Restaurer la vue : nous passons du rêve à un début de réalité

José-Alain Sahel est chef de service au Centre Hospitalier National d’Ophtalmologie des Quinze-Vingts, à la Fondation Ophtalmologique Rothschild et fondateur du prestigieux Institut de la vision, l’un des plus importants centres de recherches ophtalmologiques internationaux.

Son équipe a été l’une des premières en Europe à implanter une rétine artificielle. Clinicien/chercheur, il estime que son domaine de recherche vit « un véritable tournant ». « Que ce soit pour redonner partiellement la vue à certains aveugles ou pour empêcher une perte de vision jusque-là inéluctable à des stades plus précoces des maladies rétiniennes, nous sommes en train de passer du rêve à un début de réalité ».
De la rétinite pigmentaire à la dégénérescence maculaire lié à l’âge (DMLA), l’activité de recherche fondamentale et clinique de José-Alain Sahel est centrée sur la compréhension des mécanismes de la dégénérescence rétinienne, ainsi que la conception, le développement et l’évaluation de traitements innovants.
Les recherches fondamentales et les nouvelles approches, initiées il y a 20 ans par le professeur Sahel et ses équipes, portent aujourd’hui leurs fruits et nombre des projets menés entrent en application clinique.
Des essais de thérapies géniques et de thérapies cellulaires, le lancement de lunettes à réalité augmentée où des essais sur de nouvelles rétines artificielles (fabriquées en France) sont en cours ou à venir dans un futur proche. Des milliers de patients pourraient bénéficier de ces nouveaux traitements.

VUE

VUE

« Les progrès dans l’imagerie au niveau cellulaire de l’œil ainsi que les avancées en neurosciences, génomique ou optique physique, nous ont permis d’obtenir des caractérisations de plus en plus précises du phénotype et du génotype des dégénérescences rétiniennes et de mettre en place des pistes thérapeutiques prometteuses. Ils nous ont apporté les outils et concepts nécessaires à une médecine à la fois plus technologique et plus individualisée et nous permettent aujourd’hui d’envisager sérieusement la réparation d’une fonction centrale de relation au monde et aux autres, loin des fantasmes et dangers de la quête d’un homme augmenté, et sans jamais oublier que ni l’œil, ni l’être humain ne sont des machines », précise le professeur Sahel.
C’est cette formidable aventure - aventure partagée entre chercheurs du privé et du public, patients, médecins mais aussi industriels – que le Pr Sahel vient partager au collège de France. Il donnera sa leçon inaugurale, « Rapprocher les regards », le 21 janvier 2016. Ses cours, Voir encore, la restauration visuelle en perspectives, auront lieu les mercredis à 10h30 à partir du 17 février et seront systématiquement suivis de séminaires donnés par des pionniers de ces recherches. L’ensemble du cycle d’enseignement sera disponible sur notre site web.
[google-drive-embed url="https://drive.google.com/file/d/0B0aotEthtsUnZ3M0bXY5a1Jtc1U/preview?usp=drivesdk" title="RESTAURER-LA-VUE.pdf" icon="https://ssl.gstatic.com/docs/doclist/images/icon_12_pdf_list.png" width="130%" height="500" style="embed"]
Accéder à l’intégralité du dossier de presse >> http://bit.ly/1SrRman

source : Collège de France

Voir aussi : mirror.co.uk

 

Pin It on Pinterest

ut venenatis facilisis id, Lorem venenatis,
Futurologie-Innovation, Ophtalmologie Restaurer la vue, du rêve à la réalité