Qu’est-ce que le Reishi et quels sont ses bienfaits sur l’organisme !

Qu’est-ce que le Reishi et quels sont ses bienfaits sur l’organisme !

Qu’est-ce que le Reishi et quels sont ses bienfaits sur l’organisme !

Reishi

Reishi

Le reishi (Ganoderma lucidum) est utilisé à des fins médicinales depuis plus de deux mille ans. Les anciens le surnommaient à juste titre «le champignon de l’immortalité»… ¤ En effet, au cours des dernières décennies, les chercheurs ont analysé les divers composés présents dans ce champignon. La science a ainsi validé les multiples propriétés qui assurent à l’organisme une protection globale contre diverses pathologies qui diminuent la longévité. ¤

Parmi la centaine de composés actifs présents dans le reishi, on a identifié trois substances spécifiques possédant de puissants effets :

Les polysaccharides

    (hydrates de carbone), qui ont des effets anticancéreux grâce à leurs capacités à prévenir la formation anormale de vaisseaux sanguins et à renforcer le système immunitaire.

Les triterpènes

    , qui protègent le foie ; diminuent la pression artérielle, abaissent le taux de cholestérol, préviennent l’agrégation des plaquettes et, ainsi, diminuent le risque d’AVC et de crise cardiaque, luttent contre les réactions allergiques déclenchées par l’histamine et, enfin, possèdent une activité anticancéreuse.

Le «Ganoderma lucidum peptide»

    , qui possède de puissantes propriétés antioxydantes.

¤ Le reishi contient également d’autres composés uniques favorisant l’activation des récepteurs de surface cellulaire qui modulent l’immunité et une protéine spécifique antitumeur nommée LZ-8. Ce sont la concentration et l’équilibre entre ces différents composants qui expliquent les multiples activités bénéfiques du reishi. Ainsi, la découverte la plus spectaculaire de ces dernières années est son impact sur la longévité, grâce à ses composants les plus actifs. Les chercheurs ont trouvé que le reishi améliorait tous les systèmes immunitaires cellulaires en stimulant la production d’anticorps destinés à obtenir ou déclencher une réponse immunitaire saine, tout en réduisant le mécanisme de production des cytokines inflammatoires. En outre, ce qui rend ce champignon unique, c’est sa capacité à agir de façon ubiquitaire, déclenchant d’importants changements qui participent à l’augmentation de la longévité :

    • il protège l’ADN cellulaire contre les dommages oxydants qui contribuent au vieillissement et au cancer ;
    • il protège l’ADN mitochondrial et les mitochondries contre les dommages oxydants qui affaiblissent leurs capacités à produire de l’énergie et les rendent inefficaces, une autre cause majeure du vieillissement ;
    • il augmente les niveaux et l’activité des enzymes antioxydantes intracellulaires, ce qui diminue l’oxydation des membranes cellulaires. En effet, il favorise la production endogène d’enzymes antioxydantes telles que la superoxyde dismutase (SOD), la catalase et le glutathion ;
    • il protège les reins des dommages oxydatifs et, ainsi, limite les risques d’insuffisance rénale ;
    • il augmente l’activité protectrice des cellules souches hématopoïétiques, des lymphocytes T et d’autres facteurs cruciaux immunitaires. Il accroît le nombre et les fonctions de toutes les lignées de cellules, en particulier les « Natural Killer Cells », ainsi que les « T cells » responsables de la réponse antigénique ;
    • il va promouvoir la spécialisation et l’activation des cellules dendritiques et celles des macrophages qui permettent de réagir à des menaces virales ou cancéreuses en soutenant la production d’anticorps par les lymphocytes B ;
    • il s’oppose aux cytokines inflammatoires responsables des douleurs en cas d’arthrite rhumatoïde. Des études ont aussi montré que l’extrait de Reishi inhibe certaines réactions allergiques, incluant des effets positifs sur l’asthme et la dermatite de contact ;
    • il augmente l’expression d’un des gènes de la longévité et accroît l’espérance de vie de multiples espèces, allant des levures et des vers primitifs jusqu’aux mammifères tels que les souris.

En effet, les chercheurs ont mis clairement en évidence, lors d’une étude réalisée sur des souris de laboratoire, que la consommation de reishi était reliée à une augmentation de la durée de vie des animaux située entre 9 et 20 %, soit l’équivalent de sept à seize ans d’espérance de vie supplémentaire chez l’homme ! ¤ Ainsi, en contrant les mécanismes de l’immunosénescence, c’est-à-dire la détérioration naturelle progressive du système immunitaire global, le reishi va s’opposer aux maladies causant une mort prématurée, allongeant ainsi la vie. Ce sont donc bien ses propriétés à large spectre qui permettent de prévenir et de traiter de multiples pathologies liées à l’âge et de cibler le vieillissement à ses origines. ¤ De nouvelles technologies d’extraction ont permis l’obtention d’un extrait de reishi qui rend ses composés actifs encore plus « biodisponibles ». Et quand la plupart des extraits du marché sont standardisés en polysaccharides, Reishi Extract est quant à lui également standardisé en triterpènes. Ainsi, l’apport de deux capsules par jour fournit le spectre complet des composés actifs et permet donc de soutenir pleinement la fonction immunitaire et d’augmenter naturellement la longévité.

Ce qu’il faut retenir : ¤ Des études récentes montrent que le reishi contient des centaines de composés actifs capables de lutter contre les multiples pathologies liées à l’âge :

  • • il prolonge l’espérance de vie, lors d’expérimentations animales, de 9 à 20 % ;
  • • il stimule le système de vigilance immunitaire contre les cellules cancéreuses, ce qui pourrait réduire le risque de développer une tumeur mortelle ;
  • • il est capable de réguler à la baisse un système immunitaire trop vigoureux et contribue donc à apaiser les symptômes des allergies, de l’asthme et des maladies auto-immunes ;

• indépendamment de leurs effets immunomodulateurs, ses molécules actives s’avèrent prometteuses dans la lutte contre les maladies neurodégénératives, l’obésité, le diabète et les maladies hépatiques.

Le Reishi, aussi connu sous le nom de Ganoderma lucidum ou lingzhi en chinois, est un champignon qui est depuis longtemps vénérée en Asie pour ses bienfaits liés à l’immunité, anti-vieillissement, et bien-être global. Avec une histoire de 4000 ans d’utilisation enregistrée, c’est l’un des plus anciens, et l’un des plus précieux produit naturel tonique dans la médecine traditionnelle chinoise. Depuis les temps anciens en Chine, le Reishi a été référencé et mentionné dans la littérature et les textes médicaux comme une «herbe miracle ». En raison de cette riche histoire, et de sa popularité parmi les membres des familles dynastiques et de la noblesse, le Reishi jouit encore d’une vénération singulière et particulière dans de nombreux pays d’Asie. En outre, en raison de ses avantages pour la santé puissants, il est recherché intensivement par les médecins et scientifiques du monde entier aujourd’hui. L’anatomie du Reishi

reishi_anatomie

reishi_anatomie

Pour reconnaître un Reishi mature, nous considérons la structure anatomique de la plante, ainsi que sa puissance à différents stades de son cycle de vie, afin d’obtenir un supplément à spectre complet qui vous livrera le plus d’avantages nutritionnels. Le Reishi adulte formé contient des composants actifs tels que des polysaccharides, des triterpènes(acide spécifiquement ganodérique), des acides aminés et alcaloïdes, qui sont censées renforcer le soutien immunitaire et le bien-être général en pleine santé. Lorsque le champignon arrive à maturité, les graines minuscules (connu sous le nom de spores ), tombent du chapeau du champignon. Les spores contiennent le matériau le plus bioactif du champignon, contenant des niveaux beaucoup plus élevés de constituants actifs que le champignon lui-même. Les spores ont une coque externe dure qui se décompose délicatement afin de libérer leséléments nutritifs qui peuvent être extraites et facilement absorbée par le corps. Comme la plupart des graines, les spores de Reishi contiennent de l’huile. Les spores de Reishi contiennent des niveaux extrêmement élevés de triterpènes. Une huile est obtenue des spores, cet « or liquide », est une huile transparente est dissoute, puis prélevé à l’aide d’une action chimique naturelle telle que peut l’être la fermentation ou la maturation, la technologie d’extraction reste cependant très délicate et critique. L’huile des spores de Reishi est rare dans la nature, car elle nécessite une grande quantité de champignons Reishi et les spores ne produisent que quelques gouttes d’huile de spores. Les nutriments essentiels Le Reishi est connu pour contenir les constituants bio-actifs suivants, qui soutiennent votre corps pour retrouver équilibre et vitalité, ainsi que faciliter le fonctionnement normal de vos organes.

Polysaccharides: Bêta D-glucane Triterpènes: acides ganodérique Stérols: ergostérol Alcaloïdes La riboflavine L’acide ascorbique Les acides aminés

Bienfaits pour la santé

Avec une riche histoire enregistrée de l’utilisation remonte à plus de 4000 ans, le Reishi ( Ganoderma lucidum ) a longtemps été vénéré dans les pays asiatiques pour sa capacité à améliorer la durée et la qualité de vie par conjurer la maladie et la fragilité qui vient avec l’âge, le maintien du bien-être général , et le renouvellement cellulaire facilité. En raison de sa rareté et de ses avantages pour la santé, il était à l’origine un luxe réservé uniquement aux familles de l’élite dynastiques et de la noblesse de l’Asie orientale. Dans les temps modernes, la notoriété du Reishi et son utilisation a considérablement augmenté et s’est propagé de par le monde, où il est devenu l’objet d’un nombre toujours croissant d’études et recherches scientifiques. Les avantages pour la santé du Reishi qui ont été observées dans la médecine traditionnelle chinoise depuis des milliers d’années et sont actuellement testées, vérifiées dans les centres de recherches occidentaux.

red_reishi

La recherche actuelle a montré que le Reishi est riche en un certain nombre de principes actifs, les plus notables étant les polysaccharides et les triterpènes . Polysaccharides Les niveaux élevés de polysaccharides puissants sont présents dans le Reishi, qui comprennent le bêta-D-glucan et des alcaloïdes, jouent un rôle crucial en aidant à:

  • Stimuler le système immunitaire , qui, comme nous vieillissons, s’affaiblit et rend le corps plus vulnérable aux infections virales et troubles du système immunitaire. Un système immunitaire fort aide également le corps à guérir et à renouveler ses cellules, ce qui peut atténuer un grand nombre des effets secondaires des traitements lourds de santé.
  • Renforcer le système cardio-vasculaire afin de promouvoir meilleure circulation sanguine et maintenir des concentrations normales de cholestérol sanguin.
  • Amélioration de la fonction hépatique afin d’améliorer ses capacités de détoxication et d’aider à nettoyer le corps.
  • Retarder l’apparition du vieillissement et embellir la peau .
  • Les Polysaccharides prémunissent contre la dégénérescence des cellules de la peau et aussi aider à éliminer les cellules mortes afin d’améliorer la santé et l’apparence de la peau, qui à son tour permet de s’attaquer à une variété de troubles liés à la peau.

Triterpènes L’abondance de triterpènes dans le Reishi, à savoir les acides ganodérique, est fortement associée aux bienfaits pour la santé suivants:

  • Soutien du système immunitaire . Les Triterpènes ont des propriétés similaires aux polysaccharides en fonction de leur capacité à soutenir le système immunitaire, ce qui est crucial pour traiter les symptômes associés aux traitements les plus lourds.
  • Régulation hormonale , qui est liée à la capacité des triterpènes visant à soutenir le système endocrinien.
  • Réduction du stress . Les Effets relaxants du Reishi et sa capacité à calmer l’esprit sont le résultat de connexion des triterpènes qui offre une maîtrise de la pression artérielle, aidant à éviter les conséquences de l’hypertension artérielle.

  Ce qu’il faut savoir : Important !

Le Ganoderma lucidum, contient des constituants importants qui peuvent aider à traiter la pression sanguine, le diabète, les infections et l’hépatite. En raison de ses effets sur le corps, le Ganoderma peut avoir des effets dangereux chez certaines personnes atteintes de certaines maladies et peuvent causer des interactions négatives avec certains médicaments. L’Utilisation à long terme du Ganoderma dans certains cas peut également causer certains effets secondaires. Effets secondaires spécifiques Si vous utilisez du Ganoderma pendant plus de trois à six mois, vous pouvez rencontrer certains des effets secondaires. Les effets secondaires courants à la prise de ganoderma sont des dérangements d’estomac, saignements de nez, bouche sèche et étourdissements, note l’Université du Michigan. Vous pouvez également avoir la gorge sèche, des démangeaisons, nausées et vomissements, dit le Centre Memorial Sloan-Kettering Cancer. En outre, vous devriez consulter votre médecin avant de prendre du ganoderma si vous êtes enceinte ou allaitant, conseille l’Université du Michigan. Risques de saignement Le Ganoderma peut augmenter votre risque d’hémorragie si vous êtes touché par une maladie du sang, parce qu’il interfère avec la coagulation du sang, selon une étude médicale citée par le Centre University of Pittsburgh Medical. Le Champignon Reishi contient de l’adénosine, une substance qui pourrait empêcher les plaquettes sanguines de s’agglutiner entre elles et de former des caillots, explique le Centre Memorial Sloan-Kettering Cancer. Vous devriez éviter de prendre du ganoderma si vous avez un traitement médical lié à des problèmes de saignement. Aussi, ne pas prendre de Ganoderma avant ou après une chirurgie ou un accouchement, met en garde l’Université de Pittsburgh . Interactions médicamenteuses Ganoderma peut interagir avec certains médicaments. Si vous prenez des médicaments pour liquéfier le sang, comme des anticoagulants ou antiplaquettaires, vous ne devriez pas prendre du Ganoderma en raison des risques de saignements accrus, dit le Centre Memorial Sloan-Kettering Cancer. Ces médicaments incluent l’aspirine, Plavix, Coumadin, héparine et d’autres, note l’ University of Pittsburgh Medical Center. Il en va de même pour les traitements de l’hypertension artérielle, car les champignons Reishi peut augmenter les effets des médicaments chimiques.D’autres interactions médicamenteuses potentielles avec le ganoderma implique les médicaments immunosuppresseurs. Références Memorial Sloan-Kettering Cancer Center: Champignon Reishi Université du Michigan Health System: Reishi University of Pittsburgh Medical Center: Reishi

Effets Cellulaires et Physiologiques de Ganoderma Lucidum – Red Reishi

Reishi

Reishi / Source : Méthodiste Research Institute, Clarian Health Partners, Inc, Indianapolis, IN 46202, USA. dsliva@clarian.org

En Asie, une variété de produits alimentaires ont été utilisés pendant des siècles comme des remèdes populaires pour prévenir ou traiter différentes maladies. Un grand nombre d’herbes et extraits de champignons alicaments sont utilisés pour le traitement de maladies. Des Champignons tels que le Ganoderma lucidum (Reishi), Lentinus edodes (shiitake), Grifola frondosa (Maitake), Hericium erinaceum (Yamabushitake), et Inonotus obliquus (Chaga) ont été cueillis et consommés en Chine, en Corée et au Japon depuis des siècles. Jusqu’à récemment, ces champignons étaient en grande partie inconnu en Occident et étaient considérés comme des champignons sans aucune valeur nutritive. Cependant, la plupart de ces champignons sont riches en vitamines, fibres et acides aminés et faible en matières grasses, cholestérol et calories. Ces champignons contiennent une grande variété de polysaccharides biologiquement actifs ayant des propriétés immunostimulantes, qui ont de puissants effets anticancéreux. En outre, d’autres substances bioactives, y compris les triterpènes, les protéines, les lipides, les cérébrosides, et des phénols, ont été identifiés et caractérisés dans ces champignons médicinaux. Ceci résume les effets biologiques du Ganoderma lucidum sur des molécules de signalisation spécifiques et des marqueurs biologiques, qui confirment ses effets thérapeutiques.

On l’appelle souvent « champignon de l’immortalité ». Les actions régulatrices du reishi s’étendent à de nombreux paramètres de l’organisme, préservant son équilibre. La majorité de ses effets concernent le système immunitaire, aussi bien pour renforcer ses fonctions que pour normaliser ses excès, en cas de maladies auto-immunes ou d’allergies, par exemple. Il diminue les inflammations et atténue la douleur. Par ailleurs, il accélère la régénération osseuse.

 Le reishi semble aussi favoriser une certaine lucidité, rappelant son nom latin lucidum. Ceux qui le consomment verront les divers aspects et dimensions de leur être s’harmoniser et leur propension à exprimer clairement leurs sentiments et besoins s’accroître. Il régularise aussi subtilement et profondément les systèmes nerveux, cardiaque, respiratoire ainsi que les fonctions hépatiques, protégeant par ailleurs le foie des toxines et des radiations.

Autres noms :

Ganoderma lucidum (latin), Ling Zhi (plante de l’esprit, en chinois), Mannentake (japonais), Varnished conk (anglais) Distribution : Répandu à travers toutes les régions tropicales, subtropicales et tempérées du monde. Il se développe de Mai à Novembre sur les arbres morts, tels les chênes, les érables, les ormes, les saules et les pruniers. On le trouve sur les troncs, près du sol ou sur les racines apparentes. Parties utilisées : Fruits. Certains produits sont fabriqués avec ses spores et/ou son mycélium.

 Propriétés médicinales :

 Immuno-modulateur

Le reishi est véritablement un amphotérique immunitaire, c’est-à-dire que, telle une amphore peut déverser son contenu d’un côté ou de l’autre, le reishi peut stimuler ou modérer divers paramètres de l’immunité, au besoin. Plus de 100 polysaccharides et 119 triterpénoïdes ont été isolés du mycélium et du fruit, la plupart d’entre eux étant étudiés pour leurs propriétés immuno-modulatrices. Il diminue donc les réactions allergiques et la sensibilité aux allergènes. Le reishi accroît d’autre part les capacités immunitaires de l’organisme, notamment en augmentant la production des macrophages, des cellules tueuses naturelles (« natural killer cells » ou NK), des lymphocytes T, des immunoglobulines, des interleukines 1 et 2 et des facteurs de nécrose des tumeurs. Il stimule la synthèse d’ADN par la moelle osseuse et la rate.

 Anti tumoral

Les études démontrent que l’effet anti-tumoral du reishi provient d’une modification de la réponse physiologique du corps. Les polysaccharides du reishi augmentent de 5 à 29 fois les facteurs de nécrose tumorale, les interleukines 1 et 6 et les lymphocytes T. Le reishi aide aussi à récupérer des dommages immunitaires causés par la chimiothérapie et la radiothérapie : par exemple, des études ont prouvé que le reishi avait permis de restaurer le fonctionnement des lymphocytes T chez des souris ayant subi des irradiations au niveau de la rate (Chen et al., 1995).

 Antimicrobien

Outre sa capacité de renforcer le système immunitaire, le reishi possède un certain effet directement antimicrobien. Il est plus efficace contre les virus que les bactéries, mais semble agir plutôt efficacement contre la Candia albicans, probablement à cause de l’ensemble de ses actions thérapeutiques.

 Tonique, antioxydant et protecteur hépatique

Le reishi soutient le bon fonctionnement du foie, il protège l’ADN de ses cellules contre les effets mutagènes des radiations et le nettoie des radicaux libres grâce à ses antioxydants.

 Glycémiorégulateur et hypocholestérolémiant

L’effet équilibrant du reishi et ses qualités de tonique hépatique diminue conséquemment le taux de cholestérol, de triglycérides et de sucre dans le sang. Les rages de sucre et les variations de la glycémie se feront progressivement moins importantes.

 Tonique nerveux et adaptogène

Le reishi harmonise le fonctionnement des systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire. Il améliore le fonctionnement des glandes corticosurrénales, diminuant ainsi les effets négatifs du stress. Il calme les douleurs et régularise l’humeur.

 Tonique respiratoire

Le reishi améliore les fonctions respiratoires en augmentant les capacités d’absorption de l’oxygène par les alvéoles pulmonaires. Il améliore aussi la respiration cellulaire. Ainsi, les chinois prennent régulièrement du reishi avant de réaliser une ascension afin de ne pas souffrir de l’altitude. Lord d’études cliniques menées en Chine dans les années ‘70 sur 2000 patients souffrant de bronchite chronique, 60 à 90% d’entre eux ont obtenu une amélioration marquée au bout de 2 semaines. Les patients les plus malades ont particulièrement bien répondu, surtout ceux souffrant d’asthme bronchique (Chang & But, 1986).

 Cardiotonique et hypotenseur

Le reishi permet d’améliorer les fonctions cardiaques et la circulation sanguine en affectant la viscosité du sang. Il diminue ainsi la tension artérielle. De même, des bénéfices ont été observés sur des maladies liées au système cardiovasculaires comme l’hyperlipidémie, les palpitations, la dyspnée et l’œdème (Chang & But, 1986). Lors d’une étude clinique réunissant 33 patients, un extrait aqueux a permis d’inhiber l’agrégation plaquettaire et a donné des résultats positifs dans le traitement de l’athérosclérose (Tao & Feng, 1990).

 Anti-inflammatoire

Bien qu’il augmente la production d’interleukines 2, 6 et 8, aux propriétés inflammatoires, le reishi possède paradoxalement une activité anti-inflammatoire. Cette apparente contradiction s’explique par le fait que l’activité du Reishi peut être bidirectionnelle, selon la concentration en polysaccharides contenus dans le reishi (Gao et al., 2000).

Selon la médecine ayurvédique

Le reishi apaise surtout les symptômes pitta et kapha, bien qu’il ne soit que rarement perturbant pour vata, lorsqu’utilisé en modération. Forces particulières des différents types de reishi :

Reishi rouge, Ganoderma lucidum : cœur, esprit, longévité
Reishi blanc, Ganoderma applanatum : fonction respiratoires, calme l’esprit, donne du courage
Reishi noir, Ganoderma sinensis : système urinaire et surrénales, sens auditif
Reishi jaune, Ganoderma sinensis : énergie de la rate, favorise la loyauté et l’honnêteté
Reishi mauve, Ganoderma sinensis : renforce muscles, ligaments, tendons et os, soulage les raideurs articulaires

 Indications :

faiblesse immunitaire, maladies auto-immunes
allergies, choc anaphylactique
asthme, bronchites chroniques, rhinite
stress
troubles de concentration
sénilité, Alzheimer
palpitations et arythmie cardiaques
hypertension artérielle
athérosclérose, hyperlipidémie
anorexie
œdème
inflammation cérébrale ou de la prostate
hyperplasie ostéogénique
fatigue, faiblesse, étourdissements
syndrome de fatigue chronique, neurasthénie
dystrophie musculaire progressive
virus d’Epstein Barr, mononucléose
hépatite B, hépatite chronique, cirrhose
diabète
leucopénie
ulcères duodénaux
insomnie, mauvais rêves
dégénérescence de la rétine
dyspnée

 Contre-indications :

Éviter pendant la phase aiguë d’une infection
Allergies aux champignons
Ne pas combiner aux fluidifiants sanguins synthétiques
Augmente la métabolisation par le foie de certains médicaments, dont les barbituriques, diminuant ainsi leurs effets

 Modes d’utilisation :

Afin de bénéficier au mieux de ses effets, il convient d’utiliser le reishi régulièrement sur une période d’au moins 4 à 6 semaines, lesquels seront largement durables, quelque soit le mode d’utilisation. On peut recommencer une cure de reishi chaque année, tous les 6 mois, toutes les saisons ou plus souvent encore, au besoin et selon les cas.

 Décoction

Bouillir 30g de reishi, en poudre ou divisé en morceaux grossiers, dans 3 litres de d’eau que l’on réduit à 2 litres. Cela prend environ 2 heures. Boire une demie tasse deux fois par jour, pendant 4 à 6 semaines. La décoction peut bien-sûr être intégrée à un bouillon de soupe.

 Teinture

Prendre de 40-60 gouttes dans un peu d’eau, 2 à 3 fois par jour, pour une concentration de 1:3. Il est aussi possible d’effectuer une double macération dans l’eau et l’alcool 94%, que l’on combine pour plus d’efficacité.

 Sirop

Bouillir encore davantage la décoction pour la concentrer au maximum et l’intégrer à un sirop, ou alors simplement ajouter une quantité égale de miel au concentré obtenu. Prendre 2 à 4 c. à soupe, 2 à 4 fois par jour, selon la concentration.

 Capsules

Le reishi peut aussi être réduit en poudre et ingéré en capsules ou en comprimés quelconque. L’équivalent d’environ 1 à 2 grammes* sont administrés aux repas, 2 à 3 fois par jour. *(Certains produits augmentent la concentration de la poudre sans pour autant en altérer la composition, en filtrant les lignanes, fibres peu digestes, par exemple.)

 Principaux constituants connus :

B-glucanes, hétéro-B-glucanes
B-(1-6)-glucuronoglucane
Mannogalactolucane
Ganodéranes
Acides ganodériques et ganodéréniques : triterpènoïdes
Protéine Ling Zhi-9
Arabinoxylanes, Glycoprotéines, Ergostérols et Bêta Glucanes
Lignanes

sources :  http://www.amessi.org/le-reishi-champignon-de-l-immortalite http://www.supersmart.com/ http://www.nature-energie-vitalite.com/

Pour citer cet article : "Qu’est-ce que le Reishi et quels sont ses bienfaits sur l’organisme !," in Laure Pouliquen Officiel, 24/05/2017, https://laurepouliquen.fr/quest-ce-que-le-reishi/,Laure POULIQUEN.
Secrets de Longévité

Secrets de Longévité

Épargnés par le cancer, le diabète et Alzheimer, des hommes et des femmes de petite taille intriguent les chercheurs qui tentent de repousser les maladies survenant avec l’âge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une captivante enquête sur les mécanismes du vieillissement par les réalisateurs de Mâles en péril.Dans une vallée reculée du sud de l’Équateur, le docteur Jaime Guevara rencontre un jour une population d’hommes et de femmes de petite taille, 1 mètre 20 en moyenne, et observe qu’ils n’ont ni le diabète ni le cancer. Il publie ses observations mais personne ne le croit… Valter Longo, lui, dirige des recherches sur le vieillissement à l’université de Los Angeles.

 

Son but : repousser les limites de la longévité.

Il étudie notamment une levure qui vit dix fois plus longtemps que la normale. Rapporté à l’homme, cela équivaudrait à huit cent années supplémentaires… Les routes de ces deux hommes vont se croiser – c’est le début d’une grande aventure scientifique.

 

Par quels mécanismes les petits hommes équatoriens sont-ils protégés de certains maux ? De Quito à Los Angeles, en passant par Tel-Aviv, le film suit pas à pas le cheminement d’une recherche révolutionnaire pour la compréhension et la prévention de maladies comme le cancer. Et dessine en pointillé les voies pour vivre en bonne santé… le plus longtemps possible.
Réalisateurs : Sylvie Gilman, Thierry De Lestrade, Producteurs : VIA DÉCOUVERTES, ARTE FRANCE

 

Pour citer cet article : "Secrets de Longévité," in Laure Pouliquen Officiel, 06/04/2017, https://laurepouliquen.fr/secrets-de-longevite/,Laure POULIQUEN.

Longévité, un lien avec le métabolisme lipidique

Longévité, un lien avec le métabolisme lipidique

Longévité : Lien entre la longévité et le métabolisme lipidique

La biologie contemporaine prête attention aux problèmes liés à l’espérance de vie. Des progrès ont été faits: des chercheurs russes et leurs collègues étrangers ont réussi à partiellement comprendre l’influence des mécanismes du métabolisme lipidique sur la longévité.

Les scientifiques russes de Skoltech et de l’Institut des problèmes de la transmission de l’information de l’Académie russe des sciences et leurs collègues étrangers ont découvert un lien entre l’espérance de vie d’une espèce et son métabolisme lipidique. La revue Scientific Reports publie un article à ce sujet.

© SPUTNIK. A.GAVRILIOUK

Selon la chercheuse de Skoltech et de l’Institut Ekaterina Khrameeva, le lien découvert est un résultat important mais les données sur les espèces de mammifères, découvertes par l’équipe, sont encore plus précieuses.

« Auparavant, l’évolution d’un lipidome n’était étudiée que pour quatre espèces. Nos données concernant 35 espèces pourraient permettre d’obtenir de nouveaux résultats plus intéressants », raconte Mme Khrameeva.

L’espérance de vie d’un humain n’est pas un indice constant : elle n’a cessé d’augmenter avec le développement de la science et de la médecine. Aujourd’hui, les humains vivent plus de 60 ans dans la plupart des pays du monde et au Japon et dans plusieurs autres pays, elle est de plus de 80 ans.

Dans le même temps, pour un grand nombre d’espèces, une durée maximale de vie existe. Dès que les animaux l’atteignent, ils meurent de vieillesse. Ces dernières années, les scientifiques discutent de la question de savoir si les humains sont eux aussi concernés par un tel mécanisme.

Les scientifiques ont supposé que la différence d’espérance de vie entre les espèces pourrait provenir des interactions entre les cellules des organes et les molécules lipidiques. Pour vérifier cette théorie, les chercheurs ont comparé la structure moléculaire de 669 échantillons lipidiques.

Les scientifiques ont ainsi découvert que les particularités dans la structure des molécules lipidiques, utilisées dans les cellules, étaient liées à la durée de vie des mammifères. Selon les estimations des chercheurs, les particularités moléculaires influent sur la vitesse du métabolisme.

source : © Sputnik. Alexei Danichev

Pour citer cet article : "Longévité, un lien avec le métabolisme lipidique," in Laure Pouliquen Officiel, 06/03/2017, https://laurepouliquen.fr/longevite-un-lien-avec-le-metabolisme-lipidique/,Laure POULIQUEN.
Au-delà de nos limites biologiques, Entretien avec Miroslav Radman

Au-delà de nos limites biologiques, Entretien avec Miroslav Radman

Au-delà de nos limites biologiques

Rêve ou cauchemar ? Depuis deux siècles, nous gagnons chaque année trois mois d’espérance de vie. Dans un avenir plus proche qu’on ne l’imagine, nous pourrons vivre cinquante, cent ans de plus. Discrètement, une équipe de chercheurs français a découvert les secrets de la longévité. Pour la première fois, celui qui la dirige nous raconte l’histoire de cette découverte qui va révolutionner l’humanité et relancer l’espoir de vaincre enfin le CANCER.

Miroslav Radman est l’un des papes de la biologie moléculaire, l’un des plus grands explorateurs des mécanismes de la réparation de l’ADN.

Professeur de biologie cellulaire à la faculté de médecine de l’université René-Descartes, membre depuis 2002 de l’Académie des sciences, grand prix Inserm 2003 de la recherche médicale, récompensé par une douzaine de prix scientifiques dont le prix européen FEMS André Lwoff 2011 pour ses contributions exceptionnelles en microbiologie, donnant des conférences dans le monde entier, publiant dans les plus grandes revues scientifiques internationales, ce Franco-Croate de 70 ans dirige également, à Split, un institut international des sciences de la vie. Vivre jusqu’à 150 ans en pleine forme, c’est ce que propose le chercheur Miroslav Radman. Fils d’un pêcheur croate, ce biologiste de 67 ans est convaincu qu’il est possible de prolonger la vie humaine en bonne santé, bien au-delà de ce qui est imaginable aujourd’hui. Souvent présenté comme un Christophe Colomb de la science, Miroslav Radman cherche là où les autres ne sont pas, et trouve sans savoir exactement ce qu’il cherche.

Pour lui la recherche scientifique relève d’une démarche artistique caractérisée par la créativité et la liberté d’esprit. Ayant découvert à 23 ans les principes de la mutagenèse, il en déduit quelques années plus tard une théorie sur le système de réparation de l’ADN, aujourd’hui dans tous les livres de biologie… A la recherche du secret de l’immortalité, il se passionne aujourd’hui pour l’étude des organismes ultra résistants dont une étrange bactérie : Deinococcus radiodurans, la bactérie du corned-beef, découverte en 1956 dans des conserves de viande stérilisées à coups de rayons gamma. Depuis que cette bactérie l’a mis sur le chemin d’un éventuel élixir de jouvence pour l’homme, le chercheur sollicite toutes les instances nationales et européennes de la recherche afin de trouver des financements pour poursuivre ses travaux. De l’Institut Necker où se trouve son laboratoire au Jardin des Plantes à Paris, Miroslav Radman nous invite à mieux comprendre ce projet à la fois fou et très sérieux :

« J’étudie comment la vie résiste aux changements en changeant elle-même, et cela concerne le vieillissement, le cancer, l’évolution des espèces » Miroslav Radman.

Production : Lucie Sarfaty

Pour citer cet article : "Au-delà de nos limites biologiques, Entretien avec Miroslav Radman," in Laure Pouliquen Officiel, 31/01/2017, https://laurepouliquen.fr/au-dela-de-nos-limites-biologiques-entretien-avec-miroslav-radman/,Laure POULIQUEN.

 

Qu’est ce que le Silicium Organique ?

Qu’est ce que le Silicium Organique ?

Qu’est ce que le Silicium Organique ?

Le SILICIUM ORGANIQUE (organo-silicié dans la famille duquel on trouve les silanols, silane-diols et silane-triols) se différencie du silicium minéral par la présence d’un (ou de plusieurs) atôme(s) de carbone associé(s) à de l’hydrogène. Sous cette forme, c’est un des éléments essentiels de la matière vivante, comme le prouvent les  dosages effectués aussi bien chez les plantes et les animaux que chez  l’homme. Dans le corps de ce dernier, on en trouve notamment une quantité importante dans les tissus, les cartilages, le thymus, les parois vasculaires, les surrénales, le foie, la rate, le pancréas, etc. Le corps en contient 6 à 10gr selon l’âge, soit 1mg/100ml de sang (deux foix plus que le fer !).

Le SILICIUM MINÉRAL est le principal constituant de l’écorce terrestre (27,80 % en poids) après l’oxygène (46,60 %). On le trouve sous forme amorphe ou cristalline dans de nombreuses roches telles que les granites, les sables, les argiles, etc.

silicium_7_raisons

silicium_7_raisons

Mais la quantité de silicium organique diminue chez l’homme avec le vieillissement, et ce de façon irréversible (nous perdons la moitié de notre Silice entre l’âge de 10 et 40 ans), car l’être humain est incapable de TRANSFORMER le silicium minéral qu’il ingère (dans les aliments, les boissons) en silicium organique. Or, le silicium minéral N’EST PAS ASSIMILABLE par l’organisme humain. Par contre, de nombreux micro-organismes et plantes (Diatomées, Radiolaires, champignons, etc.) sont capables, par des processus non expliqués, ou mal, à ce jour, ’effectuer cette transformation et d’assimiler ainsi le silicium organique qu’ils fabriquent à partir du silicium minéral originel.

En oligothérapie comme en nutrithérapie, le silicium est de plus en plus considéré comme indispensable pour le bon état des tissus conjonctifs, et surtout des fibres élastiques des tendons, ligaments et articulations, de la peau (antirides), des dents, cheveux et ongles, des vaisseaux veineux et artériels, etc ; Le silicium catalyse la croissance des foetus puis des enfants, harmonise la puberté des adolescents, équilibre le système nerveux et psychique, combat le prostatisme et les scléroses du vieillard, les verrues et les ostéites comme l’ostéoporose ou l’arthrose, l’hypertension artérielle comme l’hypercholestérolémie ou la goutte… !

On peut mieux comprendre l’efficacité de la silice lorsque l’on sait :

– Qu’elle est présente dans les mitochondries des ostéoblastes (coeur énergétique des cellules générant de l’os neuf) en une concentration supérieure à celle du calcium, du phosphore et du magnésium !

– Que les zones de calcification osseuse sont toujours plus imprégnées de silice que les autres sites corporels.

– Que la silice est omniprésente dans tous les tissus de soutien et de croissance, concentrée dans les mucopolysaccharides et l’élastine du conjonctif.

– Que les tissus les plus riches en silice organique sont, par ordre décroissant :  les os et cartilages, l’aorte, les muscles et la peau, les tendons, la rate, le pancréas, la thyroïde, le foie, les reins et le
coeur. Sous la forme d’acide silicique, on trouve cet ordre décroissant  : poumons, glandes lymphatiques, rate, ongles, surrénales, cordon ombilical, pancréas, thymus, foie, coeur, reins, cerveau, tendons et sang.

Que l’on trouve 14 à 20 fois moins de silice dans les artères et aortes athéromateuses que dans les mêmes organes sains.

– Que la silice est capable de rétablir le potentiel membranaire électrique négatif correct (membranes lipidiques) des cellules malades, ce qui s’avère absolument fondamental dans tous les processus des maladies dites « de civilisation » ou de stress, et dégénératives.

 

Fiche technique du Silicium Organique
Famille : Organo-silicié (ou silicium organique)
Dénomination scientifique : Monométhyl silane triol
pH : environ 6,6
Aspect : limpide et incolore, exempt de tout corps étranger
Saveur : légèrement âcre
Composition des produits prêts à emploi :
Silicium Organique liquide : 0,2 % de monométhylsilanetriol,
eau, stabilisant
Silicium Organique gel : 0,2 % de monométhyl silane triol
gel végétal neutre
Durée de conservation :
Récipient ouvert : un an après ouverture
Récipient non ouvert : au moins trois ans
N.B. : Il n’est pas nécessaire de conserver le Silicium Organique dans un réfrigérateur

 

Les travaux de Norbert Duffaut
En 1957, Norbert Duffaut, chimiste organicien de l’Université de Bordeaux, réussit à synthétiser une molécule de silicium organique, stabilisée avec de l’acide salicylique. C’est le premier silanol à usage thérapeutique, dit « Silicium Organique première génération ».
Cette molécule ne pouvant être utilisée par les patients allergiques aux salicylés, Duffaut met aussitôt au point le « Silicium Organique deuxième génération » stabilisé avec de l’acide citrique.
Si.O.1 et Si.O.2 vont rapidement être appliqués en médecine sous l’appellation de « DNR » (« Duffaut Norbert Remède »).
Au début de 1958, Duffaut rencontre le Docteur Jacques Janet. Spécialiste de gastro-entérologie, celui-ci applique l’ionocinèse pour administrer certains médicaments à ses patients. Ensemble, ils vont effectuer de très nombreuses applications de DNR dans le traitement des maladies cardio-vasculaires, des rhumatismes et des cancers. De nombreux articles parus dans des revues spécialisées témoignent de leur succès.
Plus tard, le Docteur G.R. Rager entreprend à son tour d’expérimenter le DNR sur les maladies cardio-vasculaires. Les résultats obtenus sont tels qu’en 1967 l’Académie de Médecine lui attribue le Prix J. Levy-Bricker pour récompenser ses travaux sur l’utilisation des organo-siliciés en thérapeutique humaine.
Sans trêve, Duffaut poursuit ses expérimentations en tous domaines : maladie de Carré, cholestérol, hypertension, cirrhose du foie, entérocolite hémorragique du chien, mastose, asthme, bronchite chronique, etc.
Il démontre aussi que les patients atteints de cancer auxquels on applique des organo-siliciés supportent mieux les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie, et ne souffrent ni de brûlures ni de chute des cheveux.
Ce sont des milliers de malades qui sont ainsi traités avec succès des affections les plus variées.

 

Les travaux de Loïc LE RIBAULT
Géologue de formation, Loïc Le Ribault est en France un des premiers utilisateurs du microscope électronique à balayage (M.E.B.). En 1970, il met au point une méthode permettant, grâce à cet appareil, de déterminer l’histoire géologique et la provenance des grains de sable. Dans deux articles publiés à l’Académie des Sciences, il démontre que certains cristaux de quartz portent à leur surface une pellicule de silice amorphe soluble dans l’eau.Après étude de plusieurs milliers d’échantillons, il prouve la présence fréquente de micro-organismes (tels que bactéries et Diatomées) à la surface des grains de sable.Plus tard, il démontre que l’amorphisation superficielle des quartz détritiques est due à l’action conjuguée de ces micro-organismes (par l’intermédiaire des acides organiques qu’ils sécrètent) et d’actions mécaniques et/ou chimiques diverses caractéristiques du milieu sédimentaire dans lequel ils évoluent.Afin d’étudier plus précisément le rôle des micro-organismes dans le cycle biologique et géologique du silicium, il met au point en 1975 un procédé permettant de récolter les dépôts de silice dus à leur action. Il sera démontré ultérieurement que les solutions ainsi obtenues contiennent un pourcentage important d’organo-siliciés.C’est au cours de ces expériences qu’il découvre fortuitement l’efficacité thérapeutique de ces derniers. A l’époque, en effet, Le Ribault souffre depuis dix ans d’un psoriasis considéré comme incurable qui affecte ses deux mains. Amené à extraire des sables une solution très riche en silicium organique pour l’étudier au microscope électronique, il est obligé de malaxer celle-ci avec sa main droite. Deux jours plus tard, il constate avec surprise que le psoriasis a totalement disparu sur celle-ci, alors qu’il affecte toujours sa main gauche. Intrigué, cherchant un lien de cause à effet, il trempe aussitôt cette dernière dans une solution identique, avec l’obtention d’un résultat aussi spectaculaire, également deux jours plus tard. Dès cette époque, Le Ribault commence donc à s’intéresser au rôle du silicium organique dans le traitement des affections cutanées et, en collaboration avec des amis médecins, effectue avec succès plusieurs centaines de tests jusqu’en 1982.Au cours de cette période, il a perfectionné sa méthode d’extraction d’organo-siliciés naturels à partir de certains types de sables siliceux détritiques, et fournit aux praticiens une solution à usage thérapeutique qui, historiquement, peut être qualifiée de  » Si.O.3 «  (troisième génération).

 

La collaboration DUFFAUT-LE RIBAULT
En 1982, Duffaut et Le Ribault se rencontrent lors d’une manifestation scientifique à Bordeaux. Ce dernier vient tout juste de créer le C.A.R.M.E., et dispose d’un matériel de microanalyse très sophistiqué.Immédiatement, les deux chercheurs décident de poursuivre ensemble leurs travaux sur les applications thérapeutiques des organo-siliciés.L’année suivante, la collaboration du chimiste et du géologue aboutit à la mise au point d’une molécule de synthèse particulièrement efficace dans le traitement des affections virales : c’est le « Si.O.4 » (encore appelé« DNV »), obtenu notamment grâce à l’adjonction d’hyposulfite de sodium. Norbert Duffaut raconte ainsi la naissance du DNV : » Ma mère était atteinte d’une kératite à virus (herpès de l’oeil). Elle était allée consulter un ophtalmologue d’une sous-préfecture voisine de Barsac. En l’absence de thérapeutique contre ce virus, il lui avait prescrit un vague collyre et un antibiotique à instiller dans l’oeil pour éviter une surinfection. Comme cela arrive lorsque le médecin spécialiste n’a ni la science infuse ni la prémonition, il prescrivit un antibiotique auquel ma mère était allergique. Un oedème important se manifesta. Ma mère étant revenue chez le spécialiste, il constata le fait et lui dit de continuer. L’oedème pouvait se résorber et lui n’avait pas le temps de chercher ni de découvrir. Bien qu’ayant perçu de nouveaux honoraires, il la mit à la porte rapidement sur un ton bourru dont il a le secret. Loïc Le Ribault, qui assista par hasard au retour de ma mère, manifesta un geste humanitaire (comportement inconnu de l’ophtalmologue). Comme elle prenait des bains d’yeux de DNR + Optrex biquotidiens qui étaient sans le moindre effet positif sur la destruction du virus, il conseilla d’ajouter quelques grains d’hyposulfite de sodium. Le lendemain, la rougeur de l’oeil avait disparu. Un autre ophtalmologue moins rustre et plus humain, consulté quarante-huit heures après l’incident rapporté ci-dessus, constata que la kératite à virus avait été guérie. C’est ainsi que grâce à l’association de deux dérivés DNR et hyposulfite de sodium la première victoire rapide et sans récidive sur les virus fut observée. »Treize années durant, Duffaut et Le Ribault accumulent les preuves de l’incroyable efficacité des organo-siliciés dans la guérison d’un grand nombre d’affections, traitant (avec ou sans la collaboration de médecins praticiens), toujours gratuitement, des centaines de patients, essayant sans trève de perfectionner leurs produits.Par contre, l’information concernant le rôle de ces molécules dans la restructuration des fibres d’élastine et de collagène ne tombe pas dans l’oreille de sourds : dès 1987 et jusqu’à ce jour, le silicium organique constituera (clairement ou sous forme déguisée) le principe actif essentiel de la plupart des cosmétiques de grandes marques. Sans doute est-il encore plus rentable de soigner les rides que de traiter le cancer ?

Le Docteur Norbert Duffaut a dit, un peu avant de mourir,  » Guérir tant de maux avec un seul produit, autrement dit avoir découvert la panacée, semblait impossible à trop de beaux esprits (…). Je n’ai pourtant ni rancoeur ni esprit de vengeance et je conçois très bien que les savants ne croient pas en ma découverte, mais je m’élève contre le fait qu’ils refusent de l’expérimenter sans l’avoir essayée. « 

 

Le Silicium Organique cinquième génération (G5)
Le Ribault poursuit les travaux.Jusqu’alors, pour que les organo-siliciés soient actifs, on devait leur adjoindre de faibles quantités de produits utilisés en allopathie ou homéopathie, produits qui étaient choisis de façon spécifique selon les affections à traiter. En outre, les organo-siliciés de ces premières générations ne pouvaient être utilisés que par applications cutanées (compresses, tamponnements, ionocinèse, etc).

En 1994, Le Ribault met au point une nouvelle molécule, testée depuis 1991, pouvant être utilisée sans rajoût de complément médicamenteux quelconque dans le traitement de la plupart des affections. Autre nouveauté importante : sous forme liquide, ce silicium organique de cinquième génération qui ne présente aucune toxicité, devient désormais buvable. Mais il peut aussi être utilisé sous forme de gel pour des applications locales. Le G5 est un organo-silicié appartenant à la famille des silane-triols. Scientifiquement parlant, ce n’est donc pas un silanol.On ne s’étonnera toutefois pas, dans la suite de ce récit, de voir très fréquemment le G5 qualifié ainsi, à la suite d’articles parus dans la presse, qui introduisirent une confusion dans l’esprit du public avec les organo-siliciés à applications thérapeutiques des générations antérieures, lesquels étaient effectivement des silanols ou des silane-diols.Devant les refus réitérés des autorités médicales de tester et d’agréer le G5, Le Ribault publie ses résultats dans la presse (Sud-Ouest Dimanche, 8 octobre 1995). Dans les jours qui suivent, des milliers de patients abandonnés par la médecine orthodoxe affluent chez lui pour obtenir du produit. D’octobre à décembre 1995, aidé par plusieurs médecins, il accumule ainsi une moisson d’informations et de documents d’un intérêt scientifique considérable.

 

Le Silicium Organique est-il un médicament ?
Compte tenu de son efficacité dans le traitement de nombreuses affections, la réponse devrait évidemment être :  » OUI « .Mais un médicament se caractérise notamment par le fait que son utilisation, de par l’existence même des principes actifs qu’il contient, provoque l’apparition d’effets secondaires plus ou moins importants. Nous savons que ce n’est pas le cas du G5, ce qui conduit logiquement à répondre « NON » à la question posée.

Alors, le Silicium Organique est-il ou n’est-il pas un médicament ?Le Ribault avoue l’ignorer lui-même. Le Silicium Organique échappe à toute classification et, pour lui, c’est tout simplement… du silicium organique !…

COMMENT UNE MOLÉCULE UNIQUE PEUT-ELLE TRAITER DES AFFECTIONS AUSSI DIVERSES ? Sur ce point encore, il est impossible de donner une réponse précise ; on ne peut que se borner à émettre une simple hypothèse qui semble la seule raisonnable en l’état actuel de nos connaissances, compte tenu du fait que des études scientifiques prouvent que tout désordre de l’organisme provient au moins en partie d’un déséquilibre électrique cellulaire. Or, la molécule de G5 est chargée à l’extrême en ions positifs et négatifs instables. Le G5 pourrait donc intervenir dans l’organisme pour rétablir la polarité des cellules déficientes, libérant selon les cas des ions positifs ou négatifs. Il serait en quelque sorte un rééquilibrant ionique de l’ensemble de l’organisme, dont l’action donnerait ou contribuerait à donner aux cellules de celui-ci l’énergie nécessaire pour lutter contre tous les types d’agressions dont il est victime.

 

Les propriétés du Silicium Organique
Après utilisation par plus de 50.000 patients, on peut aujourd’hui résumer ainsi les principales caractéristiques du Silicium Organique.- Son efficacité est prouvée par des tests officiels et de multiples témoignages de médecins et de patients, étayés par des documents de tous ordres (analyses de sang, radios, photographies, etc.)

1.- Tests sur animaux :

 » Des tests ont été réalisés sur des cochons d’Inde tricolores soumis à des blessures chirurgicales, traités respectivement avec un lactate de G4 et un lactate de G5. A chaque fois, on a constaté une cicatrisation complète de l’épiderme, avec réorganisation du collagène et réapparition des fibres d’élastine.En outre, les mélanocytes qui, pour les animaux témoins, n’avaient pas
été activés par exposition aux U.V. révélèrent chez les animaux traités une activation de 80 % avec production de mélanine « .

2.- Tests sur l’homme :

110 patients ont été traités. Le traitement a consisté à appliquer chaque composition directement sur la surface douloureuse ou déficiente, en tamponnant celle-ci à l’aide d’un coton imbibé de produit. Les résultats ont été obtenus en déterminant, pour chaque produit et chaque affection, quel pourcentage des patients répondait favorablement au traitement et présentait une diminution des symptômes.
– Il est assimilable par l’organisme humain et par celui des animaux et des végétaux ;- Il ne présente aucune toxicité ;- Il joue un rôle important dans la restructuration des fibres d’élastine et de collagène, dans les stades précoces de la minéralisation osseuse et dans le métabolisme général de l’organisme ;- Il possède la propriété de traverser le derme et l’épiderme pour diffuser ensuite dans l’ensemble de l’organisme, et en particulier dans les organes ou parties du corps souffrant d’agressions diverses ou de dysfonctionnement ;- Il est compatible avec toute thérapie à laquelle sontéventuellement soumis les patients avant ou pendant son utilisation ;- C’est un anti-inflammatoire – Il accélère les processus de cicatrisation – Il renforce les défenses immunitaires de l’organisme ;- Il dynamise, protège et régénère l’ensemble des cellules du
corps ;- Il ne provoque aucun effet secondaire, même après utilisation durant plusieurs années consécutives ;- C’est un  » anti-douleur « , dont l’action est souvent perceptible au bout de quelques minutes.

 

Modes d’Utilisation
Le Silicium Organique est présenté sous deux formes (Liquide et Gel) et, selon les besoins, peut être utilisé par voie orale ou applications cutanées.

1.- VOIE ORALE (Silicium Organique liquide)

L’approche est différente selon que les utilisateurs sont  » bien portants  » (ou supposés tels) ou au contraire souffrent d’affections déclarées ou de séquelles de celles-ci.Dans le premier cas, nous conseillons une cure simple destinée à une  » remise en forme  » générale ; dans le second, celle-ci s’inscrit dans le cadre d’un véritable traitement, qui doit de préférence être effectué en collaboration avec un médecin.
1.1.- LA CURE (remis en forme, entretien)

Elle consiste en l’absorption quotidienne de Silicium Organique pendant un mois. La quantité moyenne est comprise entre une et trois cuillère(s) à soupe par jour, selon les besoins. Nous préconisons de commencer par une cuillère quodienne, et de voir au bout d’une semaine si des résultats bénéfiques se font sentir au point de vue de l’état général. Si ce n’est
pas le cas, il convient d’augmenter la dose journalière à deux cuillères puis, si aucune amélioration ne s’est encore fait ressentir au bout d’une autre semaine, de passer à trois cuillères à soupe par jour. Dans la majorité des cas (90%), trois cuillères à soupe permettent d’obtenir une remise en forme parfaite. Celle-ci se manifeste de multiples façons, telles que la reprise d’un sommeil et d’un appétit normaux, un meilleur équilibre nerveux, une énergie accrue, etc.La première cuillère est absorbée de préférence le matin à jeun et les autres (midi et soir) vingt minutes au moins avant les repas. Conserver le produit dans la bouche 1 à 3 minutes avant de l’avaler.Compte tenu de l’absence totale de toxicité du Silicium Organique, les patients qui le souhaitent ou en éprouvent le besoin peuvent à leur gré largement dépasser les doses indiquées ci-dessus. Il est important de suivre la cure sans interruption pendant un mois, même si la remise en forme paraît très satisfaisante au bout de quelques jours.
A l’issue de cette période d’un mois, on peut interrompre la cure et ne la reprendre que si on en ressent la nécessité (réapparition de la fatigue, des insomnies, perte de tonus, d’appétit, etc.).
En fait, la souplesse d’utilisation du Silicium Organique est telle que chacun est libre de l’utiliser à sa guise et selon les besoins qu’il ressent.

1.2.- LA CURE INTENSIVE (affections multiples ou lourdes, douleurs aiguës)

Il s’agit d’une cure identique à celle décrite précédemment, mais effectuée sous surveillance médicale avec analyses et contrôles spécifiques (analyses de sang, radios, examens cliniques, etc.).
Au bout d’un mois, le bilan à disposition du médecin permettra à celui-ci de décider si la cure est suffisante ou doit être poursuivie, les doses maintenues, diminuées ou augmentées, et si le traitement complémentaire (avec d’autres formes d’utilisation de Silicium Organique et/ou de médicaments classiques) est adapté ou doit être modifié.Pour les affections lourdes, les doses quotidiennes sont généralement comprises entre 3 et 9 cuillères à soupe, et parfois plus.Dans le chapitre suivant, nous donnerons quelques exemples de traitements nécessitant pour certains types d’affections l’utilisation systématique de Silicium Organique buvable.N.B. :– Le Silicium Organique est compatible avec n’importe quelle thérapie éventuellement en cours. Toutefois, si celle-ci oblige le patient à absorber des médicaments classiques (allopathiques ou homéopathiques), nous conseillons, pour une meilleure efficacité du G5, de prendre celui-ci séparément (par exemple une heure avant ou une heure après l’absorption des médicaments classiques) ;- Il arrive parfois que, quelques secondes ou quelques minutes après l’absorption de Silicium Organique, on ressente des picotements ou une sensation de chaleur diffuse dans le corps ; il s’agit d’un phénomène normal, et l’impression se dissipe au bout de quelques minutes.Les picotements et/ou la chaleur sont parfoislocalisés dans une partie très précise du corps ; en ce cas, il convient de mémoriser la zone de l’organisme ainsi « désignée », qui correspond vraisemblablement à une affection locale quelconque, connue ou non, et d’en avertir son médecin traitant. 
2.- COMPRESSES (G5 liquide)
Imbiber de Silicium Organique un (ou plusieurs) morceau(x) de coton (ou de gaze) d’une taille correspondant à la surface du corps à traiter. Afin d’éviter l’évaporation, recouvrir le coton ou la gaze d’une feuille de plastique. Celle-ci peut tout simplement être découpée dans un sac plastique (propre !) de récupération. Fixer l’ensemble sur la peau avec du sparadrap étanche, et conserver pendant la journée ou durant toute la nuit.N.B. : – Souvent, on ressent une impression de légers picotements (généralement qualifiés d’ »électriques« ), de chaleur ou au contraire de froid, qui diffuse dans l’organisme. Ce phénomène est normal. Mais il arrive aussi qu’aucune sensation ne soit perceptible (ce qui ne signifie nullement que le Silicium Organique n’agisse pas !).- Les compresses provoquent parfois l’apparition de démangeaisons ou de rougeurs. Si celles-ci sont localisées exactement à l’emplacement des morceaux de sparadrap, il s’agit d’une allergie à celui-ci et il convient de changer de marque. Si elles apparaissent sur toute la surface de la peau en contact avec les compresses, il s’agit dans la plupart des cas des conséquences  du phénomène de macération. En ce cas, diminuer le temps d’application des compresses ou essayer les applications de gel.- Rougeurs et/ou démangeaisons peuvent être accompagnées d’une sensation nette de chaleur interne très localisée, voire de douleur ou d’une élévation de température ; c’est généralement le signe que le Silicium Organique a déjà produit son effet (parfois après une seule application)En ce cas, il convient d’arrêter les compresses et d’observer l’évolution de l’affection durant quelques jours (consultations médicales, analyses de sang, etc.).– Ne jamais réutiliser une compresse.
3.- CATAPLASMES (Silicium Organique liquide)
Imbiber de Silicium Organique un (ou plusieurs) morceau(x) de coton (ou de gaze) d’une taille correspondant à la surface à traiter, puis appliquer sur la peau.
Souvent, on ressent une impression de légers picotements (généralement qualifiés d’ »électriques »), de chaleur ou au contraire de froid qui diffuse dans l’organisme.Ce phénomène est normal. Mais il arrive aussi qu’aucune sensation ne soit perceptible (ce qui ne signifie nullement que le Silicium Organique n’agisse pas !).
Au bout de 20 minutes environ, enlever le cataplasme et laisser la peau sécher à l’air libre. L’opération peut être renouvelée aussi souvent que nécessaire si la gêne ou la douleur persiste. 
4.- TAMPONNEMENTS (Silicium Organique liquide)
Imbiber de Silicium Organique un morceau de coton et en tamponner pendant 5 à 10 minutes la surface à traiter.
5.- VAPORISATION (Silicium Organique liquide)
Remplir de Silicium Organique un vaporisateur n’ayant jamais servi, du type de ceux qu’on trouve en pharmacie. Vaporiser ensuite toute la surface à traiter. Laisser sécher à l’air libre ou masser légèrement (avec des mains propres !) jusqu’à pénétration complète du produit. Renouveler l’opération chaque fois à plusieurs reprises pour bien imbiber la zone traitée.N.B. : Ne JAMAIS réutiliser un vaporisateur ayant contenu un autre produit ! Utiliser TOUJOURS un vaporisateur neuf, exclusivement réservé à l’emploi du Silicium Organique !
6.- Silicium Organique GEL
Etaler une mince couche de gel sur la peau, puis attendre environ cinq minutes sans y toucher.Masser ensuite légèrement jusqu’à pénétration complète du produit. L’opération peut être renouvelée aussi souvent que nécessaire. Si des rougeurs ou des démangeaisons se manifestent, arrêter le traitement.N.B. : Pendant une demi-heure après chaque application de gel, éviter de mettre la surface de peau traitée en contact avec des produits corrosifs ou toxiques (ex. : liquides ou poudres à laver, insecticides, etc.).
7.- Pour mémoire : INJECTIONS (Silicium organique liquide)
Certaines publications scientifiques anciennes mentionnent l’application d’organo-siliciés par injections. Depuis cette époque, on sait que ces produits possèdent la faculté de traverser en quelques minutes le derme et l’épiderme pour diffuser dans l’ensemble de l’organisme, ce qui évidemment rend inutile leur administration par injection.
Pour citer cet article : "Qu’est ce que le Silicium Organique ?," in Laure Pouliquen Officiel, 25/01/2017, https://laurepouliquen.fr/quest-ce-que-le-silicium-organique/,Laure POULIQUEN.
Les rêves d’immortalité du milliardaire Peter Thiel

Les rêves d’immortalité du milliardaire Peter Thiel

 Les rêves d’immortalité du milliardaire Peter Thiel

Peter Thiel, milliardaire libertarien et investisseur de premier rang dans la Silicon Valley, a 48 ans et 2,8 milliards d’euros.

Une fortune qui lui permet de tout acheter et de vivre comme un roi jusqu’à la fin de ses jours.

Logiquement pour quelqu’un qui peut potentiellement tout posséder, il s’intéresse à une des rares choses qu’il ne peut avoir : plus de temps.

L’obsession de Peter Thiel pour la régénération cellulaire et la lutte contre le vieillissement, et ses investissements dans des start-up dédiées à la cause, sont connues dans la Silicon Valley.

En 2014, il disait qu’il était « essentiellement contre » la mort et que, contrairement à tous ceux qui ont intégré le fait qu’ils mourront un jour, lui « préfère se battre contre ».

Habituellement peu médiatique, Thiel s’est décidé à l’être un peu plus ces derniers mois :

  • se révélant d’abord comme celui qui a financé, en sous-main, le procès qui a coulé le site Gawker. Ils avaient eu le malheur de révéler, il y a neuf ans, qu’il était gay ;
  • devenant délégué en faveur de la candidature de Donald Trump en Californie, avant de s’adresser à la convention républicaine avec un discours politique très attendu et qui s’avéra creux.

C’est peut-être en raison du regain d’attention autour de la personne de Thiel que le journaliste Jeff Bercovici a décidé de publier une interview datant d’il y a plus d’un an où il est question de biotechnologie, de méthodes anti-vieillissement, de mort et de vampirisme.

Peter-Thiel

Peter-Thiel

« S’il y a une chose qui excite vraiment Thiel, c’est la perspective de transfuser le sang de jeunes personnes dans ses propres veines », écrit-il.
Ça pourrait être un extrait d’un bouquin de science-fiction ou de la prochaine saison de la série Black Mirror. La phrase vient du portrait d’un homme extrêmement riche qui considère le rapport à la mort comme un rapport de force.
Le principe médical, appelé parabiose, est étudié depuis les années 1950 sur des souris et s’intéresse aux effets et conséquences de l’injection de plasma sanguin d’un sujet plus jeune dans les veines d’un sujet plus âgé.

peter-thiel

peter-thiel

« SANG FRAIS »

Lorsqu’il est interrogé sur cette potentielle fontaine de jouvence, Peter Thiel, dont le régime inclut déjà des pilules d’hormones de croissance, répond :

« Je ne suis pas convaincu que l’on ait trouvé la panacée. Il est possible qu’il existe un point individuel qui puisse fonctionner (…) Je regarde du côté de la parabiose, que je trouve très intéressante. »

Il trouve cette possibilité « intéressante », non pas comme une opportunité d’investissement, mais comme « un traitement de santé personnel », précise le journaliste, qui mentionne une compagnie de Silicon Valley, Ambrosia, autour de laquelle tournent le milliardaire et sa compagnie Thiel Capital.
La promesse d’un « sang frais » capable de ralentir, à défaut de stopper, le déclin de nos tissus usés par l’âge reste un mirage, comme nous le rappelions au début de l’été.
Malgré une traque de plus de dix ans, aucun composé unique du sang doté d’un pouvoir régénérant n’a encore été trouvé. Cela ne devrait pas empêcherPeter Thiel d’utiliser sa considérable fortune pour essayer de le faire, en Californie ou ailleurs.
Jeff Bercovici ajoute, comme pour nous rassurer, que l’on n’a pas encore complètement basculé dans la science-fiction dystopique, et que Thiel lui a assuré qu’il ne s’était pas (encore) injecté du sang humain pour tenter de devenir immortel.
Gawker n’a pas raté l’occasion de relayer l’anecdote sur son némésis, et de demander à quiconque aurait « plus de détails sur les tentatives de Peter Thiel pour vivre éternellement » d’entrer en contact avec eux. Ils rappellent aussi que leur prophétie sur le milliardaire qui a voulu les détruire il y a quelques mois semble se réaliser :

« Nous notions que la conclusion logique de la vision du monde dystopique de Thiel pourrait être une économie dans laquelle les riches, qui veulent vivre éternellement, subsistent avec le sang des pauvres, qui meurent à un âge normal. »

Par Luc Vinogradoff  LeMonde.fr

Pour citer cet article : "Les rêves d’immortalité du milliardaire Peter Thiel," in Laure Pouliquen Officiel, 15/08/2016, https://laurepouliquen.fr/les-reves-dimmortalite-du-milliardaire-peter-thiel/,Laure POULIQUEN.
A la recherche de l’immortalité

A la recherche de l’immortalité

A la recherche de l’immortalité

 Les travaux menés sur les cellules souches laissent, entre autres, espérer qu’on pourra réparer des organes chez des patients âgés.

Des chercheurs français ont réussi à « reprogrammer » des cellules âgées pour qu’elles rajeunissent. Une nouvelle piste qui permettra peut-être un jour de vivre éternellement…

Imaginez un monde où notre espérance de vie dépasserait les 120 ans, où les vieillards n’auraient plus la peau frippée et ne souffriraient plus d’arthrose ni de cataracte.

 Pure science-fiction?

 Pas certain. Car les progrès de la thérapie génique offrent des perspectives insoupçonnées de rajeunissement et de réparation d’organes vitaux. Des chercheurs français viennent ainsi de réussir ce que l’on pensait impossible : offrir à des cellules centenaires une cure de jouvence.

Des cellules centenaires rajeunies. Les chercheurs de l’Institut de génomique fonctionnelle de Montpellier ont réussi, en laboratoire, à « manipuler le destin » de cellules âgées de plus de 100 ans. A ce stade ultime de vieillissement, elles ont épuisé leur capital et ne se reproduisent plus.

 Reprogrammées in vitro, ces vieilles cellules sont passées de l’état adulte au stade de cellules souches embryonnaires et ont ainsi retrouvé leur jeunesse
« Au passage, nous avons réussi à effacer toutes les marques de vieillissement », détaille le responsable des recherches, Jean-Marc Lemaître. Ces travaux ouvrent la voie à la réparation d’organes ou de tissus chez des patients âgés. « On pourra à terme reprogrammer des cellules issues du patient pour corriger des lésions, effacer des marques de vieillissement ou retarder des pathologies neurodégénératives liées à l’âge, ce qui permettra de vivre mieux et plus longtemps », souligne le chercheur.

La durée de vie d’une souris rallongée de 30%. La médecine régénérative s’appuie notamment sur des expériences pratiquées sur les animaux. Des chercheurs ont ainsi rallongé de 30% la vie d’une souris commune en manipulant ses gènes pour retarder son vieillissement.

Dans les années 1990, des chercheurs américains avaient réussi à accroître la durée de vie d’un ver en bloquant les gènes récepteurs des hormones de croissance. En d’autres termes, en l’empêchant de grandir. « De nombreuses recherches sont pratiquées sur certaines espèces comme l’hydre d’eau douce ou la salamandre, capables de se régénérer si on leur coupe une partie du corps, explique Jean-Marc Lemaître. On s’intéresse aussi aux capacités régénératives du poisson-zèbre, capable de reconstruire son cœur, même s’il a été blessé ou amputé. »

Cellules souches : l’arme antivieillissement.

Plus nous vieillissons, plus nos cellules se dégradent en perdant des morceaux d’ADN et moins nos tissus se renouvellent.

Des milliers de laboratoires travaillent donc à la fabrication de cellules souches, présentes dès les premiers jours de notre vie embryonnaire. Réintroduire ces cellules fraîches dans le corps fatigué d’un patient âgé ou malade permettrait de lutter contre certaines pathologies et d’agir comme « antirouille » sur certaines parties de son organisme.
En 2007, des chercheurs américains et japonais ont ainsi réussi à reprogrammer des cellules de peau humaine en cellules souches capables de régénérer n’importe quel tissu.
Le génie tissulaire permettra peut-être demain de faire repousser des morceaux de muscles ou de tendons. En 2009, le prix Nobel de médecine a récompensé trois chercheurs américains qui ont découvert une enzyme naturelle capable de réparer notre ADN.
source : LeParisien

 

Miroslav Radman, il a découvert le secret de la longévité

Miroslav Radman, il a découvert le secret de la longévité

* Miroslav RADMAN, ’un des plus grands spécialistes de l’ADN, est intervenu pour dispenser une conférence intitulée « Au-delà de nos limites biologiques : Augmenter la longévité en bonne santé »  lors du Séminaire organisé par l’ADNO (Président, Dr Dominique RUEFF, que je remercie ici au passage) le samedi 22 novembre 2014 à Paris, ayant pour thème « DE LA LONGÉVITÉ à L’ÉTERNITÉ », j’ai eu le plaisir de rencontrer ce scientifique, un homme charmant, doté d’une grande finesse d’esprit et d’une intelligence hors du commun, je ne manquerai pas de suivre avec grand intérêt l’évolution de ses précieuses recherches sur la longévité humaine [Laure POULIQUEN]

* Prolonger notre existence de cent ans, c’est le défi de Miroslav Radman, l’un des plus grands généticiens de la planète

« Ce matin, en vous levant, vous ne saviez pas que vous alliez vivre six heures de plus », nous lance d’entrée de jeu Miroslav Radman. Devant nos mines interloquées, le chercheur en génétique moléculaire enchaîne : « Sans que l’on sache pourquoi ni comment, l’espérance de vie de l’espèce humaine rallonge de six heures par jour. Et l’on peut accélérer le processus ! » Tignasse en bataille et faux air de Pedro Almodovar, le professeur Radman est l’un des plus grands spécialistes de l’ADN.
Dans son laboratoire parisien à la faculté de médecine de l’université René-Descartes à Paris, les microscopes électroniques sont alignés comme des batteries de canons sur le pont d’un navire. Ce fils de pêcheur croate, né à Split il y a soixante-sept ans, s’est mis en tête de percer le secret de l’immortalité. Pas moins ! Tel un Christophe Colomb de la science, Miroslav Radman explore la chimie du vieillissement en empruntant de nouvelles routes. Et ce qu’il a découvert pourrait bien révolutionner l’humanité. »J’ai appris à lire à 4 ans, en déchiffrant sur la coque le nom des bateaux qui rentraient au port. Aussitôt, je suis devenu un prince aux yeux de mes tantes illettrées. Je leur lisais les nouvelles dans le journal. » Courtisé par les plus prestigieuses universités américaines, c’est en France que ce surdoué a jeté l’ancre
Après trente ans de recherche au CNRS puis à l’Inserm, Miroslav Radman est convaincu d’avoir trouvé le chemin vers l’élixir de jouvence. « C’est en décortiquant une étrange bactérie que j’ai acquis la conviction qu’il devenait possible de prolonger la vie humaine, en bonne santé, bien au-delà de ce qui est imaginable aujourd’hui. » Une aventure que le biologiste, devenu lui-même immortel depuis qu’il est entré à l’Académie des sciences, raconte dans un livre vivifiant (1), dont Le Point publie en exclusivité les extraits.Cette bactérie qui recèlerait, comme une poignée d’autres bestioles microscopiques, l’arme contre le vieillissement, c’est la « bactérie du corned-beef » découverte en 1956 dans des conserves de viande stérilisées à coups de rayons gamma.

Une coriace capable de résister à des radiations 10 000 fois supérieures à la dose mortelle chez l’homme. Au point que certains se sont même demandé si Deinococcus radiodurans – c’est son nom scientifique – n’était pas venue de l’espace ! Ayant voyagé sur une météorite, elle aurait été irradiée et totalement desséchée, ce qui expliquerait sa phénoménale résistance à la déshydratation. « En plein désert, brûlée par les rayons du soleil, Deinococcus peut, grâce à une seule goutte de pluie, ressusciter des dizaines, peut-être des centaines d’années plus tard », s’enthousiasme le chercheur, dont les yeux pétillants accrochent le regard presque autant que son polo rose fuchsia.

 Quel est le secret de la bactérie du corned-beef ?

« À partir d’un état de mort clinique, elle ressuscite en s’autoréparant grâce à un jeu de deux copies de son génome. Si vous avez sous la main plusieurs puzzles identiques avec des pièces manquantes, vous pouvez en les utilisant tous en faire un qui soit complet. La difficulté est de remettre en ordre des centaines de fragments d’un génome pulvérisé par la radiation, ce que Deinococcus radiodurans parvient à faire en trois ou quatre heures », explique le biologiste en mimant l’opération de ses mains.

 Botte secrète

Les protéines mécanos qui rafistolent le puzzle sont à l’oeuvre dans tous les organismes vivants. Elles devraient donc normalement nous protéger contre la rouille moléculaire provoquée par les radicaux libres. Alors pourquoi ne font-elles pas le boulot chez nous ? « Le problème est que ces protéines sont aussi victimes de la corrosion et deviennent moins efficaces. » La botte secrète de Deinococcus, c’est un cocktail de molécules qui lui permet de blinder ses enzymes réparatrices contre la rouille moléculaire. »Nous disposons aussi d’une protection antioxydante – sans elle nous serions cramés avant même de pouvoir nous reproduire -, mais en quantité insuffisante pour vivre aussi longtemps que nous le souhaiterions. » Une fois les pièges antiradicaux identifiés, le professeur Radman envisage de tester dès que possible cet élixir chez la souris. « Ce sera le grain de sable qui viendra ralentir, sinon arrêter, le tic-tac de notre horloge biologique. 

Depuis deux ans, Miroslav Radman toque à la porte des instances nationales et européennes de la recherche en expliquant qu’il a besoin de 1 à 3 millions d’euros pour poursuivre ses travaux.

« Leur réponse ?

Le vieillissement est un processus très complexe, ce que vous dites est trop simple, ça ne peut pas marcher. Les scientifiques qui siègent dans les instances d’évaluation sont des ultra spécialistes, ils ne comprennent pas pourquoi, à 60 ans passés, je veux changer de sujet de recherche alors que je pourrais prospérer dans le domaine qui m’a fait connaître : la réparation de l’ADN. Le système est hostile aux scientifiques qui refusent de creuser dans le même trou !

C’est pour pallier « l’incompétence des instances d’évaluation responsable du déficit d’innovation en Europe » que Radman a créé à Split l’Institut méditerranéen pour les sciences de la vie, « une ONG qui cultive la liberté de la recherche ».

Chercher là où les autres ne cherchent pas, c’est ce qui intéresse par-dessus tout Miroslav Radman. Une habitude qui remonte à son adolescence, quand, embarqué comme rameur sur le bateau de son père, il partait pêcher dans les zones où les autres n’allaient pas. Plus tard, c’est ainsi qu’il remontera dans ses filets ses trois découvertes, qui figurent aujourd’hui dans les manuels de biologie. « Le dirigisme étouffe la science ; ce n’est pas aux politiques ni aux industriels de fixer un cap aux chercheurs, s’énerve celui qui a grandi dans l’ex-Yougoslavie de Tito. Chaque grande découverte est une surprise aussi pour son découvreur. C’est en partant vers l’Inde que Christophe Colomb a découvert l’Amérique. »

 Nouveau défi

Mais, au fait, à quoi nous servirait de vivre cent cinquante ou cent quatre-vingts ans ? « Cela nous permettrait d’exploiter le fantastique potentiel de notre cerveau ! L’homme a surdéveloppé ses capacités cérébrales, au point qu’aujourd’hui nous mourons avant d’avoir fait fructifier, avec sagesse, tout ce que nous avons appris. La courte durée de vie de l’espèce humaine freine son évolution culturelle. »En attendant de mettre au point son élixir de jouvence, le chercheur planche sur un test qui permettrait, à partir de quelques gouttes de sang, de prédire le destin biologique de chaque individu.

 

« En connaissant le stade de vieillissement de nos cellules et de chacune de nos protéines, on pourrait essayer de mettre en oeuvre un programme de prévention personnalisé qui ralentisse la corrosion de l’organisme. » Un nouveau défi qui, pour Miroslav Radman, n’a rien d’insurmontable. « Quand, à un mille de la côte, mon père lançait la ligne de pêche par-dessus la barque, je devais maintenir l’embarcation exactement au même endroit, malgré les variations infinies des vitesses et des directions du vent et des courants. La complexité de cette tâche n’a jamais trouvé d’équivalent plus tard, même dans mes recherches scientifiques ! »1. Au-delà de nos limites biologiques, de Miroslav Radman, avec Daniel Carton (Plon, 168 p., 18,90 euros).

MIRO_RADMAN

MIRO_RADMAN

 Le club des immortels

Ses admirateurs l’appellent  » Conan la bactérie « , en hommage à son époustouflante robustesse. Exposée aux rayons ultraviolets du soleil, complètement déshydratée,Deinococcus radiodurans peut ressusciter à la première petite goutte de pluie. Tout aussi coriace, le rotifère bdelloïde, un animal microscopique aquatique, résiste aux radiations les plus extrêmes. Leur secret ? Un kit de survie incluant un jeu de copies du génome, des protéines blindées et un mécanisme performant de réparation de l’ADN. La palourde, championne du monde 410 ans, record de longévité animale. La bactérie qui ne meurt jamais  » Deinococcus radiodurans  » est quasi immortelle parce qu’elle arrive à s’autoréparer. Voici la manière dont elle s’y prend pour rafistoler son ADN. :

  • 1. Elle possède un jeu de copies dont elle se sert comme d’un stock de pièces détachées.
  • 2. Après irradiation, les chromosomes de la bactérie sont brisés en fragments d’ADN. Les extrémités de chaque fragment se transforment en extrémités simple brin.
  • 3. Chaque segment s’acoquine avec sa séquence complémentaire qu’il pioche dans un fragment intact provenant d’une autre copie du génome conservée par la bactérie. Le fragment d’ADN abîmé s’insère dans le fragment double brin intact.
  • 4. Tous les morceaux sont utilisés comme modèles et amorces pour initier la synthèse d’ADN.
  • 5. Les segments simple brin ainsi synthétisés se dissocient.
  • 6. Puis s’assemblent et forment des fragments d’ADN double brin.
  • 7.Le chromosome circulaire de la cellule se reconstitue. La synthèse des protéines est à nouveau opérationnelle : la cellule  » cliniquement morte  » refonctionne.

Miroslav Radman – Généticien – Chercheur – biologie moléculaire, Directeur de l’unité Inserm Génétique moléculaire, évolutive et médicale

 Trajectoire d’un surdoué

  • 1944 Naissance à Split, en Croatie.
  • 1966 Diplômé de la faculté des sciences de Zagreb.
  • 1969-1973 Post-doctorant au CNRS et à Harvard.
  • 1981 Professeur associé à l’université d’Orsay.
  • 1990 Directeur de recherche au CNRS.
  • 1992 Grand prix de l’Académie des sciences.
  • 1996 Prend la nationalité française.
  • 1998 Professeur à la faculté de médecine Necker et directeur de recherche à l’Inserm.
  • 2000 Grand prix de la National Academy of Sciences (Etats-Unis) et de l’Académie des sciences.
  • 2002 Entre à l’Académie des sciences.
  • 2003 Grand prix Inserm de la recherche médicale.

 

source : http://www.miroslavradman.com/fr/il-a-d-couvert-le-secret-de-la-long-vit/299
+ VIDÉO :http://www.amessi.org/au-dela-de-nos-limites-biologiques-entretien-avec-miroslav-radman
Pour citer cet article : "Miroslav Radman, il a découvert le secret de la longévité," in Laure Pouliquen Officiel, 23/11/2014, https://laurepouliquen.fr/miroslav-radmanil-a-decouvert-le-secret-de-la-longevite/,Laure POULIQUEN.
De la Longévité à l’Éternité Séminaire ADNO

De la Longévité à l’Éternité Séminaire ADNO

 L’ADNO s’est donnée pour mission de diffuser en Europe le concept de médecine et nutrition orthomoléculaire que Linus PAULING +, double prix Nobel américain avait formulé en 1968 dans un article co-écrit avec le psychiatre Abram HOFFER: PSYCHIATRIE ORTHOMOLECULAIRE.Abram HOFFER a présidé au Canada, jusqu’à son décès en 2009, la société internationale de médecine orthomoléculaire.

J’assisterai au Séminaire ADNO  le samedi 22 novembre 2014 au MEDITEL PARIS, sur le thème :
DE LA LONGÉVITÉ A L’ÉTERNITÉ ?

Nous sommes heureux de vous informer que la prochaine réunion de l’ADNO aura lieu le samedi 22 novembre 2014, de 8h.30 à 18h.30

Les frais de participation sont de 150 € , des réductions ou facilités de paiement peuvent être consenties pour les étudiants ou les couples. La cotisation à l’association de 35 € est exigible pour chaque inscription annuelle.

La réunion aura lieu au MEDITEL, 28 Boulevard Pasteur, 75015 PARIS (Tel : 01 45 67 08 77, Fax : 01 40 65 07 24) et portera sur le thème :

Intervenants :

  • Professeur Christophe de JAEGER, Directeur du département de physiologie de l’IDJ, de la chaire de longévité MTU Président de la Société Française de médecine et physiologie de la longévité, auteur.
  • Professeur Bernard WEBER, spécialiste en microbiologie, professeur en virologie médicale, Francfort, Président de la société luxembourgeoise de biologie clinique, membre de de la LEHA
  • Docteur Thierry HERTOGHE, Médecin spécialiste des traitements hormonaux et de prévention du vieillissement, auteur
  • Docteur Ladislas ROBERT, Docteur en médecine, docteur ès sciences, Directeur de recherche honoraire au CNRS, auteur de nombreux ouvrages dont « Les secrets de la longévité »
  • Professeur Armand BENSUSSAN, Université Paris Diderot, Centre de recherche sur la peau, UMR-S 976,Hôpital Saint Louis, Paris et Docteur François FISCH, Immunobank
  • Professeur Luc MONTAGNIER, Professeur des Universités, virologue, Fondation Mondiale, Recherche Prévention SIDA (UNESCO) Prix Nobel de Médecine et Physiologie 2008
  • Docteur Gérard GUILLAUME, rhumatologue, immuno-rhumatologie, médecin du sport, médecin de l’équipe de la FDJ, médecine manuelle, auteur.
  • Docteur Catherine GARREL, médecin biologiste PH, secteur « stress oxydant » CHU de Grenoble.
  • Professeur Miroslav RADMAN, Professeur de biologie cellulaire, Université Paris-Descartes, directeur de l’unité INSERM U 571, Prix Européen FEMS
  • André Lvoff 2011 Membre de l’Académie des Sciences, auteur.
  • Docteur Dominique RUEFF, DU de cancérologie, médecine intégrative, Président ADNO, auteur.
  • Docteur Maurice NAHON, pharmacien, auteur.

 8h Accueil des participants, visite des stands 8h30 : Allocution de bienvenue, Dr RUEFF, Président ADNO

 SESSION DU MATIN,

-* Chairman : Professeur Miroslav RADMAN

  • 8h35/9h : Christophe DE JAEGER Les obstacles à prendre en compte pour envisager une plus grande longévité.
  • 9h/9h30 : Professeur Bernard WEBER : La mesure des télomères comme indicateur de longévité.
  • 9h30/9h50 : Docteur Thierry HERTOGHE :  Epitalon : La reine des molécules anti-âge ?
  • 10h/10h30 Pause, visite des stands, signature de livres des conférenciers.
  • 10h30/11h:Docteur Leslie ROBERT. Longévité et vieillissement, rôle du génome et de l’environnement.
  • 11h 11h30 : Professeur Armand BENSUSSAN et Docteur François FISCH. Immunosénescence du système immunitaire, diagnostic et immuno-intervention
  • 11h30/12h : Docteur Thierry HERTOGHE. Ces hormones qui nous rapprochent de l’éternité.
  • 12h./12h.30 : Docteur Gérard GUILLAUME. Le contrôle du stress glyquant comme clé de la longévité.
  • 12h30/14h.. Déjeuner libre,. 14h./14h30Pause, visite des stands, signature de livres des conférenciers

 SESSION DE L’APRES MIDI,

  chairman, Professeur Luc MONTAGNIER

  • 14h30./15h Professeur Luc MONTAGNIER. Le dépistage ectromagnétique et biologique des perturbations infectieuses comme clé de la longévité.
  • 15h/15h30 Docteur Catherine GARREL La maîtrise du stress oxydant comme élément de gestion de la longévité.
  • 15h30/16h : Dr de JAEGER, Apports de la mesure de la composition corporelle et de l’évaluation de la vitesse de propagation de l’onde de pouls dans l’évaluation de l’âge physiologique, le suivi et l’amélioration des patients.
  • 16h./16h30Pause, visite des stands, signature de livres des conférenciers
  • 16h30/17h : Professeur Miroslav RADMAN : Au delà de nos limites biologiques : augmenter la longévité en bonne santé.
  • .
  • 17h30/18h:Docteur Dominique RUEFF. Bases incontournables de la nutrition et nutrithérapie de la longévité.
  • 18h/18h.30 : Docteur Maurice NAHON. Quelles nouvelles perspectives pratiques pour une meilleure longévité

. BULLETIN D’INSCRIPTION A renvoyer avec le chèque à l’ordre du secrétariat de l’ADNO 8 Avenue Saint Jean 06400 CANNES

INSCRIPTION ADNO (obligatoire) 2014/2015 35 €
REUNION du samedi 22 novembre 150 €
Inscription réunion réglée avant le 15/10 120€

Pour tous renseignements, du lundi au vendredi, de 9h à 18h. : 04 92 99 63 38

PROGRAMME DE LA RÉUNION ADNO novembre 2014

Téléchargez et imprimez ce programme avec le bon d’inscription à envoyer à ADNO-EUROBUREAU, 8 avenue Saint Jean, 06400 CANNES

[su_document url= »http://www.laurepouliquen.fr/wp-content/uploads/2014/11/progADNO20014.pdf » width= »650″ height= »840″]

Pour davantage d’informations, se référer à : http://www.association-adno.org/

L’ADNO est une association 1901 à but non lucratif

L’ASSOCIATION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA NUTRITION ORTHOMOLECULAIRE a été fondée par le Docteur Dominique RUEFF.  Il en est toujours le Président.

L’ADNO s’est donnée pour mission de diffuser en Europe le concept de médecine et nutrition orthomoléculaire que Linus PAULING +, double prix Nobel américain avait formulé en 1968 dans un article co-écrit avec le psyhiatre Abram HOFFER: PSYCHIATRIE ORTHOMOLECULAIRE.Abram HOFFER a présidé au Canada, jusqu’à son décès en 2009, la société internationale de médecine orthomoléculaire.

L’ADNO a ainsi organisé de multiples séminaires de formation et d’information à propos du concept de médecine et nutrition orthomoléculaire.

A ceux qui voudraient en savoir plus nous conseillons de lire les deux ouvrages écrits par le docteur RUEFF, sur ce sujet:

La citation ci-dessous résume bien la pensée de Linus PAULING en 1986. Elle est toujours et malheureusement d’actualité:

« Ne laissez jamais les autorités médicales ou les politiciens vous tromper. Constatez les faits et décidez vous-mêmes comment vivre une vie heureuse et comment édifier un monde meilleur »

Le Professeur Linus PAULING avait avant son décès mandaté l’ADNO pour être le vecteur de ses recherches et travaux en Europe, aussi l’ADNO se fait l’informateur des principaux travaux de L’INSTITUT LINUS PAULING maintenant situé dans l’Oregon aux Etats-Unis.

Pour citer cet article : "De la Longévité à l’Éternité Séminaire ADNO," in Laure Pouliquen Officiel, 16/11/2014, https://laurepouliquen.fr/longevite-leternite-seminaire-adno/,Laure POULIQUEN.

 

Pin It on Pinterest

Shares