lui dans la chimie du tabac.

85% des personnes qui arrêtent de fumer avec des gommes ou des patchs à la nicotine vont rechuter.

Avec un placebo, le pourcentage monte à 90%. La différence est donc minime et prouve bien l’inefficacité des patchs nicotiniques. Les résultats de la dernière étude américaine ne font que confirmer ce phénomène.

 On sait depuis quelque temps que la nicotine n’est pas le facteur unique de l’addiction tabagique. Il existe plus de 3000 composés dans la chimie du tabac, dont certains sont présents naturellement ou ajoutés ; c’est le cas des sucres. Théoriquement, ces sucres servent à adoucir la fumée et à donner du goût. Mais leur véritable objectif pourrait être tout autre.Ces sucres sont en effet importants dans le développement du phénomène d’addiction. Quand ils se décomposent, par l’action de la chaleur, ils fabriquent des aldéhydes, qui sont des inhibiteurs des monoamines oxydases, des enzymes qui dégradent les neuromodulateurs dont la tâche est de transmettre l’information dans le cerveau.

Quand on observe le cerveau des fumeurs, on constate que l’activité de ces enzymes baisse de 40%. Bloquer ces enzymes augmente la quantité de neuromodulateurs. Or, pour que la nicotine soit addictive, il faut que la quantité de certains neuromodulateurs soit plus élevée que la normale.Seule, sans tabac, la nicotine active la noradrénaline, qui est chargée de traiter les événements extérieurs. Ce neuromodulateur agit en temps normal de manière couplée avec la sérotonine, dont le rôle est de protéger des événements extérieurs. Or la nicotine bloque l’action de la sérotonine. Sous l’effet de la nicotine, la noradrénaline est donc activée, mais comme la sérotonine est stoppée, le système se grippe. On peut donc dire que la nicotine active la noradrénaline mais serre les freins de la sérotonine.

 C’est là qu’interviennent les sucres : ils empêchent la nicotine de serrer les freins de la sérotonine en augmentant sa quantité et mettent ainsi en marche le système noradrénaline-sérotonine. Le "miracle" du tabac, c’est que la cigarette contient à la fois le produit addictif, la nicotine, et ceux qui lui permettent d’être actif, les inhibiteurs des monoamines oxydases. Toutes les drogues qui entraînent une dépendance activent au niveau moléculaire ce système.

Visuels choc sur les paquets de cigarettes américains, Visuels choc sur les paquets de cigarettes américains,  "Les cigarettes rendent accro", le 10 novembre 2010 (R.B.LEVINE/SIPA)L’addiction viendrait du fait que les drogues provoquent un découplage entre la noradrénaline et la sérotonine. Chez le toxicomane en manque, les deux systèmes ne fonctionnent plus en harmonie, ce qui provoque un malaise. Reprendre du produit, c’est réactiver l’ensemble noradrénaline-sérotonine et soulager ce manque.

C’est pour cela que les fumeurs vont en quelque sorte s’auto-médiquer et se retourner vers la cigarette, d’autant plus que le tabac est un des produits les plus addictogènes qui soit : 28% des gens qui ont fumé vont devenir dépendants (contre 15% pour la cocaïne).Et ça ne dépend pas de la quantité de nicotine absorbée, mais bien plutôt de la vulnérabilité de l’individu[1]. La sensation de manque est en effet un phénomène psychique qui s’appuie sur le processus physiologique que je viens de décrire. Le malaise dû au découplage du couple noradrénaline et sérotonine n’apparaît que lorsqu’il y a perception et  traitement – éventuellement inconscient – de l’environnement. On ne ressent d’ailleurs pas le manque lorsque l’on dort.Vous l’aurez compris : ce n’est donc pas la nicotine à elle seule qui crée l’addiction et l’effet de manque.

C’est pourquoi tout substitut tabagique efficace ne peut être constitué de la seule nicotine, mais doit être allié à un produit qui débloque la sérotonine, afin d’éviter la souffrance liée au découplage.

Pourquoi alors les patchs semblent-ils fonctionner sur le court terme ?

Simplement parce ce que, lorsqu’on a fumé pendant longtemps, les inhibiteurs des monoamines oxydases, ces enzymes qui empêchent la nicotine d’agir en maintenant les neuromodulateurs à un niveau faible, restent présents dans l’organisme pendant quinze jours à trois semaines. Pendant ce temps, la nicotine du patch peut agir sur le cerveau comme lorsque le patient fumait !

Petit à petit, le corps va se libérer de ces substances accumulées qui inhibaient les monoamines oxydases. Et ce n’est pas sans raison que la première vague de rechute avec "substitut nicotinique" se situe 15-20 jours après la dernière cigarette.

Sur le long terme, s’il existe une différence minime entre patchs et placebo, elle pourrait s’expliquer par la motivation. Les gens qui prennent des gommes pourraient être en plus grande souffrance. Quant à ceux qui continuent à mâcher des gommes même s’ils ont arrêté de fumer depuis bien longtemps, c’est vraisemblablement parce que ce sont des excitants qui augmentent l’attention et les capacités intellectuelles.

Il est important que les personnes qui souhaitent arrêter de fumer soient au courant et ne culpabilisent pas si elles ne parviennent pas, même avec l’aide d’un patch ou d’une gomme, à arrêter la cigarette. 

A SAVOIR : [1] 75% des gros fumeurs sont anxio-dépressifs et utilisent le tabac comme une automédication pour supporter leurs malaises psychiques.

Propos recueillis par Daphnée Leportois
Par 
 neurobiologiste