L’huile De Noix De Coco  et ses bienfaits sur l’organisme

L’huile De Noix De Coco et ses bienfaits sur l’organisme

L’huile De Noix De Coco, ses bienfaits sur votre Santé

MAJ le 15 avril  2017

L’huile de noix de coco est très utilisée dans les pays tropicaux particulièrement en Inde, au Sri Lanka, en Thaïlande, aux Philippines etc., qui ont une production abondante d’huile de noix de coco. À un moment donné, l’huile était aussi populaire dans les pays occidentaux comme les États-Unis et le Royaume Uni, mais il y avait une campagne de propagande forte dans les années 1970 propagée par l’industrie de l’huile de maïs et de soja contre l’huile de noix de coco.

 

On a considéré l’huile de noix de coco comme nuisible pour le corps humain en raison de sa haute teneur en matières grasses saturées jusqu’à la dernière décennies (les années 2000) où les gens ont commencé à remettre en question les affirmations de la propagande. Nous allons voir en détails les effets de l’huile de noix de coco sur notre organisme.

 

Comment L’acide Laurique Est-Elle Utilisée Par Notre Organisme?

Le corps humain convertit l’acide laurique en monolaurine, qui est supposé être utile dans le traitement de virus et de bactéries qui causent des maladies comme l’herpès, la grippe, le cytomégalovirus et même le VIH. Il aide aussi à lutter contre les bactéries nuisibles comme la Listeria monocytogènes et l’helicobacter pylori et protozoaires nuisible comme la giardia lamblia.

 

De par ses nombreux bienfaits, l’huile de noix de coco, bien que son mécanisme exact d’action soit inconnu, a été largement utilisé dans l’Ayurveda, le système médicinal indien traditionnel. Le Centre de recherche de Coco a compilé une liste des avantages potentiels de l’huile de noix de coco dans la médecine tant traditionnelle que moderne.

Avant de voir les avantages de l’huile de noix de coco plus en détail, nous devons d’abord comprendre sa composition.

 

Composition D’huile De Noix De Coco:

Plus de quatre-vingt-dix pour cent d’huile de noix de coco est constitué de graisses saturées (Ne vous affolez pas! Ce n’est pas aussi mal que cela ne puisse paraître, lisez jusqu’à la fin de cette revue pour une vision plus positive), avec des traces très variables d’acides gras, comme des acides gras mono-insaturés et des acides gras polyinsaturés. L’huile de noix de coco vierge en est similaire.

Acides Gras Saturés: La plupart d’entre eux sont des triglycérides de chaînes moyens, qui sont censés bien s’adapter à l’organisme. L’acide laurique est le principal composant, représentant plus de quarante pour cent du total, suivi par l’acide caprique, l’acide caprylique, l’acide myristique et palmitique.

 Acides Gras Polyinsaturés : L’acide linoléique.

Acides Gras Mono-Insaturés : L’acide oléique.

Polyphénols : La noix de coco contient de l’acide gallique, que l’on connaît aussi sous le nom d’acide phénolique. Ces polyphénols sont responsables du parfum et du goût de l’huile de noix de coco. L’huile de noix de coco vierge est riche en ces polyphénols.

Les quelques dérivées d’acide gras comme les bétaïnes, l’éthanol amide, les éthoxylates, les esters gras, les polysorbates gras, les mono glycérides et les esters de polyol.

Des chlorures gras, le sulfate d’alcool gras et le sulfate d’éther d’alcool gras, lesquelles sont dérivées d’alcools gras.
De la Vitamine, vitamine K et minéraux comme le fer.

 

Soin Capillaire:

Coco

L’huile De Noix De Coco, ses bienfaits sur la Santé

L’huile de noix de coco est une des meilleures substances nutritives naturelles pour vos cheveux. Elle contribue à une bonne croissance des cheveux et leur donne une qualité brillante. Elle est aussi très efficace contre la perte de protéine, ce qui peut donner des apparences peu attrayantes ou de désagréments diverses dans vos cheveux.

L’huile de noix de coco est largement utilisée dans le sous-continent indien pour le soin capillaire. La plupart des personnes dans ces pays l’appliquent sur leurs cheveux chaque jour après le bain ou la douche. C’est un excellent après-shampooing et un accélérateur de repousse. Elle fournit aussi les protéines essentielles exigées pour nourrir et guérir les cheveux abîmés. Des recherches indiquent que l’huile de noix de coco fournit la meilleure protection capillaire contre la fatigue d’hygral.

 

 En massant régulièrement votre tête avec l’huile de noix de coco, vous pouvez être sûr que votre cuir chevelu sera sans pellicules, même si celui-ci est sec en permanence. Elle protège aussi vos cheveux des poux et des lentes.

L’huile de noix de coco est donc un très bon soin capillaire et est utilisée dans la fabrication d’après-shampooings divers ainsi que des crèmes anti-pelliculaires. L’huile de noix de coco est appliquée normalement pour le soin capillaire.

 

Maladies Cardiaques

Il y a beaucoup de rumeurs soutenant que l’huile de coco est mauvaise pour le cœur à cause de sa forte teneur en gras saturées. En réalité, elle lui est plutôt bénéfique. Elle contient environ 50 % d’acide laurique, qui aide à prévenir activement divers problèmes cardiaques comme le taux élevé de cholestérol et l’hypertension artérielle. La présence de graisses saturées dans l’huile de noix de coco n’est pas aussi nuisible que ceux vous trouvez généralement dans des huiles végétales. L’huile de noix de coco ne fait pas augmenter le niveau de LDL et réduit les cicatrices de blessures ainsi que les dégâts artérielles. Elle aide donc à prévenir l’athérosclérose.

 

Soin De La Peau

L’huile de noix de coco est aussi une excellente huile de massage. Elle agit comme une crème hydratante efficace sur tous les types de peau, y compris la peau sèche. L’avantage de l’huile de noix de coco sur la peau est comparable à celui de l’huile minérale. Heureusement, contrairement à cette dernière, il n’y a aucune crainte d’effets secondaires négatifs. L’huile de noix de coco est donc une solution sûre pour empêcher la sécheresse et l’irritation de la peau. Elle retarde aussi l’apparence de rides et l’affaissement de la peau qui qui surviennent en vieillissant.

 

L’huile de noix de coco aide aussi dans le traitement des problèmes de peau divers dont le psoriasis, la dermatite, l’eczéma et bien d’autres. C’est exactement pour cette raison que l’huile de noix de coco est l’ingrédient de base des divers produits de soin corporels comme les savons, les lotions et les crèmes utilisées pour soigner la peau. L’huile de noix de coco aide aussi dans la prévention du vieillissement prématuré et des maladies dégénératives en raison de ses propriétés d’antioxydant connues.

 

Perte De Poids

L’huile de noix de coco est très efficace pour perdre du poids. Elle contient des acides gras de chaînes courtes ou moyennes, qui aident à enlever le poids en excès. Elle est aussi facile à digérer et aide dans le bon fonctionnement de la thyroïde et du système endocrine. En outre, elle augmente le taux métabolique du corps en se débarrassant de la pression sur le pancréas, brûlant ainsi plus d’énergie, aidant ainsi les personnes obèses et en surpoids à perdre le superflu. Les gens vivants dans les zones côtières tropicales, qui utilisent l’huile de noix de coco chaque jour comme leur huile de cuisine primaire, ne sont pas forcément imposants, obèses ou en surpoids.

 

Le Système Immunitaire

L’huile de noix de coco est aussi bonne pour le système immunitaire. Elle renforce celui-ci car elle contient des lipides antimicrobiens, de l’acide laurique, de l’acide caprique et de l’acide caprylique qui ont des propriétés antifongiques, antibactériennes et antivirales. Le corps humain convertit l’acide laurique en monolaurine. La recherche a montré que cette conversion était un moyen efficace de traiter les virus et les bactéries responsables des maladies telles l’herpès, la grippe, le cytomégalovirus et même le VIH. L’huile de noix de coco aide à combattre les bactéries nuisibles comme la listériose monocytogenes et helicobacter pylori et protozoa nuisible comme giardia lamblia.

 

Digestion

Les bienfaits internes de l’huile de noix de coco se produisent principalement en raison de son utilisation comme l’huile de cuisine. L’huile de noix de coco aide à améliorer le système digestif et empêche ainsi les problèmes d’estomac et de digestion incluant l’irritation du côlon. La présence de graisses saturées dans l’huile de noix de coco a des propriétés antimicrobiennes et aide à traiter des bactéries diverses, des moisissures et des parasites qui peuvent causer l’indigestion. L’huile de noix de coco contribue aussi dans l’absorption de d’autres substances nutritives comme des vitamines, des minéraux et des acides aminés.

 

Candida

La noix de coco a été désignée pour empêcher et même guérir la Candida. Il fournit le soulagement de l’inflammation causée par celle-ci, tant externe qu’interne. Sa concentration en humidité empêche l’irritation et le pelage de la peau. De plus, contrairement à d’autres traitements pharmaceutiques contre la Candida, les effets de l’huile de noix de coco sont progressifs et ne sont pas brutaux ou brusques, ce qui donne au patient le temps nécessaire pour s’habituer aux symptômes de manque ou aux Réactions Herxheimer (le nom donné aux symptômes accompagnant le rejet par l’organisme des toxines produites pendant l’élimination de ces microbes). Mais, dans le traitement de ce problème, les personnes devraient systématiquement et progressivement augmenter leurs dosages d’huile de noix de coco et éviter d’en prendre en grande quantité dès le début.

 

 La Candida, aussi connue sous le nom de Candidose systémique, est une maladie sérieuse causée par la croissance excessive et non contrôlée de levure appelée Candida Albicans dans l’estomac. Cette levure est plus ou moins présente dans notre estomac, mais elle ne manifeste pas d’effets indésirables lorsque sa croissance est contrôlée par les bactéries bénéfiques qui y résident également. La croissance incontrôlée de levure peut être due à plusieurs raisons. Par exemple, à causes des bactéries destructives ou l’utilisation d’antibiotiques qui sert à l’élimination de ces bactéries qui peuvent engendrer un déséquilibre bactérien et vont développer un problème comme la Candida. La détoxification ou le lavage de votre estomac avec des médicaments ou l’utilisation excessive de laxatifs chimiques ou encore l’ingestion de matière toxique peut causer l’accumulation de levure ou de microbes pour démarrer une croissance très rapide et pouvant mener à la Candida.

Les Symptômes de la candidose :

 

Les symptômes de la Candida peuvent être une infection dans les organes génitaux, dans la voie urinaire, dans la vessie, dans l’estomac, dans les intestins, au niveau de l’oreille, du nez et de la gorge. Cela provoque la sécheresse de la peau et sa démangeaison, des inflammations dans les organes internes et de la peau, une irritation et une peau pelée (particulièrement sur le cuir chevelu), des troubles digestifs et excrétoires ainsi que des problèmes de cheveux et d’ongles.

 

Cette maladie est très commune en Europe et en Amérique, probablement en raison du froid et du climat humide ainsi que la préparation des aliments générale, du stockage et des habitudes de consommation. En ces lieux, une grande partie de la nourriture est composée d’aliments qui, d’une certaine façon ou d’une autre, sont traités avec de la levure ou sont fermentés. Par exemple, le pain, d’autres produits cuits, le fromage et par-dessus tout, le vin et d’autres boissons alcoolisées, représentent une grande partie de l’alimentation dans ces parties du monde. Cela favorise l’apparition de la Candida Albicans dans l’organisme.

 

Les divers acides gras contenus dans l’huile de noix de coco sont bénéfiques dans la neutralisation des effets de ces habitudes et peuvent être utilisées pour traiter la Candida.

 

L’acide Caprique est une chaîne moyenne d’acide gras (une graisse saturée) présente dans l’huile de noix de coco et a des propriétés antimicrobiennes, antivirales et anti-mycosiques. Ce même acide gras est présent dans le lait maternel et protège le bébé contre les infections bactériennes, virales et fongiques. Dans l’organisme, il réagit avec de certaines enzymes sécrétées par d’autres bactéries, qui le convertissent par la suite dans un agent antimicrobien puissant, mono caprin. Dans l’utilisation systématique l’huile de noix de coco comme un traitement pour la Candida, l’acide caprique est aussi très efficace contre l’accumulation de levure.

L’acide Caprylique, Acide Caproïque, Acide Myristique Et L’acide Laurique sont tous présents dans l’huile de noix de coco et ont les propriétés antimicrobiennes et antimycosiques qui aident à l’élimination de la Candida albicans. L’acide laurique est une graisse saturée un acide gras à chaîne moyenne qui forme une substance appelée monolaurine quand il se trouve en réaction avec des enzymes. Cette monolaurine est un antibactérien puissant et un tueur de champignons.

Guérison Et Infections

Quand on l’applique sur les parties infectées, l’huile de noix de coco forme une couche chimique sur la zone du corps concernée qui protège de la poussière, de l’air, des microbes, des bactéries et des virus. L’huile de noix de coco est vraiment efficace sur les bleus car elle accélère le processus de guérison des tissus endommagés.

Infections: L’huile de noix de coco est très efficace contre une variété d’infections en raison de ses propriétés antimycosiques, antivirales et antibactériennes. Selon le Centre de recherche sur le Coco, l’huile de noix de coco tue les virus responsables de la grippe, de la rougeole, de l’hépatite, de l’herpès, des SARS et de d’autres maladies à risque. Elle tue aussi les bactéries qui causent des ulcères, des infections de la gorge, des infections urinaires, la pneumonie et la blennorragie. En conclusion, l’huile de noix de coco est aussi efficace dans l’élimination des microbes et de la levure qui cause la mycose, la grive et l’érythème fessier.

 

Autres Bienfaits

L’huile de noix de coco est fortement recommandée pour d’autres avantages qui sont citées ci-dessous. L’utilisation de huile de coco a été prouvé pour son efficacité sur :

  • Le Foie: La présence des triglycérides à chaîne moyenne et d’acides gras contribue à prévenir des maladies du foie, car ces substances sont facilement converties en énergie lorsqu’elles l’atteignent, ce qui réduit la charge de travail de celui-ci et prévient également l’accumulation de graisse.
  • Le Rein: L’huile de noix de coco aide à prévenir les maladies rénales et de la vésicule biliaire. Elle aide également à dissoudre les calculs rénaux.
  • La Pancréatite: L’huile de noix de coco est également considérée comme étant efficace dans le traitement de la pancréatite.
  • La Détente: L’huile de noix de coco est très apaisante et par conséquent, elle aide à éliminer le stress. Appliquez l’huile de coco sur la tête, suivie d’un massage doux, aide à éliminer l’accumulation stress.
  • Le Diabète: L’huile de noix de coco aide à contrôler la glycémie et améliore la sécrétion d’insuline. Elle favorise également l’utilisation efficace de la glycémie, prévient et traite le diabète.
  • Les Os: Comme mentionné précédemment, l’huile de noix de coco améliore la capacité de notre corps à absorber les minéraux importants. Ceux-ci comprennent le calcium et le magnésium qui sont nécessaires pour le développement des os. Ainsi, l’huile de noix de coco est très utile aux femmes qui sont sujettes à l’ostéoporose après la cinquantaine.
  • Les Soins Dentaires: Le calcium est un élément important de nos dents. Puisque l’huile de noix de coco facilite l’absorption du calcium dans l’organisme, elle aide à fortifier la dentition. L’huile de noix de coco supprime aussi la carie dentaire.
  • Le VIH Et Le Cancer: On pense que l’huile de noix de coco joue un rôle important dans la réduction de sensibilité virale chez les patients atteints de VIH et du cancer. Une première recherche a indiqué cet effet de l’huile de noix de coco sur la réduction de la charge virale des patients du VIH (Référence).
  • Soins nasaux et Saignements de nez : L’huile de coco peut prévenir les saignements de nez causés par la sensibilité aux intempéries telles que la chaleur extrême et le froid extrême. Ces saignements se produisent lorsque les passages nasaux deviennent secs à cause de l’air froid ou sec provoquant des brûlures et des fissures dans les membranes de mucus ainsi que des saignements. Pour éviter cela, il suffit de mettre de l’huile de coco dans les narines. Cela permettra de renforcer et de protéger les capillaires dans les voies nasales.

Enfin, l’huile de noix de coco est souvent utilisée par les athlètes, les culturistes et par ceux qui suivent un régime. Cela est dû à sa faible teneur en matière grasse, elle est facilement convertie en énergie, et elle ne mène pas à l’accumulation de graisse dans le cœur et dans les artères. L’huile de noix de coco aide à stimuler l’énergie, l’endurance et améliore généralement les performances athlétiques.

 

L’huile De Coco Et La Maladie d’Alzheimer: Les recherches menées par le Dr. Newport déclarent que l’huile de coco est efficace dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. En dehors de cela il n’y a aucune preuve scientifique ni des savoirs traditionnels de l’huile de noix de coco qui sont utilisées pour le traitement de l’Alzheimer. En fait, il n’a pas été prouvé que l’huile de noix de coco aide à stimuler la fonction du cerveau dans n’importe quelque forme.

 

Pourquoi L’huile De Coco Est Solide?: Contrairement à la plupart des autres huiles, l’huile de noix de coco a un point de fusion élevée – environ 24 à 25 degrés Celsius ou Fahrenheit de 76-78. Par conséquent, elle est dans un état solide à basse température et fond uniquement lorsque la température augmente considérablement. Donc, si vous achetez une bouteille d’huile de noix de coco et la trouvez solide, ne vous dites pas directement qu’elle n’est pas bonne. L’huile de noix de coco est souvent sous cette forme, et bien évidemment, le mieux c’est de ne pas la conserver dans votre réfrigérateur.

 

Comment Utiliser L’huile De Coco?: Si vous utilisez l’huile de noix de coco pour une application sur une zone ciblée, surtout en soins capillaires, il suffit de faire fondre à l’huile (si elle est dans un état solide) en gardant la bouteille au soleil ou en la trempant dans de l’eau chaude. Vous pouvez également prendre d’huile de noix de coco et la mettre dans un petit bol puis la réchauffer (ne pas utiliser un micro-onde). Ensuite, versez l’huile dans votre paume et appliquez-la sur vos cheveux. Si vous souhaitez l’utiliser pour la consommation, il suffit de remplacer le beurre ou les huiles végétales avec de l’huile de noix de coco dans vos recettes. N’oubliez pas, vous n’avez pas besoin d’arrêter le traitement avec les autres huiles pour un usage unique, car vous perdrez les autres avantages des huiles traditionnelles et des produits laitiers.

 

Est-Ce Que Je Peux Utiliser L’huile De Coco Pour La Cuisson?: Oui, dans la plupart des régions côtières tropicales, les gens l’utilisent pour faire la cuisine.

 

Je n’aime pas le goût de l’huile de coco. Que dois-je faire?: Essayez d’utiliser l’huile de noix de coco dans une variété de recettes différentes. Toutefois, si vous avez des nausées après en avoir consommé, ne vous forcez pas. Comme cela peut arriver avec n’importe quel aliment, votre corps peut être allergique à l’huile de noix de coco et dans ce cas là, il est préférable de ne pas consommer.

 

Les Variétés D’huiles De Noix De Coco

Il existe principalement 6 variétés d’huiles de noix de coco que vous trouverez sur le marché dont l’huile de noix de coco pure, l’huile de noix de coco raffinée, l’huile de noix de coco biologique, l’huile de noix de coco vierge, l’huile de noix de coco vierge biologique et l’huile de noix de coco extra vierge.

L’huile De Coco Pure: Cette huile est notre vieille amie la plus connue. Elle est extraite de cerneaux de noix de coco séchées, qui sont aussi appelés coprah. C’est brut, non raffiné et sans aucun additif. Elle est principalement extraite par compression du coprah dans un moulin, soit conduit par des bœufs ou par la force. Cependant, la variété extraite par les moulins à huile conduit par des bœufs est préférable. L’huile de noix de coco pure a des usages multiples comme l’huile comestible, l’huile d’massage, l’huile capillaire, l’utilisation cosmétique, ainsi que l’usage médicinal et industriel.

L’huile De Noix De Coco Raffinée: Elle est parfois aussi appelée huile de coco RBD, qui est une forme abrégée de l’huile de coco raffinée, blanchie & désodorisée. Comme son nom l’indique, ce type d’huile est obtenu mécaniquement et chimiquement raffinant, blanchissant et désodorisant par l’huile brute de coco, puis l’affiner, pour la rendre incolore, inodore et sans aucun type de particule (comme les protéines) qui se trouve en elle. Ce que nous obtenons est alors uniquement des graisses saturées pures.

L’huile De Noix De Coco Vierge: L’huile de noix de coco vierge est dérivé du lait obtenu à base de la chair de la noix de coco fraîche et non à partir de coprah, par des procédés comme la fermentation, la séparation centrifuge et l’action de l’enzyme. Durant l’extraction de cet huile, on veille à ne pas utiliser de chaleur ou un minimum. De cette façon, le goût et l’odeur de l’huile deviennent plus agréables et sont remplis d’antioxydants et d’acides gras à chaîne moyenne. Elle possède également des propriétés antimicrobiennes remarquables. C’est une des variétés les plus respectées et les plus fiables de l’huile de noix de coco.

L’huile De Noix De Coco Biologique: Il s’agit de l’huile de noix coco qui a été extraite de la noix de coco provenant de cocotiers plantés uniquement sur des engrais biologiques et sans engrais synthétiques ou insecticides. La production d’huile de noix de coco biologique est également effectuée sans la présence de produits chimiques lors de son extraction ou traitement. C’est une autre variété très demandée de l’huile de noix de coco. L’huile de noix de coco biologique fait partie intégrante d’un certain nombre de produits cosmétiques biologiques tels que des savons biologiques, des crèmes et lotions pour la peau, des casse-croûtes et des milliers de d’autres produits similaires. Certains des programmes ainsi que les autorités biologiques certifient que l’huile de coco biologique comprend :

L’huile De Noix De Coco Vierge Biologique : Ce type d’huile est fondamentalement l’huile de noix de coco vierge produite à partir des noix de coco organiques, donc de façon organique. C’est peut-être la meilleure forme et la plus pure de l’huile de coco que l’on puisse imaginer, mais c’est rare.

L’huile De Noix De Coco Extra Vierge: Parmi toutes les variétés d’huile de noix de coco, c’est la variété la plus contestée et controversée, car son existence même est douteuse et le nom n’a pas de sens. En outre, il n’y a pas de normes établies concernant la pureté de l’huile de noix de coco. Par ailleurs, les entreprises réputés et les organismes gouvernementaux hésitent encore à résoudre la question. Ce qui est sûr, c’est que davantage de recherches sont nécessaires.
Les propriétés de l’huile de noix de coco ne diffèrent pas beaucoup selon leurs variétés et restent plus ou moins les mêmes. Donc réfléchissez avant de vous décider à acheter une de ces variétés.

L’huile De Noix De Coco Comme Une Huile De Support: L’huile de noix de coco peut être très efficace comme une huile de support. L’huile de support tient une place de grande importance dans l’aromathérapie, l’Ayurveda, la médecine chinoise et tous les autres systèmes de traitement qui impliquent un massage. Les huiles de support sont des huiles qui pénètrent dans la peau ou sont facilement absorbés par la peau et facilitent ainsi les infiltrations ou l’absorption des autres huiles (tels que les huiles essentielles) et les extraits de plantes à travers la peau lorsqu’elles sont mélangées. L’huile de noix de coco est facilement absorbée par les pores et est donc utilisée comme une huile de support.

En outre, étant une des huiles les plus stables, elle ne rancit pas, ni elle ne laisse pas les autres huiles, les extraits de plantes ou médicaments nuire à ses avantages. En raison de ses propriétés antifongiques et antimicrobiennes, l’huile de noix de coco conserve les huiles, les extraits de plantes et les médicaments qui sont mélangés en elle même et protège contre les interactions microbiennes ou fongiques. Aussi, elle ne modifie pas les propriétés des huiles et des herbes mélangées qu’elle contient. L’huile de coco coûte chère dans plusieurs pays ; toutefois, dans les pays tropicaux, son prix est assez faible afin d’être abordable pour ses consommateurs.

 

L’extraction De L’huile De Coco

La pression à froid est l’une des méthodes privilégiées pour l’extraction de l’huile de noix de coco. La qualité de l’huile de noix de coco dépend de la méthode de son extraction. Il existe principalement deux modes d’extraction de l’huile de noix de coco. La première consiste à une pression à froid du coprah (cerneaux de noix de noix de coco séchées) et la deuxième est de bouillir le lait de la noix de coco fraîche. Puisque faire bouillir ou chauffer détruit beaucoup de nutriments et de composants utiles, l’huile de noix de coco obtenue de cette manière n’est pas considérée comme aussi bonne que celle obtenue par la pression à froid, puisque cette dernière conserve une grande partie des qualités nutritives de l’huile. Le pressage de la machine et le pressage manuel/par le bœuf sont deux méthodes de pression à froid.

Pressage De La Machine: Cette pression à froid s’effectue à l’aide d’un moulin à huile conduit par l’électricité ou un moteur à diesel. La plupart des huiles pressées à froid utilisées dans le monde est obtenue de cette façon.

Pressage Manuel/ Par Le Bœuf: L’huile obtenue de cette façon a un meilleur goût et un parfum plus prononcé. Elle est également plus chère car la production est plus petite, prend plus de temps et d’énergie et fait beaucoup plus de pertes. En bref, elle a un prix plus élevé, faible en disponibilité mais une meilleure qualité.

Achat D’huile De Noix De Coco

Tout d’abord, vous devez savoir pourquoi avez-vous besoin d’une huile de noix de coco et où voulez-­vous l’utiliser. Votre choix doit être selon votre besoin, si vous la voulez pour des utilisations alimentaires ou plutôt comme une huile de support pour être utilisée en aromathérapie, pour le massage, pour perdre du poids ou pour des fins médicinales. Comme mentionné précédemment, il existe différentes variétés et des fins. Leurs propriétés ne diffèrent pas beaucoup, sauf elles sont mélangées avec des bases ou des additifs qui ne contiennent pas 100% d’huile de noix de coco. Voici une liste d’utilisation et le type d’huile de coco à acheter.

Utilisation—Le Type Approprié

  • La Cuisson— L’huile de noix de coco raffinée
  • La Perte de Poids—L’huile de noix de coco vierge
  • Comme huile de support —L’huile de coco vierge, l’huile de coco fractionnée
  • La santé—L’huile de noix de coco vierge, l’huile de coco biologique
  • Le Massage—l’huile de coco pure, l’huile de coco raffinée
  • Les Cheveux—l’huile de coco pure, l’huile de coco raffinée
  • Les Usages médicinaux—l’huile de coco vierge, l’huile de coco vierge biologique

En outre, avant d’acheter l’huile de noix de coco, vous devez garder à l’esprit que pour les usages alimentaires et thérapeutiques, l’huile de noix de coco raffinée est la meilleure car elle est hygiénique et est propre. L’huile de noix de coco non raffinée est bonne pour des applications externes comme les soins capillaires et les soins de la peau.

Où L’acheter? : Sauf pour certaines des variétés spéciales, telles que l’huile de coco vierge et l’huile de coco biologique, d’autres variétés comme l’huile de coco pure et huile de coco raffinée sont facilement disponibles dans la plupart des épiceries, en particulier dans les pays tropicaux. Pour les variétés spéciales, vous devrez peut-être chercher dans les grands magasins ou les pharmacies. Les cas peuvent être un peu différentes dans les pays qui ne produisent pas d’huile de coco, comme aux États-Unis, le Royaume-uni et la plupart des pays d’Europe. Vous devrez visiter les grands épiciers dans ces pays pour trouver différentes variétés d’huile de coco. Vous pouvez également obtenir l’huile de coco plus facilement dans les épiceries dans les quartiers qui ont des populations venant de l’Inde, la Thaïlande, le Sri Lanka, les Philippines et l’Afrique côtière. Évidemment, vous pouvez le commander en ligne aussi et faire livrer où vous résidez.

 

Quelle Marque D’acheter? : Ce n’est pas un problème si quelqu’un dans votre village extrait de l’huile de coco (tout à fait normal dans les Philippines, la Thaïlande, la Birmanie, l’Inde côtière, le Sri Lanka etc.) et que vous connaissez cette personne bien ou que vous le/la voyez extraire l’huile. Mais lorsque vous l’achetez en quantité, optez pour les marques plus fiables et réputées. Lisez attentivement la composition et vérifiez la date de fabrication (plus l’huile de noix de coco a une date antérieure, plus elle est meilleure).

 

Combien Faut-Il Payer? : C’est une question vraiment difficile à répondre. Le prix de l’huile de coco dépend de nombreux facteurs tels que la disponibilité (moins chère là où elle est produite et plus coûteuse dans les autres endroits, et c’est encore plus chère quand c’est commandé par téléphone, Internet, etc..). Le prix varie également selon la demande, la variété (celle qui est raffinée coûte la moins chère, suivi par la fractionnée, la vierge, la biologique et les huiles de coco vierges biologiques), la marque et la quantité (l’achat en gros coute un peu moins).

 

Combien Faut-Il Acheter? : Il faut acheter ce dont vous avez besoin pour quelques mois car parce que malgré le fait que l’huile de coco ne rancit pas pendant une longue période, il est préférable de ne pas la stocker inutilement. Vous obtiendrez de meilleurs résultats avec de l’huile de coco fraîche.

 

Le Stockage: Après avoir acheté l’huile de noix de coco, il faudra penser au stockage. Dans les pays froids, l’huile de noix de coco est livrée dans de bons et grands récipients. Toutefois, si vous obtenez un paquet (tétra-pack ou sachet en plastique), après avoir ouvert l’emballage, veillez à conserver l’huile dans des récipients avec une couvercle hermétique et une ouverture large, afin que vous puissiez la prendre avec une cuillère si elle se solidifie. Il est nécessaire garder le bocal scellé ou bien le refermer car il y a d’autres fanatiques de l’huile de coco (les fourmis, les cafards, les autres insectes et les rongeurs l’adorent!).

source : http://www.organicfacts.net/

PS : Attention cependant : L’huile de coco peut provoquer une irritation lorsqu’elle est en contact avec les yeux. Par ailleurs, l’inhalation de vapeur d’huile de coco peut également provoquer une irritation des voies respiratoires. Ref : [Rowe, R.C., Sheskey, P.J., Quinn, M.E .; (Eds.), Handbook of Pharmaceutical Excipients 6ème édition Pharmaceutical Press, Londres, Angleterre 2009, p. 185]  Laure Pouliquen.**
Pour citer cet article : Laure POULIQUEN, "L’huile De Noix De Coco et ses bienfaits sur l’organisme," in Laure Pouliquen Officiel, 04/03/2017, https://laurepouliquen.fr/lhuile-de-noix-de-coco-et-ses-bienfaits-sur-lorganisme/.
Le sucre, drogue douce !

Le sucre, drogue douce !

Le sucre, drogue douce !

Le mal du sucre, vous le trouverez dans les richesses colossales, du nouveau et de l’ancien monde, érigées sur les taxes du sucre. Vous le trouverez dans toute la carrière et les activités de Napoléon, un suceur de bonbons notable mais aussi dans celle de Freud, accroché à la cocaïne et au sucre, dans celle d’Hitler, un consommateur effréné de sucreries. C’est donc l’histoire d’un monde qui, en quelques siècles, a développé un goût obsédant pour une denrée qui, jusqu’à là n’avait jamais figuré à son menu.

L’omo-sapiens n’a jamais consommé de sucre. Pendant des millénaires son alimentation a été composée strictement et exclusivement d’aliments tirés du sol. Le sucre raffiné n’est consommé, en regard de l’histoire de l’humanité, que depuis peu de temps.

L’histoire du SUCRE des temps modernes commence mal. En effet, en 1768 à la Sorbonne, on condamne et on brûle le livre de Claude Adrien Helvéticus parce-qu’il ose dire « Il n’y a pas un tonneau de sucre qui arrive en Europe qui n’est tâché par le sang. Lorsque l’on pense à la misère de ces esclaves, quiconque a un cœur devrait renoncer à ce produit et refuser la jouissance de ce qui est acheté au prix des larmes et le la mort d’innombrables créatures » .

Historique

En 1975, William Dufty a écrit « Sugar Blues, le Sucre cet ami qui vous veut du mal », encore appelé ‘Le roman noir du sucre blanc », nous apprenons que le sucre est une véritable drogue.

En 1981, Danièle Starenkyj a écrit « Le Mal du Sucre » et nous prévient que les symptômes tels que la dépression, l’anxiété, les diverses phobies, le manque d’énergie, l’irritabilité, l’insomnie, les allergies, les maux de tête, les douleurs dans le dos et aussi l’alcoolisme ont comme première cause la consommation de sucre raffiné.

Les titres de ces deux ouvrages sont particulièrement bien choisis.

« Le sucre vous n’en mourez pas ! mais il vous donne l’envie d’être mort » A méditer…….. !!! surtout pour ceux et celles qui souffrent de diabète et d’hypoglycémie.

Des chiffres

En 1840, chaque Français consommait en moyenne 2,4 kg de sucre /an,

En 1974, cette quantité était de 40 kg /an,

En Angleterre, elle était de 2 kg de sucre/an en 1700,

De 8 kg / an en 1800,

De 38 kg / an en 1900,

De 54 kg / an en 1970

Ces chiffres sont édifiants….!

Le sucre est à la fois une drogue et un poison….

Il est regrettable que la grande majorité du public ne soit nullement conscient du fait que les sucres industriels et les farines raffinées sont tout aussi dangereux pour la santé que l’alcool et le tabac, voire que les drogues dites « dures « .

En effet, le sucre, tout particulièrement, créé une dépendance aussi forte que la morphine ou la cocaïne.

La toxicomanie au sucre est devenue l’une des affections les plus répandues et les plus meurtrières de notre temps.

Lorsqu’on voit les dégâts immenses que l’abus de sucre et de farines cause dans la santé des populations occidentales, il devient impérieux d’informer le public des dangers qu’il court.

Même s’il est difficile d’éliminer totalement de son alimentation ces produits nocifs, chacun peut se protéger en consommant le plus possible d’aliments naturels complets, pour que le corps reçoive les vitamines et enzymes nécessaires pour métaboliser et éliminer les substances indésirables.

Fort heureusement, notre corps est doté de mécanismes de dépollution très puissants qui fonctionnent fort bien tant que nous leur apportons les substances et les nutriments dont ils ont besoin.

Vous devez savoir qu’un litre de coca-cola contient, outre l’équivalent de trois tasses de café, 22 morceaux de sucre raffiné ! Alors, si vous voulez ne pas vous intoxiquer et/ou risquer ainsi devenir plus tard des consommateurs de drogues dures, supprimez le sucre blanc et remplacez-le éventuellement par du sucre de canne complet, du miel biologique non chauffé ou du sirop d’érable.

Un adolescent nourri avec des produits sains risque beaucoup moins de s’adonner aux drogues que celui qui s’alimente avec du « Junk Food » (ce mot américain signifie littéralement « nourriture poubelle » et désigne l’alimentation industrielle moderne).

Les travaux remarquables du Docteur Béguin à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, ont montré que des enfants auxquels on supprime le sucre blanc pour leur donner à la place du sucre de canne complet présentaient moins de caries que des enfants nourris au sucre blanc.

D’autres travaux ont montré la diminution de l’agressivité et des rixes dans les prisons où l’on avait supprimé le sucre blanc. Avec des sucres complets et naturels, vous verrez disparaître les moments d’excitation qui suivent la prise de sucre raffiné et les coups de pompe qui surviennent presque immanquablement une à deux heures après.

Vous disposerez d’une énergie constante et sans à-coups. Vous rejoindrez alors les rangs de ces consommateurs avisés qui ne laissent plus les industries alimentaires, au nom du profit économique, ruiner leur santé.

Les sucres cachés

La plus grande partie du sucre que nous consommons se présente sous une forme vicieuse. Le sucre blanc et raffiné est caché dans les desserts, pâtisseries, biscuits, glaces, boissons mais aussi dans les desserts lactés, les conserves, les charcuteries, les plats préparés, etc….

Le saccharose fait partie des substances à calories vides, riches en calories, mais pauvres et même dénuées complètement de vitamines, minéraux et oligo-éléments. Le saccharose consomme des minéraux de l’organisme pour son métabolisme, sans en apporter, d’où son effet déminéralisant.

La première prévention de l’ostéoporose et de la carie dentaire est la suppression pure et simple du sucre blanc raffiné, tant visible que caché.

D’autres sucres sont utilisés dans l’industrie alimentaire :

  • Le maltose
  • le lactose,
  • Le lévulose,
  • Le fructose,
  • Le mannose
  • Le xylose,
  • Les dextrines,
  • Le malt d’orge,
  • Les sirops de blé,
  • Les sirops de maïs,

Les faux sucres,

  • « Aspartam » (encore plus toxique que le sucre raffiné),
  • Le sorbitol,
  • Le Xylitol (dans les chewing-gums)

Le rôle immunodépresseur du Sucre

Le sucre provoque notamment des désordres hormonaux, voire l’épuisement des glandes, y compris les surrénales et la thyroïde. Il diminue également l’efficacité des globules blancs et le système immunitaire en général. On peut dire qu’il est, à terme, IMMUNODÉPRESSEUR.

Chez certains sujets, on peut même parler d’une intolérance, voire d’une allergie.

Une véritable dépendance

Consommer du sucre donne souvent une sensation d’euphorie, sensation bien agréable du manque comblé. On retrouve là la notion bien connue de dépendance. Combler mon manque devient ma principale préoccupation. Nous comblons le vide de notre existence en mangeant des biscuits, des bonbons, du chocolat, etc.

Nous ne savons pas si c’est le « sucrisme » qui entraîne une dépendance ou un état de dépendance qui entraîne une « sucromanie », laquelle est susceptible de se déplacer vers d’autres dépendances (tabagisme, toxicomanies, alcoolomanie, etc.) Cette dépendance pouvant être psychologique mais aussi physique.

Conclusion

Les maladies et les troubles de la santé liés à la consommation de sucre sont malheureusement en constante augmentation :

  • Diabète,
  • hypoglycémie,
  • troubles hormonaux,
  • troubles de l’immunité,
  • polytoxicomanie,
  • troubles mentaux,
  • consommation de médicaments psychotropes,
  • ostéoporose,
  • déminéralisation,
  • Reflux gastrique,
  • obésité,
  • cholestérol,
  • athérosclérose
  • certains cancers (n’oublions pas en effet que le SUCRE nourrit le CANCER)
  • Les effets néfastes du sucre ne s’arrêtent pas au diabète, syndrome métabolique, à l’hyper-ou hypoglycémie, au reflux gastrique et aux maladies cardiaques. Le sucre et le cancer forment une étreinte mortelle, et pourtant les oncologues ne parviennent pas souvent à faire le nécessaire pour empêcher les patients de nourrir leurs cancers par une alimentation sucrée.

Cette liste n’est pas exhaustive, elle reprend les principales pathologies liées bien souvent avec la consommation de ce produit.

Les peuples qui consomment le plus de sucre (États-Unis, Canada, Angleterre, etc….) sont aussi ceux le plus atteints par les maladies précitées.

Ne conviendrait-il pas alors de rajouter le SUCRE BLANC à la liste des drogues de toutes sortes, tabac, alcool, cocaïne, héroïne, morphine, médicaments…!!  Certainement oui !

Laure POULIQUEN

Sources biographiques :
Dr Christian Tal Schaller, « Institut de Santé Globale »
« Biocontact » novembre 1997
« Le sucre, cet ami qui vous veut du mal » de William Dufty
« Le Mal du Sucre » de Danièle Starenkyj

+ Ci-dessous complément du 30 janvier 2015Diabète : les dangers du fructose (source LeMonde.fr)

Diabète : les dangers du fructose

Comment résister à l’invitation de ce vieux slogan publicitaire ? Tout sucre, tout miel, les industriels de l’alimentation adoucissent notre quotidien. Aliments transformés, conserves, sodas et même jus de fruit, ils y sont tous passés. Depuis des années, des sucres – essentiellement du fructose – ont été ajoutés à ce que nous consommons. Il faut dire que le fructose avait tout pour plaire.

Naturellement présent dans les fruits ou le miel (mais à de faibles concentrations), il donne un goût sucré plus prononcé, à quantité égale, que le saccharose, notre bon sucre en morceaux ou en poudre composé à parts égales de glucose et de fructose. Mieux : avec lui, les aliments transformés sont plus stables et ceux que l’on cuit prennent une jolie couleur brune plus accentuée. Ce n’est pas tout : le fructose accroît l’appétit, car il diminue la sensation de satiété.

Peu onéreux, il est donc un produit rêvé pour un industriel : plus vous en mangez et plus vous mangerez. D’où le succès d’une forme particulièrement concentrée : le sirop de maïs à haute teneur en fructose, mis au point dans les années 1960 pour remplacer le saccharose et utilisé à partir des années 1980 par l’industrie alimentaire.

Elle a surfé sur cette idée, facilement acceptable par le public, que le sucre est un aliment naturel et un apport essentiel d’énergie. Le sucré est l’une des saveurs élémentaires que nous savons reconnaître avec le salé, l’acide et l’amer. Année après année, notre goût a ainsi été façonné par un arôme sucré de plus en plus accentué. Une méthode de marketing qui n’est pas sans rappeler celle de l’industrie du tabac, qui a tout fait pour rendre plus addictifs les produits qu’elle vendait.

Modifications métaboliques

Dans cette escalade, la France est encore loin de connaître les niveaux de consommation atteints aux Etats-Unis, où un individu absorbe 25 kilos de fructose par an (contre 0,5 kilo en France). Il n’y aurait là pas de quoi s’inquiéter si ces apports en fructose n’avaient pas des conséquences néfastes. Les preuves scientifiques se sont accumulées ces dernières années. Dans les recommandations qu’elle a publiées au début de cette année, l’Organisation mondiale de la santé rappelle le lien entre les glucides simples ajoutés à l’alimentation et la prise de poids et l’obésité.

La consommation excessive de fructose entraîne des modifications métaboliques. Elle fait le lit du diabète de type 2, une maladie dont l’accroissement – plus de 380 millions de personnes atteintes dans le monde – a pris des proportions épidémiques. Chaque année, plus de 5 millions de décès sur la planète sont dus au diabète, qui, avec l’obésité et la sédentarité, est un facteur de risque cardio-vasculaire. Loin d’être l’apanage des pays riches, le mal a gagné les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Il est urgent de limiter cette ingestion injustifiée de fructose. Cela commence par un étiquetage des aliments préparés et des boissons, fournissant aux consommateurs l’information nécessaire. Il ne suffit pas de connaître la teneur en glucides, comme l’impose la réglementation européenne, mais aussi le type de sucres.

Doivent ensuite venir d’indispensables campagnes visant à réduire l’apport calorique sous forme de ces sucres-là, au bénéfice de ceux naturellement contenus dans les fruits et légumes. Du sucre, oui, mais pas n’importe lequel.

Pour citer cet article : Laure POULIQUEN, "Le sucre, drogue douce !," in Laure Pouliquen Officiel, 30/01/2017, https://laurepouliquen.fr/le-sucre-drogue-douce/.
L’hypoglycémie, une pathologie complexe

L’hypoglycémie, une pathologie complexe

L’hypoglycémie, une pathologie complexe

Les symptômes de l’hypoglycémie étant complexes et trompeurs, il n’est pas toujours facile de la diagnostiquer. Les individus qui en souffrent s’entendent souvent dire que leurs difficultés sont d’origine  » psychique  » ou  » nerveuse « , bien souvent la  » spasmophilie  » y est associée (dans cette pathologie les symptômes sont également très complexes), d’où l’extrême attention qui devrait être portée à ces individus.

 L’hypoglycémie Une pathologie invalidante et cependant méconnue

1/ – RAPPEL PHYSIOLOGIQUE INDISPENSABLE :

De même que l’essence fournit l’énergie pour faire tourner un moteur, le glucose élaboré à partir des aliments et transporté par le sang, est le carburant dont l’organisme tire l’énergie requise par toutes les activités cellulaires.

De tous les organes, c’est le système nerveux central qui minute après minute, dépend de plus en plus de ce glucose sanguin.

En effet, le cerveau ne peut stocker le glucose et en requiert un apport interrompu pour les réactions d’oxydation lui procurant l’énergie nécessaire. Lorsque l’essence commence à manquer, un moteur a des ratés de plus en plus incohérents. Il en va de même avec nos cellules lorsque s’épuisent les réserves du glucose. La chute du taux de sucre dans le sang, ou hypoglycémie, a un retentissement cérébral immédiat souvent générateur de lassitude et labilité émotionnelle.

Ce changement dans la chimie de notre organisme se produit plusieurs fois par jour chez chacun d’entre nous et ne constitue pas une maladie, mais le terme d’hypoglycémie est devenu depuis quelques années synonyme d’une insuffisance chronique de sucre sanguin et il désigne dès lors un état pathologique dû à une régulation défectueuse de la glycémie.

Peu après le repas, le glucose fabriqué dans l’intestin grêle commence à pénétrer dans le courant sanguin. L’hypothalamus réagit à cette  » hyperglycémie  » momentanée en envoyant des signaux au pancréas pour qu’il sécrète l’hormone  » insuline « .

L’insuline déclenche l’absorption rapide du glucose sanguin par les divers tissus ; elle en facilite aussi le stockage dans le foie où il est converti en glycogène. Avec chaque molécule d’insuline secrétée par le pancréas, des milliers de molécule de glucose passent ainsi dans les tissus, en attendant que se déclenchent en retour des régulations compensatrices.

En effet, lorsque la concentration de glucose dans le sang accuse une diminution significative, une autre partie de l’hypothalamus donne, par l’intermédiaire de la glande pituitaire, l’ordre aux surrénales de libérer des hormones  » adrénaline et glucocorticoïde  » qui s’opposent à l’activité de l’insuline. L’adrénaline active dans l’organisme entier une activité enzymatique qui inhibe la consommation du glucose. De plus, l’adrénaline et les glucocorticoïdes déclenchent dans une autre partie du pancréas la sécrétion du  » glucagon « , cette dernière hormone est nécessaire à la reconversion du glycogène en glucose dans le foie, lequel peut ensuite libérer ce glucose dans le sang.

Si l’un de ces mécanismes régulateurs de la glycémie fonctionne mal, il en résulte un déséquilibre entre le glucose, l’insuline et ses antagonistes. Une production excessive d’insuline et/ou une sécrétion insuffisante de ses antagonistes (les hormones  » adrénaline, glucocorticoïdes, glucagon, somatotropes « ) entraîne une HYPOGLYCÉMIE CHRONIQUE

 2/ – STRESS ET ADRÉNALINE :

Tout traumatisme physique ou émotionnel (douleur, épuisement, accouchement, anxiété, chagrin, choc…etc.) déclenche dans la médullosurrénale une sécrétion d’adrénaline élevant la glycémie pour procurer à l’organisme le supplément d’énergie exigé par la situation. Mais, lorsqu’un individu subit un stress continuel, les surrénales, sollicitées en permanence, finissent par s’épuiser. Le manque d’adrénaline entraîne alors  » l’hypoglycémie fonctionnelle « .

 Il existe plusieurs sortes d’hypoglycémie,

 a) – Hypoglycémie Organique :

Les anomalies dans le métabolisme du glucose, qui s’aggravent à jeun, relèvent de l’hypoglycémie dire  » Organique  » ou  » Primaire « . Ce type d’hypoglycémie à jeun se retrouve surtout en cas de tumeur des îlots du pancréas (les cellules qui sécrètent l’insuline). Dans cette affection organique, la déficience prolongée en glucose peut amener des lésions cérébrales et entraîner la mort.

 b) – Hypoglycémie Fonctionnelle ou Réactionnelle :

La majorité des hypoglycémies sont les hypoglycémies dites  » fonctionnelles  » ou encore  » réactionnelles « , parce-que leurs symptômes se manifestent en réaction à la consommation de nourriture. Dans certains cas, il s’agirait d’erreurs congénitales du métabolisme, mais la prédisposition à l’hypoglycémie fonctionnelle est largement actualisée par le STRESS et/ ou le régime alimentaire.

 3/ – LES SYMPTÔMES :

Les symptômes varient suivant la gravité des troubles et suivant l’individu : fatigue, maux de tête, palpitations, courbatures et crampes musculaires, tremblements et convulsions, vertiges et étourdissements, évanouissements, paresthésies et vision brouillée, impression de manque d’air, troubles digestifs et nausées, faim perpétuelle, insomnie et cauchemars, paresse libidinale chez les femmes et impuissance chez les hommes, et enfin difficultés dans l’accomplissement de tâches physiques ou mentales simples.

Au nombre des symptômes psychiques : irritabilité, nervosité, sautes d’humeurs, crise de larmes, anxiété, peurs irraisonnées, phobies diverses, distraction, indécision, pensées brumeuses, troubles de la perception, défaut de mémoire et/ou de concentration.

Aucun de ces symptômes n’est spécifique et on les retrouve dans divers autres désordres nerveux, mais leur caractère épisodique est nettement révélateur d’hypoglycémie. Ils se produisent tard dans la nuit ou au petit matin (dans l’hypoglycémie  » à jeun «  et en relation directe avec l’heure et la nature du dernier repas (dans l’hypoglycémie fonctionnelle).

 . La fatigue,

Parmi tous ces symptômes prédomine LA FATIGUE, tant physique que mentale. Le sujet souffrant d’hypoglycémie fonctionnelle se plaint d’ordinaire de fatigue quelques heures après les repas, notamment en fin de matinée et d’après-midi. Il a souvent de la peine à s’endormir, dort trop et se réveille épuisé avec le corps douloureux. Avec sa fatigabilité, l’hypoglycémique manque souvent d’énergie physique ou mentale. Les manifestations du  » mal  » sont cruelles et rendent parfois ses victimes incapables de faire face aux exigences de la vie courante.

 . L’hypothermie,

Un autre caractère distinctif de l’hypoglycémie est l’hypothermie (température insuffisante). Les individus hypoglycémiques ont souvent froid, ils se plaignent en particulier d’avoir froid aux mains et aux pieds et ce même en transpirant (sueurs ou moiteurs froides).

Deux Chercheurs ont étudié en profondeur ces phénomènes d’hypothermie, le Docteur Freinkel (1972) et le Docteur Molar (1974), ces deux chercheurs y voient un effet de la gluco-carence sur les cellules cérébrales, car c’est l’hypothalamus qui contrôle la régulation thermique.

 . L’agressivité, l’irritabilité,

Des enquêtes anthropologiques récentes ont établi une indiscutable corrélation entre l’hypoglycémie fonctionnelle et les conduites agressives et anti-sociales. Un ethnologue, R. Bolton, a découvert que 55 % d’hommes les plus violents souffraient justement d’hypoglycémie.

Il a même pu démontrer une relation  » curvilinéaire  » entre l’hypoglycémie fonctionnelle et l’agressivité, c’est-à-dire que les agressions se multiplient en cas d’hypoglycémie  » légère  » et se raréfient lors des hypoglycémies  » graves « .

Dans le premier cas, la violence, en provoquant une décharge d’adrénaline, fait remonter de force une hypoglycémie défaillante. Dans le second cas, au contraire, le manque presque total d’énergie rend l’agression impossible.

Par ailleurs, une étude entreprise en 1973 a apporté la preuve supplémentaire que de nombreuses victimes de l’hypoglycémie fonctionnelle éprouvent des troubles psychiques.

En effet, l’HF prend souvent le masque de la  » maladie mentale  » car beaucoup de ses symptômes, notamment dans les cas graves, miment des désordres psychiatriques, il en résulte que ses victimes se retrouvent même souvent sur le divan psychanalytique, avec des espérances d’amélioration assez problématiques.

HYPOGLYCEMIE

HYPOGLYCÉMIE

 5 – CE QU’IL FAUT ÉVITER :

L’alcool, le tabac, le café, le thé, le chocolat, et d’une manière générale tous les excitants mais également les produits sucrés et le grignotage entre les repas et, dans la mesure du possible, diminution du stress.

 6 – CE QU’IL FAUT FAVORISER :

Les repas pris à heures régulières, l’exercice physique qui fait partie intégrante du traitement, le sport et toutes les activités physiques énergétiques stimulant la glande pituitaire à la sécrétion de l’hormone de croissance ou  » somatotrope « , modératrice de l’insuline.

 7 – LES NUTRIMENTS INDISPENSABLES :

Afin d’assurer l’absorption de tous les nutriments essentiels, une supplémentation en vitamines et en minéraux est indispensable, notamment :

 Les  » vitamines du groupe B « , en particulier B1 et PP, nécessaires aux enzymes contrôlant le métabolisme des hydrates de carbone,

 Les  » vitamines A et C  » nécessaires aux surrénales (souvent épuisées), ne pas hésiter à consommer des doses importantes de vitamine C. En effet, outre ses nombreuses vertues, la vitamine C lutte efficacement contre l’HF.

 La  » Choline  » pour le métabolisme des graisses,

 Le  » Manganèse  » qui règle la consommation cellulaire du sucre et qui élève le taux de  » spermine « ,

 Le  » Zinc « , régulateur de l’insuline,

_-Le  » Calcium « , le  » Magnésium « , le  » Phosphore «  qui interviennent également dans le métabolisme du glucose et dans l’activité des glandes endocrines,

 – Le  » FTG  » (facteur de tolérance au glucose) composé organique contenant du  » Chrome « , de  » l’acide Nicotinique  » et trois acides aminés, essentiel à la régulation de l’insuline et au métabolisme correct des hydrates de carbone.

 Conclusion :

((Les symptômes de l’hypoglycémie étant complexes et trompeurs, il n’est pas toujours facile de la diagnostiquer. Les individus qui en souffrent s’entendent souvent dire que leurs difficultés sont d’origine  » psychique  » ou  » nerveuse « , bien souvent la  » spasmophilie  » y est associée (dans cette pathologie les symptômes sont également très complexes), d’où l’extrême attention qui devrait être portée à ces individus.))

Laure POULIQUEN
http://laurepouliquen.fr
http://amessi.org

sources bibliographiques :  » Équilibre Psycho-Biologique & Oligo-éléments » de Carl C. Pfeiffer et Pierre Conthier

Complément à cet article 

 « L’HYPOGLYCÉMIE ET SES CAUSES »

L’hypoglycémie est un taux anormalement bas de glucose dans le sang. Bien que l’hypoglycémie se manifeste souvent chez les personnes atteintes de diabète insulino-dépendant, on la rencontre parfois chez certaines personnes en bonne santé et on l’étudie maintenant comme un trouble spécifique de l’organisme.

L’hypoglycémie provoque des symptômes nombreux et variés, et lorsqu’elle se produit chez un diabétique, elle peut avoir des conséquences graves.

Dans la plupart des autres cas, l’hypoglycémie peut être contrôlée par le régime alimentaire et par un mode de vie adapté.

 Importance du glucose

Le glucose constitue la principale source d’énergie de l’organisme. Pendant la digestion, le pancréas libère une hormone, le glucagon, qui transforme les glucides alimentaires en glucose, un sucre simple qui sera libéré dans le sang. Pour aider le glucose à pénétrer les cellules, le pancréas sécrète une deuxième hormone, l’insuline. Sans insuline, le glucose s’accumule dans le sang et ne procure pas l’énergie nécessaire aux cellules. On parle alors d’hyperglycémie et cette condition mène souvent au diabète.

Si, au contraire, il y a trop d’insuline, le glucose ne suffit pas à la tâche et les cellules sont privées d’énergie. Le taux de sucre baisse et les symptômes de l’hypoglycémie peuvent se manifester.

 Causes

Dans de rares cas, l’hypoglycémie peut être causée par certaines maladies ou par des troubles endocriniens. Les maladies du système digestif, des reins ou du foie peuvent entraîner une baisse du taux de sucre dans le sang, de même que les troubles de la glande thyroïde.

D’autre part, on constate que les alcooliques et les personnes obèses sont plus susceptibles de connaître des épisodes d’hypoglycémie. La plupart du temps cependant, l’hypoglycémie est causée par un régime alimentaire déficient et par un mode de vie irrégulier.

 Diabète

Les personnes diabétiques qui doivent s’injecter de l’insuline ou qui prennent des hypoglycémiants oraux connaissent parfois des épisodes d’hypoglycémie. La réaction survient la plupart du temps à la suite d’un excès d’insuline ou d’hypoglycémiants.

L’hypoglycémie peut également survenir lorsqu’on saute un repas, à la suite d’une activité physique intense ou après la consommation d’alcool.

L’hypoglycémie se manifeste par une sensation de faim, des maux de tête et une transpiration abondante. La personne peut avoir des tremblements et des palpitations, et si le taux de sucre est très bas, elle peut sembler confuse ou même ivre. Dès les premiers signes d’hypoglycémie, il faut consommer des aliments qui contiennent des sucres à action rapide comme un jus de fruits, une boisson gazeuse, des carrés de sucre ou du lait. Si l’hypoglycémie provoque des convulsions ou une perte de conscience, il faut immédiatement conduire la personne à l’hôpital.

Un manque prolongé de glucose peut en effet entraîner des dommages permanents au cerveau.

 Alcool et café

L’alcool peut causer une hypoglycémie sévère, surtout s’il est consommé à jeun. Pour métaboliser l’alcool, le foie cesse de libérer le glucagon nécessaire à l’équilibre du glucose, ce qui provoque une chute du taux de sucre. Le café, quant à lui, malgré le coup de fouet qu’il procure parfois, provoque des symptômes d’hypoglycémie deux ou trois heures après sa consommation. Le café agit en effet sur le système nerveux central, qui pousse le foie à produire plus de glucose, ce qui augmente le taux de sucre dans le sang.

Chez certaines personnes, le pancréas réagit alors en sécrétant de l’insuline, ce qui provoque une chute de la glycémie. Les boissons gazeuses ordinaires, qui contiennent une grande quantité de sucre, peuvent aussi provoquer une baisse du taux de sucre quelques heures après leur consommation en stimulant la production d’insuline.

 Régime alimentaire

Le glucose provient essentiellement des aliments riches en glucides. Lorsque l’apport en glucides est insuffisant, l’organisme ne peut transformer la quantité de glucose essentielle à son fonctionnement. Les personnes qui ne mangent pas suffisamment, ou qui ne font qu’un ou deux repas par jour risquent de voir leur taux de sucre chuter entre les repas et peuvent souffrir d’hypoglycémie.

Certains aliments provoquent une sécrétion excessive d’insuline, ce qui entraîne une chute rapide du taux de glycémie et peut entraîner des symptômes d’hypoglycémie peu de temps après leur ingestion. Les glucides simples, comme ceux contenus dans les sucres raffinés et les farines blanches, sont particulièrement à surveiller.

On conseille aux personnes hypoglycémiques de prendre des repas légers à des heures régulières, et de prévoir des collations entre les repas pour maintenir le taux de sucre tout au long de la journée et pendant la nuit.

 Exercice et stress

Les activités intenses, qui exigent de grands efforts physiques, ont pour effet de faire baisser le taux de sucre dans le sang. Elles peuvent donc provoquer des épisodes d’hypoglycémie chez certaines personnes. Un programme d’exercices modérés, intégré à la routine quotidienne, peut cependant s’avérer bénéfique.

Lorsque l’exercice est régulier, le glucose entreposé dans les muscles peut augmenter de 50 %. Si le régime alimentaire est équilibré, l’exercice peut contribuer à contrôler le taux de glycémie, même après que l’on ait cessé l’activité. L’exercice contribue également à réduire le stress, une autre cause d’hypoglycémie. Le stress augmente en effet l’activité du système digestif et stimule la sécrétion d’insuline. Il contribue donc à augmenter l’hypoglycémie. Les personnes particulièrement anxieuses peuvent améliorer grandement leur état en ayant recours à des techniques de relaxation.

 Symptômes et signes

L’hypoglycémie est accompagnée d’une multitude de symptômes qui peuvent orienter le diagnostic, mais il faudra recourir à un test d’hyperglycémie provoquée pour la confirmer. Les principaux symptômes sont un besoin constant de manger, la somnolence et une sensation de fatigue intense. La transpiration est souvent excessive, et les mains et les pieds sont toujours froids.

La personne peut être saisie de tremblements, avoir des palpitations cardiaques et souffrir d’étourdissements et de vertiges. L’hypoglycémie est souvent accompagnée de maux de tête et de migraines, et elle entraîne souvent des troubles psychologiques. Le manque de concentration, l’épuisement nerveux, la confusion, l’anxiété, l’agressivité, les troubles de la mémoire et les tendances à la dépression en sont quelques-uns.

 Aliments à éviter

  • Pour prévenir les épisodes d’hypoglycémie, on recommande d’éliminer les sucres raffinés ou concentrés, comme le sucre, le miel, le sirop, la mélasse, le caramel et la cassonade. Il faut aussi éviter le pain, les pâtes alimentaires et les pâtisseries faits de farine blanche, dont les glucides sont rapidement transformés par l’organisme et qui peuvent provoquer des symptômes d’hypoglycémie. On conseille aussi de limiter la consommation de café, de boissons gazeuses et d’alcool.

 Aliments à privilégier

Les glucides devraient représenter au moins 50 % du régime alimentaire. On conseille de privilégier les glucides complexes contenus dans le pain et les céréales de grains entiers, les pâtes alimentaires faites de farine complète, le riz brun et les légumineuses, et de consommer suffisamment de fibres alimentaires, qui ont pour effet de ralentir l’absorption des glucides.

Les fibres solubles contenues dans l’orge, l’avoine et les légumes comme le brocoli, le chou, la carotte, le navet et la pomme de terre sont particulièrement recommandées. Pour ralentir l’absorption du sucre contenu dans les fruits, on conseille de les consommer en même temps que des aliments riches en protéines comme le fromage, le yogourt ou les noix.

L’insuline

L’insuline est l’hormone qui régule le taux de sucre dans le sang. L’insuline agit quasiment comme les œstrogènes en se fixant sur des récepteurs des cellules. Votre taux d’insuline est directement liée à votre régime alimentaire et est compris entre 79 (excellent) et 190 (mauvais). Ce taux peut-être déterminé par une simple prise de sang.

Faites de l’exercice : l’activité fait baisser les besoins d’insuline de l’organisme car il permet de faire passer le sucre dans les cellules musculaires et évite d’en sécréter davantage.

La glycémie
Les aliments que nous absorbons sont à base d’hydrates de carbones. Les processus chimiques de la digestion les transforme en glucose et la glycémie est le taux de glucose dans le sang. Certains aliments ont un index glycémique faible (leur décomposition génère peu de glucose) et permettent à l’organisme de secréter moins d’insuline et donc de stocker moins de graisses. En effet, l’insuline est l’hormone responsable de la prise de poids.

Voici ci dessous un tableau répertoriant les différents index glycémiques des aliments courants.

Glucides à index élevé (à éviter)
Maltose (bière)110
Glucose100
Pommes de terre au four95
Pain très blanc (hamburger)95
Purée de pommes de terre90
Miel90
Carottes85
Corn-flakes, Pop-corn85
Riz à cuisson rapide85
Fèves80
Potiron75
Pastèque75
Sucre (saccharose)70
Pain blanc (baguette)70
Céréales raffinées sucrées70
Barres chocolatées70
Pommes de terre bouillies70
Biscuits70
Maïs moderne70
Riz blanc70
Fruits secs65
Pain bis65
P. de terre cuites dans leur peau65
Betteraves65
Bananes, melons, confiture60
Pâtes blanches55

 

Glucides à index faible (à privilégier)
Pain complet ou au son50
Riz complet50
Petit pois50
Céréales complètes sans sucre50
Flocons d’avoine40
Haricots rouges40
Jus de fruits frais sans sucre40
Pâtes complètes40
Pumpernickel40
Pain de seigle complet40
Pain intégral35
Pois secs35
Laitages35
Glaces35
Haricots secs30
Lentilles30
Pois chiches30
Pâtes intégrales30
Autres fruits frais30
Marmelade de fruits sans sucre30
Chocolat noir (>70% de cacao)22
Fructose20
Soja15
Cacahuètes15
Légumes verts<15
Champignons<15

 

Médicaments potentiellement hypoglycémiants
Principe actifIndication

Insuline

Diabète de type 1

Sulfamides

Diabète de type 2

Bêtabloquants

Hypertension, angine de
poitrine

Quinine

Malaria (Paludisme)

Disopyramide

Troubles du rythme cardiaque

Laure POULIQUEN

Pour citer cet article : Laure POULIQUEN, "L’hypoglycémie, une pathologie complexe," in Laure Pouliquen Officiel, 30/11/2016, https://laurepouliquen.fr/lhypoglycemie-une-pathologie-complexe/.
Dérives nutritionnelles Robert Masson Interview 1ère partie

Dérives nutritionnelles Robert Masson Interview 1ère partie

Les différentes modes et pratiques alimentaires et leur dérives : Véganisme, Crudivorisme, Végétalisme, Végétarisme, etc.

Liste des sujets abordés :
1) 00h00m : Intro.
2) 00h01m27s : Présentation de Robert Masson.
3) 00h07m33s : Recrudescence de la mode végétarien, végétalien.
4) 00h10m31s : Un point sur les différentes méthodes alimentaires.
5) 00h21m14s : Différence entre les régimes Végétarien et Végétalien – Le cas des végétariens.
6) 00h25m25s : Différence entre les régimes Végétarien et Végétalien – Le cas des végétaliens.
6A) 00h25m35s : Végétalisme : Réalité biologique ou vue de l’esprit ?
6B) 00h32m55s : Protéine végétale Vs Protéines animales.
6C) 00h37m44s : La théorie des partisans de l’alimentation végétale.
6D) 00h41m18s : Droit de réponse.
6E) 00h42m09s : Un végétalien sincère : Albert Mosseri.
6F) 00h42m47s : B12.
6G) 00h45m21s : Un ami phytothérapeute.
6H) 00h47m40s : Le père de l’alimentation spécifique et naturelle.
6I) 00h48m34s : Les végétaliens Sincères.
6J) 00h49m08s : Retour B12.
6K) 00h49m33s : Acidité Vs Alcalinité.
6L) 00h58m21s : La Digestion de la viande.
6M) 01h01m40s : Qu’est-ce qui putréfie dans le colon ?
6N) 01h03m13s : La putréfaction.
7) 01h05m10s : Acidification de l’organisme.
8) 01h08m01s : Le Ph de la cellule.
9) 01h12m16s : Acidité stomacale.
10) 01h11m04s : Les émonctoires.
11) 01h13m12s : Livre : Dérives nutritionnelles et comportement suicidaire.
12) 01h14m14s : Livre : La Naturopathie foudroyée.
13) 01h17m21s : Générique de Fin de la première partie.
14) 01h17m : Fin de la première partie.

Les vitamines B et leurs bienfaits

Les vitamines B et leurs bienfaits

Les symptômes de déficiences en vitamines B touchent à tous les systèmes du corps et peuvent être la cause de plusieurs malaises quotidiens. Pour un corps capable de faire face à un rythme de vie trépidant, il s’agit d’ajouter au régime un supplément complet de vitamines B.

Vitamines
   Principales fonctions des vitamines B
B1Métabolisme des glucides, production d’énergie, fonctionnement du système nerveux.
B2Production d’énergie, métabolisme des glucides, des protéines et des lipides, vision, santé de la peau et des muqueuses, activation des vitamines B6 et B9.
B3Synthèse des hormones sexuelles, métabolisme des glucides, des protéines et des lipides, production des globules rouges.
B5Synthèse d’hormones et de neurotransmetteurs, transmission nerveuse, production des globules rouges, division des cellules, production d’énergie, métabolisme.
B6Synthèse des protéines, d’hormones et de neurotransmetteurs, production des globules rouges et transport de l’oxygène, fonctionnement du système immunitaire, synthèse de l’ADN, régulation de la glycémie, synthèse de la vitamine B3.
B8Métabolisme des glucides, des lipides et des protéines, division des cellules.
B9Division des cellules, synthèse de l’ADN et de l’ARN, métabolisme des protéines, régulation du taux d’homocystéine sanguin (avec B6 et B12), fonctionnement du système nerveux et immunitaire, cicatrisation des blessures.
B12Fonctionnement du système nerveux, synthèse d’ADN et d’ARN, production des globules rouges et transport d’oxygène, synthèse de S-adénosylméthionine (SAMe) avec B6 et B9,

Voici les signes de carences et des alliés des principales vitamines B

 Vitamine B 1 : (thiamine)

 Vertus :

anti-névritique (système nerveux), apéritive.

Optimisation du système nerveux ; prévention de l’irritabilité, de l’anxiété, de la maladresse, stimule la mémoire, prévient de la maladie d’Alzheimer.

Favorise la croissance cellulaire. Tonique cardiaque, favorise les cicatrisations

 Symptômes de carence :

fatigue intense, perte de l’appétit, nausée, troubles digestifs, douleurs abdominales, faiblesse musculaire, manque de concentration, dépression, névralgies, zona, sciatique, lumbago

Vitamine B 2 (riboflavine)

 Vertus :

anti-dermatite, vitamine de l’énergie

Elle intervient dans les mécanismes de capture et de transport de l’oxygène depuis les poumons jusqu’aux tissus. Elle intervient dans le métabolisme des glucides et des lipides et prévient l’oxydation des protéines du cristallin. Elle est nécessaire à la fabrication de nombreuses enzymes.

 Les surdoses

L’excès de vitamine B2 ingérée est éliminé par l’urine. En cas d’ingestion d’une grande quantité, l’urine en ressort fort colorée.

 Symptômes de carence :

étourdissement, tremblements, maux de tête, crampes musculaires, insomnie, fendillements et plaies sur les lèvres, lèvres qui pèlent, inflammation de la langue et de la bouche, acné, inflammation des yeux (impression de sable dans les yeux ou brûlements, larmoiement), difficultés d’apprentissage

Optimisation des yeux, de la peau, des performances sportives, de la croissance.

Prévention des malformations du nourrisson, migraines, anémie couperose ou acné rosacée, vaisseaux apparents, yeux injectés

Alliés : vitamines B 5 et C

 Vitamine B 3 Hexaniacinate d’inositol)

 Vertus :

vitamine de l’énergie

Diminue le taux du cholestérol et triglycérides, combat l’artériosclérose et l’hypertension.

Optimisation du métabolisme du sucre. Tonification musculaire.

Diminution des douleurs, optimisation du cerveau, améliore les problèmes de Parkinson. Aide à lutter contre l’alcoolisme, la dépendance, les envies de suicide, limite le stress des étudiants, utile pour les adolescents en crise, pellagre, délinquants, récidivistes.

Une complémentation en hexanniacinate d’inositol induit zéro suicide.

L’Hexaniacinate d’isonitol, un outil dans le traitement contre le cancer

Les personnes qui subissent une chimiothérapie réduisent les risques de récidive de cancers liés au traitement, en prenant des suppléments d’Hexaniacinate d’isonitol .

l’ADN est endommagé par les chimiothérapies, dotant plus lorsque le niveau Vit. B3 est faible.

L’Hexaniacinate d’isonitol protège et répare l’ADN, ce travail de réparation est nécessaire afin d’éviter les récidives de cancer.

 Symptômes de carence :

éruptions cutanées, ulcérations dans la bouche, gerçures aux lèvres, fissures sur la langue, problèmes de gencives, perte d’appétit, nausée et vomissement, diarrhée, maux de tête, irritabilité, fatigue, dépression, confusion, insomnie, perte de mémoire, sentiment de peur et d’anxiété où la personne pense devenir folle , diarrhée, schizophrénie, neurasthénie, animosité, méfiance, mauvaise odeur, mauvaise haleine, migraine chronique, trou de mémoire, manifestations cutanées, confusions mentales, agressivités, hallucinations, angoisses, terreurs, tout ce qui touche a la psychiatrie, perte de contrôle mental, léthargie, écroulement mental, malades mentaux

Alliés : Complexe B et la vitamine C


vitamine B4 : peu connue, est une base purique appelée Adénine.
C’est la vitamine des leucocytes ou globules blancs.

En tout premier lieu, l’Adénine est prescrite pour tous les troubles des globules blancs. De plus elle est utilisé dans la prévention des accidents hématologiques après traitement avec certains médicaments.

 Vitamine B 5 (acide pantothénique)

 Vertus :

anti-stress, vitamine de la peau et des cheveux

Symptômes de carences : coups de fatigue, maux de tête, dépression, irritabilité, vertige, faiblesse musculaire, hypoglycémie, insomnie, pieds qui brûlent ou qui démangent, chute des cheveux incluant l’alopécie féminine, grisonnement des cheveux.

Stress, fatigue, problèmes de peau, ongles, cicatrisation, allergie, stérilité.

Fourmillement, douleurs, optimisation des performances sportives, rhumatismes aigus.

 Vitamines B 6 (Pyridoxine)

 Vertus :

vitamine féminine

Symptômes de carences : hypoglycémie, nervosité, insomnie, dépression, syndrome prémenstruel, anémie (hypochrome), décoloration de la langue, problèmes de la peau, perte de cheveux, tics, tremblements, crampes des jambes, mauvaise coordination des mouvements , trophicité de la peau, asthme, diabète, troubles nerveux et psychologique (avec la B1), anticonvulsions et antiépileptique, polynévrites

Syndrome du canal carpien, antidote le glutamate.
Alliés : Complexe B (surtout B 1, B 2, B 5), vitamine C, magnésium, potassium

 Vitamine B 7 ( inositol )

 Vertus :

Permet de contrôler le taux de cholestérol et intervient dans la santé des cheveux, l’anorexie, et pour la santé du cristallin. Mangeur de graisse, B7 + Choline.

L’inositol est très efficace pour abaisser le mauvais cholestérol, prévenir la maladie d’Alzheimer et permet d’avoir un foie en bonne santé.

Partie intégrante de la gaine de myéline qui recouvre les nerfs.

 Symptômes de carences :

Une carence en vitamine B7 peut provoquer des problèmes de peau ou de cheveux, la stérilité, les maladies oculaires, la constipation et même les troubles nerveux.

A partir d’un certain âge, le taux d’inositol disponible dans les nerfs ainsi que la promptitude des réflexes connaissent une baisse. Il faut donc apporter à l’organisme, un complément de cette substance si importante. Il représente un excellent tonique pour le foie, la nutrition et le système nerveux.

Le foie et le cœur de bœuf constituent des sources essentielles d’inositol. Cependant, leur consommation n’est pas recommandée compte tenu du fait qu’ils peuvent contenir des traces d’hormone de croissance ou de médicaments. Il faut privilégier les noix fraiches, les légumineuses, l’avoine et le germe de blé frais.

 Vitamine B8 (Biotine)

L’assimilation de la vitamine B8 est entravée par l’avidine, présente dans le blanc d’œuf cru. Une consommation exagérée de blanc d’œuf cru peut donc conduire à un déficit en vitamine B8.

 Vertus :

Intervient dans le contrôle la sécrétion de sébum.

La biotine est nécessaire à la synthèse des acides gras et à la dégradation des protéines et des glucides en molécules plus petites ; elle contribue également au maintien de la thyroïde et des glandes surrénales, du système nerveux, de l’appareil reproducteur et de la peau.

 Symptômes de carences :

Inflammation de la peau et de la langue, asthénie (fatigue aiguë), perte d’appétit (anorexie), des myalgies (douleurs dans les muscles), convulsions, nausées, somnolence, chute des cheveux, ongles cassants, dépression, troubles du comportement,

troubles cardiaques, infection pulmonaire, accélération des évolution des tumeurs, arrêt de la croissance chez les enfants petits, neurasthénie, panique, suicide, épuisement, eczéma ou autres, desquamation, douleurs musculaires.

Les enfants en bas âge avec une dermatite séborrhée, démontrée par le visage et le cuir chevelu sec et écailleux, peuvent également souffrir d’une insuffisance de biotine


Vitamine B 9 (acide folique)

Vertus : anti-anémique – essentielle pour prévenir les malformations chez le fœtus
Stérilité, prévention des fausses-couches, de la prématurité et des malformations du bébé, terrain pré cancéreux, problèmes cardio-vasculaires, anémie, tous les problèmes neurologiques : mémoire, dépression, démence, neuropathie, retards mentaux, convulsions. Trophicité de la peau, des cheveux, des gencives, des muqueuses.

 Symptômes de carences :

fatigue, faiblesse générale, insomnie, perte de mémoire, anémie, lésions au coin de la bouche, langue rouge et brillante, ulcères d’estomac, désordres intestinaux, avortement spontané, malformations congénitales du fœtus, cheveux ternes, changements neurologiques conduisant à des maladies mentales – dépression, schizophrénie. Peau tavelée, tremblements, maux de tête, vertiges, palpitations, crampes, rhumes opiniâtres, infections respiratoires, personne aigrie, irascible, déprimée, querelleur, souvent en hypoglycémie, globuline défectueuse, douleurs aux pieds, hypotension, forte diminution d’acide chlorhydrique dans l’estomac, flatulence, constipation, surrénales faibles, évanouissements, destruction des protéines,

Alliés : complexe B (surtout B 5, B 8, B 12), vitamine C

Hémochromatose : afin de diminuer le nombre de saignées, voir même ne plus en avoir nécessité, « vitamine B9 »

 En cas de prise de contraceptif, prendre la B9.

 vitamine B10 :

est en fait composée de deux vitamines très proches que certains appellent H2 et H3 : ce sont l’acide para-amino-benzoique et le para-amino-benzoate de sodium. C’est une vitamine hydrosoluble qui joue un rôle important dans la pigmentation de la peau et des cheveux.

De plus, elle participe à la synthèse de la vitamine B9 et aide à l’assimilation de la vitamine B5. 
De vrais carences sont inconnues.

La vitamine B10 est surtout prescrite en dermatologie, vitiligo, psoriasis, eczémas secs et protection des peaux sensibles aux coups de soleil. De plus elle est utilisée pour la dyspnée, l’asthénie et bien sûr les cheveux gris (en association avec B5, B8 et B9).

 vitamine B11 :

son nom chimique est Carnitine parce qu’elle fut découverte en grande quantité dans la viande ou les jus de viande.

La principale fonction de la Carnitine est de faciliter l’utilisation des lipides dans l’organisme. En un mot, la vitamine B11 brûle nos graisses. Des carences peuvent apparaître en cas d’alimentation pauvre en vitamine C, B3 et B6. On peut également soupçonner une carence de vitamine B11 en cas de maigreur excessive, avec perte de l’appétit ou en cas… d’obésité.
Les médecins prescrivent la vitamine B11 pour le manque d’appétit, une maigreur exagérée, des atrophies musculaires, pour une insuffisance des sécrétions pancréatiques et gastriques.
Sa grande application actuellement est le traitement de certaines obésités et des maladies cardiaques, où les graisses jouent un rôle pernicieux.

 Vitamine B 12 (cyanocobalamine) Anti-anémique

Symptômes de carences : grande fatigue, manque de concentration, léthargie, perte d’intérêt, perte de poids et d’appétit, nervosité, difficultés de mouvement et d’élocution, difficultés respiratoires, langue lisse et rouge, système nerveux sensitif – extrémités douloureuses ou sensations amoindries, picotements dans les doigts, rigidité à travers le corps, douleurs fréquentes dans les épaules et les bras -, (à noter que tous ces symptômes peuvent être liés à l’anémie pernicieuse qui résulte d’un manque de B 12), stérilité, troubles menstruels (flux irrégulier ou diminué), pertes vaginales malodorantes, mauvaises odeurs corporelles, allergies, dépression, difficulté à se lever le matin, trous de mémoire, démence.

 vitamine B13 :

participe aux métabolismes de la vitamine B9 et B12. Elle fait baisser le taux d’acide urique dans le sang, développe la flore intestinale nécessaire à notre santé et protège les cellules hépatiques. est parfois utilisée comme diurétique, souvent comme traitement de l’excès de l’acide urique et enfin comme réductrice des triglycérides et du cholestérol.

La vitamine B13, évite la formation de calculs rénaux, potentialise l’efficacité des vitamine B9 et B12, développe la flore intestinale nécessaire à notre santé et protège les cellules hépatiques, utilisée comme diurétique.

Aux Etats-Unis, elle est utilisée pour traiter la sclérose en plaques.

Elle est également utile dans le traitement des diarrhées.

 Les B13 et B15 associés, ont un effet anti cancer puissant.

 Vitamine B14 : Xanthoptérine.

Très utile dans la formation de cellules de l’organisme.

Anti anémie.

C’est une vitamine importante, sa carence conduit à la destruction des globules rouges, ainsi que l’augmentation de la croissance des cellules cancéreuses .

 Vitamine B15 :

L’acide D-gluconodiméthylaminoacétique, a étudié notamment en URSS, afin d’aider les cosmonautes, pour ses effets dans la prévention de l’hypoxie, (manque d’apport sanguin et tissulaire en oxygène), ou Cyanose

Le terme de cyanose désigne un symptôme clinique consistant en la coloration bleutée que prennent la peau et les muqueuses lorsque le sang ne contient plus suffisamment d’oxygéne. C’est donc un signe d’hypoxémie (diminution de la teneur du sang en oxygène) et d’hypoxie (oxygénation insuffisante des tissus). Elle peut être la conséquence est entre autres d’une insuffisance respiratoire grave, ou peut être causée par un trouble de la circulation, de malformations cardiaques congénitales, d’une mauvaise circulation du sang, d’une anémie ou d’une intoxication, ou maladie de Raynaud.

 La vit. B15 est Très utile en cas de démangeaisons.

Une cellule qui, pour différentes raisons, ne reçoit plus d’oxygène, remplace cette énergie par le sucre, alors, c’est la cancérisation, nous comprenons donc l’importance de la vitamine B15 dans la prévention des cancers, mais aussi afin de se diriger vers la guérison, en prenant notamment de gros dosages de Potassium.

 La vitamine B15 agit de synergie avec la B13.

Pour bien fonctionner, une vitamine du groupe B a besoin de la présence des autres Vitamines du groupe B, et aussi est potentialisée par une haute teneur en vit. C.

il est bien de prendre ensembles : Vit. B15 + B13 + complexe Vit. B + Magnésium Ascorbyl-Phosphate (super vit. C) , cette vit. N’est pas acidifiante et est la plus stables des vit. C .

 La B15 est un dérivé aminé de l’acide glutamique, appelé également « vitamine de l’intelligence » .

Cette vitamine hydrosoluble a des vertus anti fatigantes. Elle favorise l’oxygénation et la respiration cellulaire et réduit la consommation du glycogène. De plus, elle est considérée comme un lipotrope et empêche ainsi l’accumulation de graisses dans le foie

est considérée comme un excellent détoxiquant général et un défatiguant. Actuellement il est largement utilisé en sport de compétition, car il diminue l’accumulation de l’acide lactique, augmente la respiration cellulaire et permet d’endurer des efforts musculaires intenses en prolongées.

 Vitamine B 16 Diméthylglycine :

Elle améliore la performance sportive, stimule le système immunitaire, aide à traiter l’autisme, l’épilepsie et la maladie mitochondriale, donc effet positif afin d’éviter de faire des récidives de cancer après chimiothérapies.

  • La vitamine B-16 est un dérivé de la glycine, un acide aminé.
  • La vitamine B-16 est indispensable à la réparation de l’ADN.

Or les chimiothérapies abîment l’ADN et prédisposent aux récidives de cancer.

stimule le système des Hormones et des neurotransmetteurs.

lutte contre le stress, oxygène les tissus de l’organisme, améliore la circulation sanguine, élimine l’excès d’acide lactique, après le sport raccourcit la période de récupération.

La vitamine B-16 est un donneur de méthyle. Les donneurs de méthyle faciliter votre corps dans la production de produits chimiques dans le cerveau et peuvent donc améliorer le plaisir sexuel, l’humeur, de l’énergie, bien-être, la vigilance, la concentration et la clarté visuelle. Elle est un booster d’énergie efficace et un nutriment qui améliore l’endurance et la capacité cardio-vasculaire. Elle fourni une protection contre les agents infectieux dans le corps et permet d’optimiser les performances des athlètes et les personnes actives.

Vitamine B 17 : LAETRILE, Établit la synthèse de l’hémoglobine, des acides gras et aminés, indispensable pour l’utilisation des vitamines B hydrosoluble. Le manque de vitamine B17 provoque : Fatigue, peau sèche, insomnie, douleurs musculaires, manque d’appétit…

la B17 détruit les cellules cancéreuses et protège les cellules saines.

 Utile pour les pathologies suivantes :

Anémie diminution du taux d’hémoglobine dans le sang avec présence anormale dans le sang de cellules précurseurs des globules rouges dont la taille est anormalement grande (mégaloblastes). Leucémies, cancers, croissance, problèmes neurologiques : coordination motrice, névrites, maladies psychiatriques, mémoire, fatigue, perte du goût et de l’odorat, amaigrissement, palpitations, asthme, arthrose.

 Alliés :

complexe B (surtout B 6, B 9, choline, inositol), vitamines A, C, potassium et sodium.

 Une autre vitamine B : le PABA

L’acide para-amino-benzoïque (PABA) est un cofacteur hydrosoluble naturel des vitamines du groupe B.

Indications dans : fatigue, anémie, eczéma suintant, boursouflement des paupières, vitiligo, plaques hyper chromiques et d’autres achromiques.

 Vertus :

C’est un antioxydant capable de neutraliser l’oxygène singulet et de bloquer les effets néfastes des rayons ultraviolets.

Apporte une protection contre des polluants atmosphériques comme la fumée de cigarette ou l’ozone qui endommagent les membranes et structures cellulaires en créant un stress oxydant.

Ralenti ou inverse les liaisons croisées dans les protéines de structure des tissus conjonctifs comme le collagène. Les liaisons croisées jouent un rôle primordial dans le développement de maladies fibreuses, comme la maladie de La Peyronnie, la contracture de Dupuytren ou la sclérodermie

Favorise la fluidité des membranes cellulaires ;

Renforce la souplesse des articulations ;

Restaure leur couleur initiale aux cheveux blancs dans 10 à 25 % des cas.

 Liste des pathologies et vitamines B associées

  •           acné : B2
    • acide urique : B13
    • alcoolisme : B3
    • Allergies, eczéma, dermatoses, érythèmes, démangeaison : B5 + B6 + B12 + (hyaluronique oméga3 oméga7)
    • allopécie et coloration des cheveux : B5 + B6 + B7 + B8 + B9 + B10 + PABA
    • Alzheimer : B1 + B7
    • Angoisse anxiété : B1 + Hexanniacinate d’inositol (B3)
    • Anémie : PABA + B2 + B6 + B9 + B12
    • anorexie, appétit : B1 + B3 + B7 + B8 + B11 + B12 + B 17
    • articulations : PABA
    • Athérome : B7 + complexe B + Choline + lécithine + Oméga 3 et 7 + magnésium
    • asthme : B6 + B17
    • Autisme  : B16
    • brûlure (sensation de brûres) : B5
    • boursouflement des paupières : PABA
    • cancer : B8 + B12 + B13 + B15 + B17 (la prise de B12 doit toujours, impérativement être accompagnée du complexe B + B8 + magnésium ascorbyl-phosphate (super vitamine C). Vit. E , D3, S.O.D.
    • cataracte : B2 + taurine + carnitine + vit. E
    • Cholestérol : B3 + B6 + Choline + lécithine
    • cœur : B1 + B8 + B9
    • collagène : PABA
    • Convultions : B6 + B8 + B9
    • couperose : B2
    • Cortisone : la B5 + cassis + acide R Lipoïque + bromélaïne , c’est une véritable cortisone.
    • Démangeaisons : B15
    • Dépression : B1 + B3 + B5 B 6 B 8 B9 B12 (c’est a dire pratiquement toutes)
    • Diabète : B6
    • Diarrhées : B3
    • digestifs : (troubles) B1 + VIT. U + Glutamine
    • diurétique : B13
    • Douleurs : B1 + B3 + B5 + B8 + B12
    • Dupuytren : PABA, silice/ortie
    • énergie vitamines de l’énergie : B2 + B3
    • épilepsie : B6, B16 + taurine, glutamine, Thréonine, glycine, zinc
    • Estomac : B1 + B9
    • étourdissement : B2
    • Fatigue : B1 + B2 + B3 + B5 + B8 + B12 + B13 + PABA (c’est a dire pratiquement toutes)
    • fendillements et plaies sur les lèvres : B2
    • foie :(trop de graisse dans le foie) B 7 + B15 + B13
    • gencives : B3 + B9
    • gerçures aux lèvres : B3
    • globules blancs : B4
    • globules rouges : paba + B2 + B6 + B9 + B12 + B17 + Leucine + lysine + histidine + polygonum multiflorum
    • goût et l’odorat : B17 + zinc + sélénium + méthionine
    • graisse (brûleur de graisse) : B7 + B11 + B15
    • Haleine : B3
    • hypertension : B3
    • hypotension : B9
    • hypoglycémie : B5 + B6 + B9
    • insomnie : B2 + B3 + B5 + B6 + B9 + magnésium (c’est a dire pratiquement toutes)
    • Langue : (différents problèmes) : B2 + B3 + B6 + B8 + B9 + B 12
    • lèvre : B2 + B3
    • Maigreur : B11
    • malformations du bébé : B9
    • maux de tête : B2 + B3 + B5 + B9
    • Mémoire : B1 + B3 + B9 +B12
    • muqueuses : B9
    • névralgies : B1 + Aconit Napel
    • obésité : B11
    • ongles : B5 + B8
    • Palpitations : B9 + B17
    • Parkinson voir aussi tremblements : B3
    • paupière : PABA
    • pertes vaginales : B12
    • Peyronnie : PABA
    • Picotements : B12
    • psoriasis : B10
    • schizophrénie : B3 + B9
    • sciatique, lumbago : B1
    • sclérodermie : soufre organique + PABA + niacine ou hexaniacinate d’inositol
    • sébum : B8
    • sport : B2 + B5 + B15 + B16
    • surrénales : B8 + B9
    • syndrome prémenstruel : B6
    • thyroïde :B8 + Vit. E + Iode + Armour + Tyrosine
    • tremblements :B2 + B6 + B9
    • stérilité, fertilité : B5 + B 7 + B9 + B12 + vit. E + S.O.D.
    • tics : B6
    • triglycérides : B3 + B13
    • vaisseaux apparents, yeux injectés : B2
    • vertiges : B5 + B9
    • Vitiligo : PABA
    • yeux, cristallin : B2 + B7 + VIT. E

 Les vitamines B indiquées ci-dessus, pour être efficaces, doivent systématiquement être accompagnées de complexe B + magnésium ascorbyl-phosphate (super vitamine C).

Pour citer cet article : Laure POULIQUEN, "Les vitamines B et leurs bienfaits," in Laure Pouliquen Officiel, 13/05/2016, https://laurepouliquen.fr/les-vitamines-b-et-leurs-bienfaits/.
La naturopathie foudroyée : Mythes, mensonges et erreurs graves en nutrition

La naturopathie foudroyée : Mythes, mensonges et erreurs graves en nutrition

La naturopathie foudroyée : Mythes, mensonges et erreurs graves en nutrition

Robert_Masson_la-naturopathie-foudroyee2

Robert_Masson_la-naturopathie-foudroyee

J’ai le plaisir de vous proposer ce jour, en ma qualité d’ancienne élève + Ex-co-Fondatrice & Secrétaire Générale de l' »AMICALE ROBERT MASSON » ainsi que Rédactrice en Chef de la revue « SANTE OPTIMUM » créée par l’A.R.M en 1992 (déjà 24 ans),  le dernier ouvrage de Robert Masson, intitulé : « La Naturopathie foudroyée : Mythes, mensonges et erreurs graves en nutrition » paru aux Editions Guy Trédaniel, un ouvrage à lire par tous les passionnés de naturopathie et de nutrition mais aussi par les personnes conscientes du nombre exponentiel d’erreurs en matière de nutrition ! , est également évoqué, entre autres, « le LAIT de SOJA et infirmité à vie » !

Concernant par exemple le CRUDIVORISME

  • l’animal : 25% sur le plan cortical cérébral, et 75% sur le plan végétatif viscéral, donc métabolique et digestif. Le capital enzymatique est énorme : l’animal peut donc digérer le totalement cru
  • l’homme : 75% sur le plan cortical, cérébral, cérébro-spinal, et 25% sur le plan végétatif viscéral, donc métabolique et digestif. Le capital enzymatique est faible : l’alimentation doit être 1/4 crue (apport vitamines hydrosolubles) et 3/4 cuite (prédigestion des aliments)

DÉRIVES & Cie… !!! Enfin un ouvrage qui remet les pendules à l’heure concernant les dérives, et elles sont nombreuses, d’une certaine forme de naturopathie complètement dénaturée, Laure POULIQUEN


L’AUTEUR

Robert Masson avait 15 ans lorsque les médecins lui ont annoncé qu’il n’atteindrait jamais la majorité. Pour comprendre l’origine du mal qui le frappe, il se plonge à corps perdu dans l’étude des plantes, de la nutrition et des médecines naturelles. Soixante ans et une bonne vingtaine de livres plus tard, Robert Masson consacre toujours toute son énergie à la pratique et à l’enseignement de la naturopathie. Découvrir l’intégralité de son parcours sur son site.

J’ai consacré la plus grande partie de ma vie à pratiquer et enseigner la naturopathie. Fidèle serviteur de cette grande dame, je la veux toujours plus logique, plus rationnelle et ne supporte pas qu’elle soit ternie, entachée, discréditée par des méthodes et des pratiques hautement dangereuses.

Pour rejoindre le FAN’CLUB de Robert MASSON, cliquez ci-dessous :
https://www.facebook.com/Robert.Masson.Page.Officielle/

Présentation de l’éditeur

La naturopathie a commencé à l’aube des temps, lorsque des chasseurs ayant trop festoyé jeûnèrent spontanément et virent leur malaise digestif disparaître, lorsqu’un guerrier blessé mit sur ses plaies un broyat de plantes aromatiques ou lorsqu’un vieillard aux articulations déformées par l’arthrose appliqua sur celles-ci le limon chaud de la rivière… J’ai consacré la plus grande partie de ma vie à pratiquer et enseigner la naturopathie. Fidèle serviteur de cette grande dame, je la veux toujours plus logique, plus rationnelle et ne supporte pas qu’elle soit ternie, entachée, discréditée par des méthodes et des pratiques hautement dangereuses. Outre les dangers gravissimes du crudivorisme, du végétalisme, du dissocié et de l’alimentation dite spécifique et naturelle, il est urgent et nécessaire de dénoncer les nombreuses autres dérives d’une certaine forme de naturopathie qui va à l’encontre du bon sens et de la santé. C’est ce que je me suis employé à faire dans cet ouvrage. Si ce livre contribue à une naturopathie à visage humain où le plaisir de vivre n’est en aucun cas antinomique de la santé et où le respect de la physiologie s’accorde telle une symphonie avec le mode de vie, je penserai peut-être que mon « passage » dans ce monde n’aura pas été totalement inutile.

Biographie de l’auteur

Robert Masson, naturopathe, est l’auteur de plusieurs livres dont Diététique de l’expérience ; Vrais compléments alimentaires ; Précis de pédiatrie naturopathique. –Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Si ce livre contribue à une naturopathie à visage humain où le plaisir de vivre n’est en aucun cas antinomique de la santé et où le respect de la physiologie s’accorde telle une symphonie avec le mode de vie, je penserai peut-être que mon « passage » dans ce monde n’aura pas été totalement inutile.

Du crudivorisme à l’irrigation colonique, en passant par la consommation de viande rouge et la crème Budwig, cet ouvrage compile toutes les méthodes, pratiques et autres régimes préconisés par de nombreux naturopathes ou nutritionnistes, qui semblent aller à l’encontre de la santé !

Pour se procurer l’ouvrage :

Robert_masson_la-naturopathie-foudroyee

La Naturopathie foudroyée

Auteur : Robert Masson
Infos : 304 pages, 16 x 23 cm, 490g
Parution : décembre 2015
Editeur : Guy Trédaniel
ISBN : 978-2-8132-0904-7 – Prix Public : 22,00€

Voir le site de Robert Masson : http://robertmasson.com
et aussi  
http://ww.amessi.org/Robert-Masson

Robert_Masson_CENA

Robert_Masson_CENA

 

Le sucre : chronique d’un tueur en série

Le sucre : chronique d’un tueur en série

Le professeur Vincent Castronovo est docteur en médecine,  docteur en sciences biomédicales expérimentales, agrégé de l’enseignement supérieur et licencié en gynécologie-obstétrique. Depuis 1982, il a mené en parallèle des carrières de clinicien et de chercheur dans le domaine de la cancérologie. Après un séjour de cinq ans au National Cancer Institute des National Insitutes of Health, à Bethesda, il a regagné l’Université de Liège où il a créé, en 1992, le Laboratoire de Recherche sur les Métastases. Directeur, de 1995 à 2002, du centre de dépistage des cancers de la Province de Liège, il s’est particulièrement intéressé à la prévention primaire des maladies néoplasiques.

En 1998, il obtint la chaire de biologie à la Faculté de Médecine de l’Université de Liège et devint en 2000 le directeur du Centre de Recherche en Cancérologie Expérimentale de la même université. Il est l’auteur de plus de deux cents publications scientifiques et ouvrages, la plupart dans des revues internationales de haut niveau. Ses travaux ont été couronnés par de nombreux prix tant en Belgique qu’à l’étranger.

Le sucre : chronique d’un tueur en série

Le sucre tue plus que le cholestérol ! Dans le cadre de l’opération Télévie 2015 à l’université de Liège,  le professeur Vincent Castronovo (Directeur du Laboratoire de Recherches sur les métastases, CIGA CANCER) donnait une conférence sur la menace pour la santé que représente une consommation excessive de sucre.

Si la conférence du professeur Castronovo vous a intéressé, et que vous êtes sensible à la cause de la lutte contre le #cancer, alors vous pouvez soutenir le TELEVIE et faire un don pour la recherche contre le cancer et la leucémie chez l’enfant et chez l’adulte, en versant un montant sur le compte du F.R.S. – FNRS/Télévie :

IBAN: BE11 0013 6399 9448
BIC: GEBABEBB
FNRS, Rue d’Egmont 5 à 1000 Bruxelles

En savoir davantage : http://www.ulg.ac.be/cms/c_5936813/fr/le-sucre-chronique-d-un-tueur-en-serie

Journée Scientifique de Nutrition et Nutrithérapie

Journée Scientifique de Nutrition et Nutrithérapie

JOURNÉE SCIENTIFIQUE© de NUTRITION et de NUTRITHÉRAPIE

Sous l’égide du Centre Européen pour la Recherche, le Développement et l’Enseignement de la Nutrition et Nutrithérapie (CERDEN®)


Association Internationale sans but lucratif reconnue par arrêté royal du 1er Mars 2000
Membre de la Fédération des Associations Internationales de Belgique (FAIB)

Membre professionnel actif de l’Académie des Sciences de New York

Membre professionnel actif de la Société Américaine de Nutrition

En partenariat avec la Société Française de Recherche sur les Radicaux Libres (SFRR-France)

 Stress oxydant et Antioxydants : Une approche scientifique moderne

CERDEN

CERDEN

Samedi 7 mars 2015

Programme de la journée :

Actuellement, il est bien admis que le stress oxydant joue un rôle dans le développement des maladies cardiovasculaires et des cancers.

Toutefois, certaines études d’intervention avec des antioxydants synthétiques (vitamines C et E, β-carotène, sélénium) qui ont été menées ont débouché sur des résultats peu concluants quant à l’effet préventif de ces molécules synthétiques. Suite à cela, les scientifiques se sont tournés vers ces antioxydants d’origine naturelleque sont les polyphénols en se basant sur les effets santé bien démontrés du régime crétois.

Le rôle des polyphénols qui se trouvent en grande quantité dans les fruits et légumes mais aussi dans le vin rouge est en effet très largement mis en exergue pour expliquer ces effets. Les scientifiques s’accordent toutefois pour dire que les effets santé des polyphénols ne peuvent en aucun cas s’expliquer par un effet piégeur direct des espèces oxygénées activées en raison de leur trop faible concentration sanguine.

L’avènement de la biologie moléculaire est en fait en train de bouleverser complètement notre vision du stress oxydant et des antioxydants. Il a été récemment montré que les EOA en quantité physiologique jouent en effet un rôle clé dans certains mécanismes physiologiques de défense comme l’apoptose (un suicide programmé de la cellule) et dans la régulation de l’expression de gènes codant pour un ensemble de protéines impliquées dans la défense antioxydante.

Nous verrons de manière paradoxale que les polyphénols alimentaires exercent en réalité leur effet protecteur via un effet pro – oxydant modéré auquel l’organisme s’adapte (phénomène d’hormésie). Par contre, les polyphénols peuvent exercer un effet antioxydant direct au niveau de l’estomac. Nous verrons également que notre alimentation trop riche en lipides est la cause d’un stress oxydant important dans la phase de digestion (stress oxydant postprandial) qui peut être régulé par les polyphénols alimentaires.

Conférenciers :

Professeur Josiane Cillard, Professeur à la Faculté de Pharmacie et au Laboratoire « Mouvement, Sport et Santé » des Universités de Rennes 1 et 2, France. Président-elect de la Société Européenne de Recherche sur les Radicaux Libres (Society for Free Radical Research), Chevalier de l’Ordre national du Mérite Français en 2009, pour ses travaux de recherche sur le stress oxydant.

Dr Sc Joël Pincemail,  Maître de Recherche au CHU de Liège, Service de Chirurgie Cardiovasculaire. Co-auteur du livre : Couleur Santé , Les secrets de la cuisine antioxydante Editions Françoise Blouard et, du livre : Stress oxydant et Antioxydants , Revue critique des processus d’action des antioxydants Editions Marco Pietteur

Où ? :Université Pierre et Marie Curie – Paris VI – Campus des Cordeliers – Rue de l’école de médecine – Paris – France

Contactez le secrétariat pour davantage de renseignements 

secretariat@univ-nutrition.fr

 

 

Pin It on Pinterest

Shares