Risque de cancer du pancréas lié aux bactéries buccales

Risque de cancer du pancréas lié aux bactéries buccales

Risque de cancer du pancréas lié aux bactéries buccales

 La présence de certaines bactéries dans la bouche peut révéler un risque accru de cancer du pancréas et permettre un traitement plus précoce et plus précis.

 
C'est la principale conclusion d'une étude menée par des chercheurs du Centre de cancérologie Laura et Isaac Perlmutter de NYU Langone  présentée le 19 avril 2016 à la Nouvelle-Orléans lors de la réunion annuelle de l'American Association for Cancer Research.
Les patients atteints de cancer du pancréas sont connus pour être sensibles à la maladie des gencives (parodontite), des caries, et une mauvaise santé bucco-dentaire en général. Cette vulnérabilité a conduit l'équipe de recherche à rechercher des liens directs entre la constitution de bactéries entraînant une maladie buccale et le développement subséquent du cancer du pancréas, une maladie qui échappe souvent au diagnostic précoce et cause chaque année 40 000 décès américains.

"Notre étude offre la première preuve directe que des changements spécifiques dans le mélange microbien dans la bouche - le microbiome oral - représentent un facteur de risque pour le cancer du pancréas avec l'âge, le sexe masculin, le tabagisme, la race afro-américaine et les antécédents familiaux de la maladie ", explique l'enquêteur principal et épidémiologiste Jiyoung Ahn, PhD .

Plus précisément, les chercheurs ont constaté que les hommes et les femmes dont les microbiomes oraux inclus Porphyromonas gingivalis avaient un risque global de 59% plus élevé de développer un cancer du pancréas que ceux dont les microbiomes ne contenaient pas la bactérie. De même, les microbiomes oraux contenant Aggregatibacter actinomycetemcomitansétaient au moins 50% plus susceptibles de développer la maladie. L'étudiante au doctorat et chercheuse principale Xiaozhou Fan, MS, affirme que les deux types de bactéries ont été liés par le passé à la parodontite, une maladie caractérisée par une inflammation des gencives.

 

"Ces changements bactériens dans la bouche pourraient potentiellement nous montrer qui est le plus à risque de développer un cancer du pancréas", ajoute Ahn, professeur agrégé à NYU Langone et directeur adjoint des sciences de la population au Perlmutter Cancer Center.

Dans une autre étude  ,Ahn et ses collègues ont montré que le tabagisme était lié à des changements dramatiques, bien que réversibles, dans la quantité et le mélange de bactéries dans le micro-biome oral. Mais elle prévient que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer s'il existe une relation de cause à effet, ou comment ou si de tels changements liés au tabagisme altèrent le système immunitaire ou déclenchent d'autres activités cancérigènes dans le pancréas.

Pancréas

Pour la nouvelle étude, les chercheurs ont comparé le contenu bactérien dans les échantillons de rince-bouche de 361 hommes et femmes américains qui ont développé un cancer du pancréas avec des échantillons de 371 personnes d'âge similaire, le sexe et l'origine ethnique qui n'ont pas.Tous étaient initialement en bonne santé et participaient à de plus grandes études en cours sur le risque de cancer menées par le National Cancer Institute (NCI) et l'American Cancer Society.

Des échantillons de rince-bouche ont été obtenus au début de chaque enquête, après quoi les participants ont été suivis pendant près d'une décennie pour déterminer qui avait reçu un diagnostic de cancer.


L'aide financière pour l'étude, qui a duré deux ans, a été fournie par les subventions NCI R01 CA159036, U01 CA182370, R01 CA164964, R03 CA159414, R21 CA183887 et P30 CA016087.

Outre Ahn et Fan, d'autres scientifiques de NYU Langone impliqués dans cette recherche étaient Alexander Alekseyenko, PhD ; Jing Wu, PhD; George Miller, MD ; et Richard Hayes, DDS, PhD .Mark Purdue, PhD, a fourni un soutien supplémentaire à la recherche; Christian Abnet, PhD; et Rachel Stolzenberg-Solomon, Ph.D., au NCI de Bethesda, Maryland; Eric Jacobs, PhD; et Susan Gapstur, PhD, à l'American Cancer Society à Atlanta, Ga .; ainsi que par Jacque Ravel, PhD, à l'Université du Maryland à Baltimore.

sources :
David March

 

Les artères obstruées peuvent être dues aux bactéries buccales et non à l'alimentation

Les artères obstruées peuvent être dues aux bactéries buccales et non à l'alimentation

Les artères obstruées peuvent être dues aux bactéries buccales et non à l'alimentation

Les molécules de graisse dans les plaques dentaires qui obstruent nos artères et augmentent le risque de crise cardiaque et d'AVC peuvent provenir de bactéries qui vivent dans nos bouches et nos intestins, et pas seulement de ce que nous mangeons.

Artère

Artère

Les chercheurs suggèrent que les bactéries peuvent jouer un rôle clé dans les artères obstruées.

Ce fut le résultat principal d'une étude menée par l'Université du Connecticut à Storrs qui a été publiée récemment dans le Journal of Lipid Research .

Les chercheurs suggèrent que la découverte peut expliquer pourquoi la maladie des gencives est souvent liée à l'athérosclérose - une condition dans laquelle les molécules de graisse, le calcium , le cholestérol et d'autres composés dans le sang forment des plaques sur les parois des artères.

Au fur et à mesure que les plaques dentaires s'accumulent, elles durcissent et rétrécissent les artères, limitant l'écoulement du sang porteur d'oxygène vers les organes et les tissus vitaux. Cela peut entraîner une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral, d'autres problèmes de santé graves et même la mort.

Le système immunitaire joue également un rôle: les cellules immunitaires peuvent s'attacher à la paroi des vaisseaux sanguins, se nourrir des dépôts graisseux et se multiplier. Cela entraîne une inflammation et un épaississement du muscle lisse dans la paroi de l'artère, ce qui favorise la formation de plaques et d'autres tumeurs connues sous le nom d'athéromes.

L'alimentation peut ne pas être le principal coupable

L'athérosclérose peut affecter les artères qui fournissent du sang riche en oxygène au cœur, au cerveau, aux reins, aux membres, au bassin et à d'autres parties du corps. Cela donne lieu à diverses maladies, selon quelles artères sont touchées.

On a supposé que les molécules graisseuses, ou lipides, qui contribuent à l'athérosclérose proviennent de la consommation d'aliments riches en graisses et en cholestérol, tels que le beurre, les œufs, la viande et les poissons gras.

Cependant, il y a de plus en plus de preuves que ce n'est peut-être pas le cas - ou du moins pas toute l'histoire. Il y a des groupes de personnes qui, malgré la consommation d'aliments riches en graisses et en cholestérol, ne développent pas de maladie cardiaque.

Pour la nouvelle étude , l'équipe a analysé les athéromes prélevés chez des patients traités à l'hôpital.


Les lipides bactériens sont «subtilement différents»

Bacteroidetes font des graisses qui sont tout à fait distinctes en ce que les acides gras qu'ils contiennent ont des chaînes ramifiées et un nombre impair d'atomes de carbone. Les acides gras contenus dans les graisses provenant d'animaux n'ont généralement pas ces caractéristiques.

L'un des chercheurs, Xudong Yao, professeur agrégé de chimie à l'Université du Connecticut, explique que si vous comparez la composition chimique des lipides humains avec les lipides produits par les bactéries, ils montrent des différences de poids subtiles.

"Nous avons utilisé ces différences de poids et les spectromètres de masse modernes pour mesurer sélectivement la quantité de lipides bactériens dans les échantillons humains pour relier les lipides à l'athérosclérose", note-t-il.

"L'établissement d'un tel lien est une première étape pour marquer les lipides comme indicateurs pour le diagnostic précoce de la maladie."

Prof Xudong Yao

L'équipe suggère que peut-être le système immunitaire déclenche l'inflammation parce que lorsqu'il rencontre les dépôts graisseux dans les parois des artères, il reconnaît que les lipides ne sont pas d'origine humaine.


Les bactéries délivrent «double whammy» (un double problème)

Les chercheurs ont également constaté qu'il existe une enzyme qui décompose les lipides bactériens en matériaux de départ pour la fabrication de molécules qui favorisent l'inflammation.

Ils suggèrent, par conséquent, que la présence de lipides bactériens a un effet "double whammy" sur les artères. Premièrement, le système immunitaire les repère et émet des signaux d'alarme, et deuxièmement, l'enzyme les dissout dans des matériaux qui aident l'inflammation.

Les chercheurs soulignent également que ce ne sont pas les bactéries elles-mêmes qui envahissent les vaisseaux sanguins et causent des problèmes. 

Les Bacteroidetes , qui colonisent la bouche et l'intestin, ne causent généralement pas de dommages. Dans certaines conditions, ils peuvent provoquer une maladie des gencives; et, même alors, ils n'invitent toujours pas les vaisseaux sanguins. Cependant, les lipides qu'ils sécrètent peuvent passer à travers les parois cellulaires et dans la circulation sanguine.

L'équipe prévoit maintenant d'effectuer une analyse plus détaillée des athéromes pour savoir exactement où les lipides Bacteroidetes s'accumulent.

S'ils découvrent que les lipides de ces bactéries spécifiques s'accumulent à l'intérieur des athéromes par opposition à la paroi artérielle, cela fournirait des preuves plus convaincantes que les molécules de graisse de Bacteroidetes sont liées à la croissance des athéromes, et donc aux maladies cardiaques .

source : https://www.medicalnewstoday.com/articles/319967.php

En savoir davantage sur Les Bacteroidetes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bacteroidetes

 

Qu'est-ce que le Reishi et quels sont ses bienfaits sur l'organisme !

Qu'est-ce que le Reishi et quels sont ses bienfaits sur l'organisme !

Qu'est-ce que le Reishi et quels sont ses bienfaits sur l'organisme !

Reishi

Reishi

Le reishi (Ganoderma lucidum) est utilisé à des fins médicinales depuis plus de deux mille ans. Les anciens le surnommaient à juste titre «le champignon de l’immortalité»… ¤ En effet, au cours des dernières décennies, les chercheurs ont analysé les divers composés présents dans ce champignon. La science a ainsi validé les multiples propriétés qui assurent à l’organisme une protection globale contre diverses pathologies qui diminuent la longévité. ¤

Parmi la centaine de composés actifs présents dans le reishi, on a identifié trois substances spécifiques possédant de puissants effets :

Les polysaccharides

    (hydrates de carbone), qui ont des effets anticancéreux grâce à leurs capacités à prévenir la formation anormale de vaisseaux sanguins et à renforcer le système immunitaire.

Les triterpènes

    , qui protègent le foie ; diminuent la pression artérielle, abaissent le taux de cholestérol, préviennent l’agrégation des plaquettes et, ainsi, diminuent le risque d’AVC et de crise cardiaque, luttent contre les réactions allergiques déclenchées par l’histamine et, enfin, possèdent une activité anticancéreuse.

Le «Ganoderma lucidum peptide»

    , qui possède de puissantes propriétés antioxydantes.

¤ Le reishi contient également d’autres composés uniques favorisant l’activation des récepteurs de surface cellulaire qui modulent l’immunité et une protéine spécifique antitumeur nommée LZ-8. Ce sont la concentration et l’équilibre entre ces différents composants qui expliquent les multiples activités bénéfiques du reishi. Ainsi, la découverte la plus spectaculaire de ces dernières années est son impact sur la longévité, grâce à ses composants les plus actifs.

Les chercheurs ont trouvé que le reishi améliorait tous les systèmes immunitaires cellulaires en stimulant la production d’anticorps destinés à obtenir ou déclencher une réponse immunitaire saine, tout en réduisant le mécanisme de production des cytokines inflammatoires. En outre, ce qui rend ce champignon unique, c’est sa capacité à agir de façon ubiquitaire, déclenchant d’importants changements qui participent à l’augmentation de la longévité :

    • il protège l’ADN cellulaire contre les dommages oxydants qui contribuent au vieillissement et au cancer ;
    • il protège l’ADN mitochondrial et les mitochondries contre les dommages oxydants qui affaiblissent leurs capacités à produire de l’énergie et les rendent inefficaces, une autre cause majeure du vieillissement ;
    • il augmente les niveaux et l’activité des enzymes antioxydantes intracellulaires, ce qui diminue l’oxydation des membranes cellulaires. En effet, il favorise la production endogène d’enzymes antioxydantes telles que la superoxyde dismutase (SOD), la catalase et le glutathion ;
    • il protège les reins des dommages oxydatifs et, ainsi, limite les risques d’insuffisance rénale ;
    • il augmente l’activité protectrice des cellules souches hématopoïétiques, des lymphocytes T et d’autres facteurs cruciaux immunitaires. Il accroît le nombre et les fonctions de toutes les lignées de cellules, en particulier les « Natural Killer Cells », ainsi que les « T cells » responsables de la réponse antigénique ;
    • il va promouvoir la spécialisation et l’activation des cellules dendritiques et celles des macrophages qui permettent de réagir à des menaces virales ou cancéreuses en soutenant la production d’anticorps par les lymphocytes B ;
    • il s’oppose aux cytokines inflammatoires responsables des douleurs en cas d’arthrite rhumatoïde. Des études ont aussi montré que l’extrait de Reishi inhibe certaines réactions allergiques, incluant des effets positifs sur l’asthme et la dermatite de contact ;
    • il augmente l’expression d’un des gènes de la longévité et accroît l’espérance de vie de multiples espèces, allant des levures et des vers primitifs jusqu’aux mammifères tels que les souris.

En effet, les chercheurs ont mis clairement en évidence, lors d’une étude réalisée sur des souris de laboratoire, que la consommation de reishi était reliée à une augmentation de la durée de vie des animaux située entre 9 et 20 %, soit l’équivalent de sept à seize ans d’espérance de vie supplémentaire chez l’homme ! ¤ Ainsi, en contrant les mécanismes de l’immunosénescence, c’est-à-dire la détérioration naturelle progressive du système immunitaire global, le reishi va s’opposer aux maladies causant une mort prématurée, allongeant ainsi la vie.

Ce sont donc bien ses propriétés à large spectre qui permettent de prévenir et de traiter de multiples pathologies liées à l’âge et de cibler le vieillissement à ses origines. ¤ De nouvelles technologies d’extraction ont permis l’obtention d’un extrait de reishi qui rend ses composés actifs encore plus « biodisponibles ».

Et quand la plupart des extraits du marché sont standardisés en polysaccharides, Reishi Extract est quant à lui également standardisé en triterpènes. Ainsi, l’apport de deux capsules par jour fournit le spectre complet des composés actifs et permet donc de soutenir pleinement la fonction immunitaire et d’augmenter naturellement la longévité.

Ce qu’il faut retenir : ¤ Des études récentes montrent que le reishi contient des centaines de composés actifs capables de lutter contre les multiples pathologies liées à l’âge :

  • • il prolonge l’espérance de vie, lors d’expérimentations animales, de 9 à 20 % ;
  • • il stimule le système de vigilance immunitaire contre les cellules cancéreuses, ce qui pourrait réduire le risque de développer une tumeur mortelle ;
  • • il est capable de réguler à la baisse un système immunitaire trop vigoureux et contribue donc à apaiser les symptômes des allergies, de l’asthme et des maladies auto-immunes ;

• indépendamment de leurs effets immunomodulateurs, ses molécules actives s’avèrent prometteuses dans la lutte contre les maladies neurodégénératives, l’obésité, le diabète et les maladies hépatiques.

Le Reishi, aussi connu sous le nom de Ganoderma lucidum ou lingzhi en chinois, est un champignon qui est depuis longtemps vénérée en Asie pour ses bienfaits liés à l’immunité, anti-vieillissement, et bien-être global. Avec une histoire de 4000 ans d’utilisation enregistrée, c’est l’un des plus anciens, et l’un des plus précieux produit naturel tonique dans la médecine traditionnelle chinoise.

Depuis les temps anciens en Chine, le Reishi a été référencé et mentionné dans la littérature et les textes médicaux comme une «herbe miracle ».

En raison de cette riche histoire, et de sa popularité parmi les membres des familles dynastiques et de la noblesse, le Reishi jouit encore d’une vénération singulière et particulière dans de nombreux pays d’Asie. En outre, en raison de ses avantages pour la santé puissants, il est recherché intensivement par les médecins et scientifiques du monde entier aujourd’hui. L’anatomie du Reishi

reishi_anatomie

reishi_anatomie

Pour reconnaître un Reishi mature, nous considérons la structure anatomique de la plante, ainsi que sa puissance à différents stades de son cycle de vie, afin d’obtenir un supplément à spectre complet qui vous livrera le plus d’avantages nutritionnels. Le Reishi adulte formé contient des composants actifs tels que des polysaccharides, des triterpènes(acide spécifiquement ganodérique), des acides aminés et alcaloïdes, qui sont censées renforcer le soutien immunitaire et le bien-être général en pleine santé.

Lorsque le champignon arrive à maturité, les graines minuscules (connu sous le nom de spores ), tombent du chapeau du champignon. Les spores contiennent le matériau le plus bioactif du champignon, contenant des niveaux beaucoup plus élevés de constituants actifs que le champignon lui-même.

Les spores ont une coque externe dure qui se décompose délicatement afin de libérer les éléments nutritifs qui peuvent être extraites et facilement absorbée par le corps. Comme la plupart des graines, les spores de Reishi contiennent de l’huile. Les spores de Reishi contiennent des niveaux extrêmement élevés de triterpènes.

Une huile est obtenue des spores, cet « or liquide », est une huile transparente est dissoute, puis prélevé à l’aide d’une action chimique naturelle telle que peut l’être la fermentation ou la maturation, la technologie d’extraction reste cependant très délicate et critique. L’huile des spores de Reishi est rare dans la nature, car elle nécessite une grande quantité de champignons Reishi et les spores ne produisent que quelques gouttes d’huile de spores.

Les nutriments essentiels Le Reishi est connu pour contenir les constituants bio-actifs suivants, qui soutiennent votre corps pour retrouver équilibre et vitalité, ainsi que faciliter le fonctionnement normal de vos organes.

Polysaccharides: Bêta D-glucane Triterpènes: acides ganodérique Stérols: ergostérol Alcaloïdes La riboflavine L’acide ascorbique Les acides aminés

Bienfaits pour la santé

Avec une riche histoire enregistrée de l’utilisation remonte à plus de 4000 ans, le Reishi ( Ganoderma lucidum ) a longtemps été vénéré dans les pays asiatiques pour sa capacité à améliorer la durée et la qualité de vie par conjurer la maladie et la fragilité qui vient avec l’âge, le maintien du bien-être général , et le renouvellement cellulaire facilité.

En raison de sa rareté et de ses avantages pour la santé, il était à l’origine un luxe réservé uniquement aux familles de l’élite dynastiques et de la noblesse de l’Asie orientale. Dans les temps modernes, la notoriété du Reishi et son utilisation a considérablement augmenté et s’est propagé de par le monde, où il est devenu l’objet d’un nombre toujours croissant d’études et recherches scientifiques.

Les avantages pour la santé du Reishi qui ont été observées dans la médecine traditionnelle chinoise depuis des milliers d’années et sont actuellement testées, vérifiées dans les centres de recherches occidentaux.

red_reishi

red_reishi

La recherche actuelle a montré que le Reishi est riche en un certain nombre de principes actifs, les plus notables étant les polysaccharides et les triterpènes . Polysaccharides Les niveaux élevés de polysaccharides puissants sont présents dans le Reishi, qui comprennent le bêta-D-glucan et des alcaloïdes, jouent un rôle crucial en aidant à:

  • Stimuler le système immunitaire , qui, comme nous vieillissons, s’affaiblit et rend le corps plus vulnérable aux infections virales et troubles du système immunitaire. Un système immunitaire fort aide également le corps à guérir et à renouveler ses cellules, ce qui peut atténuer un grand nombre des effets secondaires des traitements lourds de santé.
  • Renforcer le système cardio-vasculaire afin de promouvoir meilleure circulation sanguine et maintenir des concentrations normales de cholestérol sanguin.
  • Amélioration de la fonction hépatique afin d’améliorer ses capacités de détoxication et d’aider à nettoyer le corps.
  • Retarder l’apparition du vieillissement et embellir la peau .
  • Les Polysaccharides prémunissent contre la dégénérescence des cellules de la peau et aussi aider à éliminer les cellules mortes afin d’améliorer la santé et l’apparence de la peau, qui à son tour permet de s’attaquer à une variété de troubles liés à la peau.

Triterpènes

L’abondance de triterpènes dans le Reishi, à savoir les acides ganodérique, est fortement associée aux bienfaits pour la santé suivants:

  • Soutien du système immunitaire . Les Triterpènes ont des propriétés similaires aux polysaccharides en fonction de leur capacité à soutenir le système immunitaire, ce qui est crucial pour traiter les symptômes associés aux traitements les plus lourds.
  • Régulation hormonale , qui est liée à la capacité des triterpènes visant à soutenir le système endocrinien.
  • Réduction du stress . Les Effets relaxants du Reishi et sa capacité à calmer l’esprit sont le résultat de connexion des triterpènes qui offre une maîtrise de la pression artérielle, aidant à éviter les conséquences de l’hypertension artérielle.

  Ce qu’il faut savoir : Important !

Le Ganoderma lucidum, contient des constituants importants qui peuvent aider à traiter la pression sanguine, le diabète, les infections et l’hépatite. En raison de ses effets sur le corps, le Ganoderma peut avoir des effets dangereux chez certaines personnes atteintes de certaines maladies et peuvent causer des interactions négatives avec certains médicaments.

L’Utilisation à long terme du Ganoderma dans certains cas peut également causer certains effets secondaires. Effets secondaires spécifiques Si vous utilisez du Ganoderma pendant plus de trois à six mois, vous pouvez rencontrer certains des effets secondaires. Les effets secondaires courants à la prise de ganoderma sont des dérangements d’estomac, saignements de nez, bouche sèche et étourdissements, note l’Université du Michigan. Vous pouvez également avoir la gorge sèche, des démangeaisons, nausées et vomissements, dit le Centre Memorial Sloan-Kettering Cancer.

En outre, vous devriez consulter votre médecin avant de prendre du ganoderma si vous êtes enceinte ou allaitant, conseille l’Université du Michigan.

Risques de saignement Le Ganoderma peut augmenter votre risque d’hémorragie si vous êtes touché par une maladie du sang, parce qu’il interfère avec la coagulation du sang, selon une étude médicale citée par le Centre University of Pittsburgh Medical. Le Champignon Reishi contient de l’adénosine, une substance qui pourrait empêcher les plaquettes sanguines de s’agglutiner entre elles et de former des caillots, explique le Centre Memorial Sloan-Kettering Cancer. Vous devriez éviter de prendre du ganoderma si vous avez un traitement médical lié à des problèmes de saignement. Aussi, ne pas prendre de Ganoderma avant ou après une chirurgie ou un accouchement, met en garde l’Université de Pittsburgh .

Interactions médicamenteuses Ganoderma peut interagir avec certains médicaments. Si vous prenez des médicaments pour liquéfier le sang, comme des anticoagulants ou antiplaquettaires, vous ne devriez pas prendre du Ganoderma en raison des risques de saignements accrus, dit le Centre Memorial Sloan-Kettering Cancer.

Ces médicaments incluent l’aspirine, Plavix, Coumadin, héparine et d’autres, note l’ University of Pittsburgh Medical Center. Il en va de même pour les traitements de l’hypertension artérielle, car les champignons Reishi peut augmenter les effets des médicaments chimiques.D’autres interactions médicamenteuses potentielles avec le ganoderma implique les médicaments immunosuppresseurs. Références Memorial Sloan-Kettering Cancer Center: Champignon Reishi Université du Michigan Health System: Reishi University of Pittsburgh Medical Center: Reishi

Reishi

Reishi / Source : Méthodiste Research Institute, Clarian Health Partners, Inc, Indianapolis, IN 46202, USA. dsliva@clarian.org

En Asie, une variété de produits alimentaires ont été utilisés pendant des siècles comme des remèdes populaires pour prévenir ou traiter différentes maladies. Un grand nombre d’herbes et extraits de champignons alicaments sont utilisés pour le traitement de maladies.

Des Champignons tels que le Ganoderma lucidum (Reishi), Lentinus edodes (shiitake), Grifola frondosa (Maitake), Hericium erinaceum (Yamabushitake), et Inonotus obliquus (Chaga) ont été cueillis et consommés en Chine, en Corée et au Japon depuis des siècles. Jusqu’à récemment, ces champignons étaient en grande partie inconnu en Occident et étaient considérés comme des champignons sans aucune valeur nutritive.

Cependant, la plupart de ces champignons sont riches en vitamines, fibres et acides aminés et faible en matières grasses, cholestérol et calories. Ces champignons contiennent une grande variété de polysaccharides biologiquement actifs ayant des propriétés immunostimulantes, qui ont de puissants effets anticancéreux. En outre, d’autres substances bioactives, y compris les triterpènes, les protéines, les lipides, les cérébrosides, et des phénols, ont été identifiés et caractérisés dans ces champignons médicinaux.

Ceci résume les effets biologiques du Ganoderma lucidum sur des molécules de signalisation spécifiques et des marqueurs biologiques, qui confirment ses effets thérapeutiques.

On l’appelle souvent « champignon de l’immortalité ». Les actions régulatrices du reishi s’étendent à de nombreux paramètres de l’organisme, préservant son équilibre. La majorité de ses effets concernent le système immunitaire, aussi bien pour renforcer ses fonctions que pour normaliser ses excès, en cas de maladies auto-immunes ou d’allergies, par exemple. Il diminue les inflammations et atténue la douleur. Par ailleurs, il accélère la régénération osseuse.

Le reishi semble aussi favoriser une certaine lucidité, rappelant son nom latin lucidum. Ceux qui le consomment verront les divers aspects et dimensions de leur être s’harmoniser et leur propension à exprimer clairement leurs sentiments et besoins s’accroître. Il régularise aussi subtilement et profondément les systèmes nerveux, cardiaque, respiratoire ainsi que les fonctions hépatiques, protégeant par ailleurs le foie des toxines et des radiations.

Autres noms :

Ganoderma lucidum (latin), Ling Zhi (plante de l’esprit, en chinois), Mannentake (japonais), Varnished conk (anglais) Distribution : Répandu à travers toutes les régions tropicales, subtropicales et tempérées du monde. Il se développe de Mai à Novembre sur les arbres morts, tels les chênes, les érables, les ormes, les saules et les pruniers. On le trouve sur les troncs, près du sol ou sur les racines apparentes. Parties utilisées : Fruits. Certains produits sont fabriqués avec ses spores et/ou son mycélium.

 Propriétés médicinales :

 Immuno-modulateur

Le reishi est véritablement un amphotérique immunitaire, c’est-à-dire que, telle une amphore peut déverser son contenu d’un côté ou de l’autre, le reishi peut stimuler ou modérer divers paramètres de l’immunité, au besoin. Plus de 100 polysaccharides et 119 triterpénoïdes ont été isolés du mycélium et du fruit, la plupart d’entre eux étant étudiés pour leurs propriétés immuno-modulatrices. Il diminue donc les réactions allergiques et la sensibilité aux allergènes. Le reishi accroît d’autre part les capacités immunitaires de l’organisme, notamment en augmentant la production des macrophages, des cellules tueuses naturelles (« natural killer cells » ou NK), des lymphocytes T, des immunoglobulines, des interleukines 1 et 2 et des facteurs de nécrose des tumeurs. Il stimule la synthèse d’ADN par la moelle osseuse et la rate.

 Anti tumoral

Les études démontrent que l’effet anti-tumoral du reishi provient d’une modification de la réponse physiologique du corps. Les polysaccharides du reishi augmentent de 5 à 29 fois les facteurs de nécrose tumorale, les interleukines 1 et 6 et les lymphocytes T. Le reishi aide aussi à récupérer des dommages immunitaires causés par la chimiothérapie et la radiothérapie : par exemple, des études ont prouvé que le reishi avait permis de restaurer le fonctionnement des lymphocytes T chez des souris ayant subi des irradiations au niveau de la rate (Chen et al., 1995).

 Antimicrobien

Outre sa capacité de renforcer le système immunitaire, le reishi possède un certain effet directement antimicrobien. Il est plus efficace contre les virus que les bactéries, mais semble agir plutôt efficacement contre la Candia albicans, probablement à cause de l’ensemble de ses actions thérapeutiques.

 Tonique, antioxydant et protecteur hépatique

Le reishi soutient le bon fonctionnement du foie, il protège l’ADN de ses cellules contre les effets mutagènes des radiations et le nettoie des radicaux libres grâce à ses antioxydants.

 Glycémiorégulateur et hypocholestérolémiant

L’effet équilibrant du reishi et ses qualités de tonique hépatique diminue conséquemment le taux de cholestérol, de triglycérides et de sucre dans le sang. Les rages de sucre et les variations de la glycémie se feront progressivement moins importantes.

 Tonique nerveux et adaptogène

Le reishi harmonise le fonctionnement des systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire. Il améliore le fonctionnement des glandes corticosurrénales, diminuant ainsi les effets négatifs du stress. Il calme les douleurs et régularise l’humeur.

 Tonique respiratoire

Le reishi améliore les fonctions respiratoires en augmentant les capacités d’absorption de l’oxygène par les alvéoles pulmonaires. Il améliore aussi la respiration cellulaire. Ainsi, les chinois prennent régulièrement du reishi avant de réaliser une ascension afin de ne pas souffrir de l’altitude. Lord d’études cliniques menées en Chine dans les années ‘70 sur 2000 patients souffrant de bronchite chronique, 60 à 90% d’entre eux ont obtenu une amélioration marquée au bout de 2 semaines. Les patients les plus malades ont particulièrement bien répondu, surtout ceux souffrant d’asthme bronchique (Chang & But, 1986).

 Cardiotonique et hypotenseur

Le reishi permet d’améliorer les fonctions cardiaques et la circulation sanguine en affectant la viscosité du sang. Il diminue ainsi la tension artérielle. De même, des bénéfices ont été observés sur des maladies liées au système cardiovasculaires comme l’hyperlipidémie, les palpitations, la dyspnée et l’œdème (Chang & But, 1986). Lors d’une étude clinique réunissant 33 patients, un extrait aqueux a permis d’inhiber l’agrégation plaquettaire et a donné des résultats positifs dans le traitement de l’athérosclérose (Tao & Feng, 1990).

 Anti-inflammatoire

Bien qu’il augmente la production d’interleukines 2, 6 et 8, aux propriétés inflammatoires, le reishi possède paradoxalement une activité anti-inflammatoire. Cette apparente contradiction s’explique par le fait que l’activité du Reishi peut être bidirectionnelle, selon la concentration en polysaccharides contenus dans le reishi (Gao et al., 2000).

Selon la médecine ayurvédique

Le reishi apaise surtout les symptômes pitta et kapha, bien qu’il ne soit que rarement perturbant pour vata, lorsqu’utilisé en modération. Forces particulières des différents types de reishi :

Reishi rouge, Ganoderma lucidum : cœur, esprit, longévité
Reishi blanc, Ganoderma applanatum : fonction respiratoires, calme l’esprit, donne du courage
Reishi noir, Ganoderma sinensis : système urinaire et surrénales, sens auditif
Reishi jaune, Ganoderma sinensis : énergie de la rate, favorise la loyauté et l’honnêteté
Reishi mauve, Ganoderma sinensis : renforce muscles, ligaments, tendons et os, soulage les raideurs articulaires

 Indications :

faiblesse immunitaire, maladies auto-immunes
allergies, choc anaphylactique
asthme, bronchites chroniques, rhinite
stress
troubles de concentration
sénilité, Alzheimer
palpitations et arythmie cardiaques
hypertension artérielle
athérosclérose, hyperlipidémie
anorexie
œdème
inflammation cérébrale ou de la prostate
hyperplasie ostéogénique
fatigue, faiblesse, étourdissements
syndrome de fatigue chronique, neurasthénie
dystrophie musculaire progressive
virus d’Epstein Barr, mononucléose
hépatite B, hépatite chronique, cirrhose
diabète
leucopénie
ulcères duodénaux
insomnie, mauvais rêves
dégénérescence de la rétine
dyspnée

 Contre-indications :

Éviter pendant la phase aiguë d’une infection
Allergies aux champignons
Ne pas combiner aux fluidifiants sanguins synthétiques
Augmente la métabolisation par le foie de certains médicaments, dont les barbituriques, diminuant ainsi leurs effets

 Modes d’utilisation :

Afin de bénéficier au mieux de ses effets, il convient d’utiliser le reishi régulièrement sur une période d’au moins 4 à 6 semaines, lesquels seront largement durables, quelque soit le mode d’utilisation. On peut recommencer une cure de reishi chaque année, tous les 6 mois, toutes les saisons ou plus souvent encore, au besoin et selon les cas.

 Décoction

Bouillir 30g de reishi, en poudre ou divisé en morceaux grossiers, dans 3 litres de d’eau que l’on réduit à 2 litres. Cela prend environ 2 heures. Boire une demie tasse deux fois par jour, pendant 4 à 6 semaines. La décoction peut bien-sûr être intégrée à un bouillon de soupe.

 Teinture

Prendre de 40-60 gouttes dans un peu d’eau, 2 à 3 fois par jour, pour une concentration de 1:3. Il est aussi possible d’effectuer une double macération dans l’eau et l’alcool 94%, que l’on combine pour plus d’efficacité.

 Sirop

Bouillir encore davantage la décoction pour la concentrer au maximum et l’intégrer à un sirop, ou alors simplement ajouter une quantité égale de miel au concentré obtenu. Prendre 2 à 4 c. à soupe, 2 à 4 fois par jour, selon la concentration.

 Capsules

Le reishi peut aussi être réduit en poudre et ingéré en capsules ou en comprimés quelconque. L’équivalent d’environ 1 à 2 grammes* sont administrés aux repas, 2 à 3 fois par jour. *(Certains produits augmentent la concentration de la poudre sans pour autant en altérer la composition, en filtrant les lignanes, fibres peu digestes, par exemple.)

 Principaux constituants connus :

B-glucanes, hétéro-B-glucanes
B-(1-6)-glucuronoglucane
Mannogalactolucane
Ganodéranes
Acides ganodériques et ganodéréniques : triterpènoïdes
Protéine Ling Zhi-9
Arabinoxylanes, Glycoprotéines, Ergostérols et Bêta Glucanes
Lignanes

sources :  http://www.amessi.org/le-reishi-champignon-de-l-immortalite -  http://www.supersmart.com/ http://www.nature-energie-vitalite.com/

Le sucre, drogue douce !

Le sucre, drogue douce !

Le sucre, drogue douce !

Le mal du sucre, vous le trouverez dans les richesses colossales, du nouveau et de l’ancien monde, érigées sur les taxes du sucre. Vous le trouverez dans toute la carrière et les activités de Napoléon, un suceur de bonbons notable mais aussi dans celle de Freud, accroché à la cocaïne et au sucre, dans celle d’Hitler, un consommateur effréné de sucreries.

C’est donc l’histoire d’un monde qui, en quelques siècles, a développé un goût obsédant pour une denrée qui, jusqu’à là n’avait jamais figuré à son menu.

L’omo-sapiens n’a jamais consommé de sucre. Pendant des millénaires son alimentation a été composée strictement et exclusivement d’aliments tirés du sol. Le sucre raffiné n’est consommé, en regard de l’histoire de l’humanité, que depuis peu de temps.

L’histoire du SUCRE des temps modernes commence mal. En effet, en 1768 à la Sorbonne, on condamne et on brûle le livre de Claude Adrien Helvéticus parce-qu’il ose dire « Il n’y a pas un tonneau de sucre qui arrive en Europe qui n’est tâché par le sang. Lorsque l’on pense à la misère de ces esclaves, quiconque a un cœur devrait renoncer à ce produit et refuser la jouissance de ce qui est acheté au prix des larmes et le la mort d’innombrables créatures » .

Historique

En 1975, William Dufty a écrit « Sugar Blues, le Sucre cet ami qui vous veut du mal », encore appelé ‘Le roman noir du sucre blanc », nous apprenons que le sucre est une véritable drogue.

En 1981, Danièle Starenkyj a écrit « Le Mal du Sucre » et nous prévient que les symptômes tels que la dépression, l’anxiété, les diverses phobies, le manque d’énergie, l’irritabilité, l’insomnie, les allergies, les maux de tête, les douleurs dans le dos et aussi l’alcoolisme ont comme première cause la consommation de sucre raffiné.

Les titres de ces deux ouvrages sont particulièrement bien choisis.

« Le sucre vous n’en mourez pas ! mais il vous donne l’envie d’être mort » A méditer........ !!! surtout pour ceux et celles qui souffrent de diabète et d’hypoglycémie.

Des chiffres

En 1840, chaque Français consommait en moyenne 2,4 kg de sucre /an,

En 1974, cette quantité était de 40 kg /an,

En Angleterre, elle était de 2 kg de sucre/an en 1700,

De 8 kg / an en 1800,

De 38 kg / an en 1900,

De 54 kg / an en 1970

Ces chiffres sont édifiants....!

Le sucre est à la fois une drogue et un poison....

Il est regrettable que la grande majorité du public ne soit nullement conscient du fait que les sucres industriels et les farines raffinées sont tout aussi dangereux pour la santé que l’alcool et le tabac, voire que les drogues dites « dures « .

En effet, le sucre, tout particulièrement, créé une dépendance aussi forte que la morphine ou la cocaïne.

La toxicomanie au sucre est devenue l’une des affections les plus répandues et les plus meurtrières de notre temps.

Lorsqu’on voit les dégâts immenses que l’abus de sucre et de farines cause dans la santé des populations occidentales, il devient impérieux d’informer le public des dangers qu’il court.

Même s’il est difficile d’éliminer totalement de son alimentation ces produits nocifs, chacun peut se protéger en consommant le plus possible d’aliments naturels complets, pour que le corps reçoive les vitamines et enzymes nécessaires pour métaboliser et éliminer les substances indésirables.

Fort heureusement, notre corps est doté de mécanismes de dépollution très puissants qui fonctionnent fort bien tant que nous leur apportons les substances et les nutriments dont ils ont besoin.

Vous devez savoir qu’un litre de coca-cola contient, outre l’équivalent de trois tasses de café, 22 morceaux de sucre raffiné ! Alors, si vous voulez ne pas vous intoxiquer et/ou risquer ainsi devenir plus tard des consommateurs de drogues dures, supprimez le sucre blanc et remplacez-le éventuellement par du sucre de canne complet, du miel biologique non chauffé ou du sirop d’érable.

Un adolescent nourri avec des produits sains risque beaucoup moins de s’adonner aux drogues que celui qui s’alimente avec du "Junk Food" (ce mot américain signifie littéralement "nourriture poubelle" et désigne l’alimentation industrielle moderne).

Les travaux remarquables du Docteur Béguin à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, ont montré que des enfants auxquels on supprime le sucre blanc pour leur donner à la place du sucre de canne complet présentaient moins de caries que des enfants nourris au sucre blanc.

D’autres travaux ont montré la diminution de l’agressivité et des rixes dans les prisons où l’on avait supprimé le sucre blanc. Avec des sucres complets et naturels, vous verrez disparaître les moments d’excitation qui suivent la prise de sucre raffiné et les coups de pompe qui surviennent presque immanquablement une à deux heures après.

Vous disposerez d’une énergie constante et sans à-coups. Vous rejoindrez alors les rangs de ces consommateurs avisés qui ne laissent plus les industries alimentaires, au nom du profit économique, ruiner leur santé.

Les sucres cachés

La plus grande partie du sucre que nous consommons se présente sous une forme vicieuse. Le sucre blanc et raffiné est caché dans les desserts, pâtisseries, biscuits, glaces, boissons mais aussi dans les desserts lactés, les conserves, les charcuteries, les plats préparés, etc....

Le saccharose fait partie des substances à calories vides, riches en calories, mais pauvres et même dénuées complètement de vitamines, minéraux et oligo-éléments. Le saccharose consomme des minéraux de l’organisme pour son métabolisme, sans en apporter, d’où son effet déminéralisant.

La première prévention de l’ostéoporose et de la carie dentaire est la suppression pure et simple du sucre blanc raffiné, tant visible que caché.

D’autres sucres sont utilisés dans l’industrie alimentaire :

  • Le maltose
  • le lactose,
  • Le lévulose,
  • Le fructose,
  • Le mannose
  • Le xylose,
  • Les dextrines,
  • Le malt d’orge,
  • Les sirops de blé,
  • Les sirops de maïs,

Les faux sucres,

  • « Aspartam » (encore plus toxique que le sucre raffiné),
  • Le sorbitol,
  • Le Xylitol (dans les chewing-gums)

Le rôle immunodépresseur du Sucre

Le sucre provoque notamment des désordres hormonaux, voire l’épuisement des glandes, y compris les surrénales et la thyroïde. Il diminue également l’efficacité des globules blancs et le système immunitaire en général. On peut dire qu’il est, à terme, IMMUNODÉPRESSEUR.

Chez certains sujets, on peut même parler d’une intolérance, voire d’une allergie.

Une véritable dépendance

Consommer du sucre donne souvent une sensation d’euphorie, sensation bien agréable du manque comblé. On retrouve là la notion bien connue de dépendance. Combler mon manque devient ma principale préoccupation. Nous comblons le vide de notre existence en mangeant des biscuits, des bonbons, du chocolat, etc.

Nous ne savons pas si c’est le « sucrisme » qui entraîne une dépendance ou un état de dépendance qui entraîne une « sucromanie », laquelle est susceptible de se déplacer vers d’autres dépendances (tabagisme, toxicomanies, alcoolomanie, etc.) Cette dépendance pouvant être psychologique mais aussi physique.

Conclusion

Les maladies et les troubles de la santé liés à la consommation de sucre sont malheureusement en constante augmentation :

  • Diabète,
  • hypoglycémie,
  • troubles hormonaux,
  • troubles de l’immunité,
  • polytoxicomanie,
  • troubles mentaux,
  • consommation de médicaments psychotropes,
  • ostéoporose,
  • déminéralisation,
  • Reflux gastrique,
  • obésité,
  • cholestérol,
  • athérosclérose
  • certains cancers (n'oublions pas en effet que le SUCRE nourrit le CANCER)

Les effets néfastes du sucre ne s’arrêtent pas au diabète, syndrome métabolique, à l’hyper-ou hypoglycémie, au reflux gastrique et aux maladies cardiaques. Le sucre et le cancer forment une étreinte mortelle, et pourtant les oncologues ne parviennent pas souvent à faire le nécessaire pour empêcher les patients de nourrir leurs cancers par une alimentation sucrée.

Cette liste n’est pas exhaustive, elle reprend les principales pathologies liées bien souvent avec la consommation de ce produit.

Les peuples qui consomment le plus de sucre (États-Unis, Canada, Angleterre, etc....) sont aussi ceux le plus atteints par les maladies précitées.

Ne conviendrait-il pas alors de rajouter le SUCRE BLANC à la liste des drogues de toutes sortes, tabac, alcool, cocaïne, héroïne, morphine, psychotropes ...!!  Certainement oui !

Laure POULIQUEN

Sources biographiques :
Dr Christian Tal Schaller, « Institut de Santé Globale »
« Biocontact » novembre 1997
« Le sucre, cet ami qui vous veut du mal » de William Dufty
« Le Mal du Sucre » de Danièle Starenkyj

+ Ci-dessous complément du 30 janvier 2015Diabète : les dangers du fructose (source LeMonde.fr)

Diabète : les dangers du fructose

Comment résister à l’invitation de ce vieux slogan publicitaire ? Tout sucre, tout miel, les industriels de l’alimentation adoucissent notre quotidien. Aliments transformés, conserves, sodas et même jus de fruit, ils y sont tous passés. Depuis des années, des sucres – essentiellement du fructose – ont été ajoutés à ce que nous consommons. Il faut dire que le fructose avait tout pour plaire.

Naturellement présent dans les fruits ou le miel (mais à de faibles concentrations), il donne un goût sucré plus prononcé, à quantité égale, que le saccharose, notre bon sucre en morceaux ou en poudre composé à parts égales de glucose et de fructose. Mieux : avec lui, les aliments transformés sont plus stables et ceux que l’on cuit prennent une jolie couleur brune plus accentuée. Ce n’est pas tout : le fructose accroît l’appétit, car il diminue la sensation de satiété.

Peu onéreux, il est donc un produit rêvé pour un industriel : plus vous en mangez et plus vous mangerez. D’où le succès d’une forme particulièrement concentrée : le sirop de maïs à haute teneur en fructose, mis au point dans les années 1960 pour remplacer le saccharose et utilisé à partir des années 1980 par l’industrie alimentaire.

Elle a surfé sur cette idée, facilement acceptable par le public, que le sucre est un aliment naturel et un apport essentiel d’énergie. Le sucré est l’une des saveurs élémentaires que nous savons reconnaître avec le salé, l’acide et l’amer. Année après année, notre goût a ainsi été façonné par un arôme sucré de plus en plus accentué. Une méthode de marketing qui n’est pas sans rappeler celle de l’industrie du tabac, qui a tout fait pour rendre plus addictifs les produits qu’elle vendait.

Modifications métaboliques

Dans cette escalade, la France est encore loin de connaître les niveaux de consommation atteints aux Etats-Unis, où un individu absorbe 25 kilos de fructose par an (contre 0,5 kilo en France). Il n’y aurait là pas de quoi s’inquiéter si ces apports en fructose n’avaient pas des conséquences néfastes. Les preuves scientifiques se sont accumulées ces dernières années. Dans les recommandations qu’elle a publiées au début de cette année, l’Organisation mondiale de la santé rappelle le lien entre les glucides simples ajoutés à l’alimentation et la prise de poids et l’obésité.

La consommation excessive de fructose entraîne des modifications métaboliques. Elle fait le lit du diabète de type 2, une maladie dont l’accroissement – plus de 380 millions de personnes atteintes dans le monde – a pris des proportions épidémiques. Chaque année, plus de 5 millions de décès sur la planète sont dus au diabète, qui, avec l’obésité et la sédentarité, est un facteur de risque cardio-vasculaire. Loin d’être l’apanage des pays riches, le mal a gagné les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Il est urgent de limiter cette ingestion injustifiée de fructose. Cela commence par un étiquetage des aliments préparés et des boissons, fournissant aux consommateurs l’information nécessaire. Il ne suffit pas de connaître la teneur en glucides, comme l’impose la réglementation européenne, mais aussi le type de sucres.

Doivent ensuite venir d’indispensables campagnes visant à réduire l’apport calorique sous forme de ces sucres-là, au bénéfice de ceux naturellement contenus dans les fruits et légumes. Du sucre, oui, mais pas n’importe lequel.

Carence ou excès en fer et leurs conséquences

Carence ou excès en fer et leurs conséquences

CARENCE OU EXCÈS EN FER ET LEURS CONSÉQUENCES

le fer héminique, d’origine animale et le fer non héminique qui se trouve dans les végétaux. Indispensable à l’organisme, cet oligo-élément est caractérisé par de nombreuses propriétés. constituant important de l’hémoglobine et d’enzymes, il intervient dans l’oxygénation du corps avec un rôle important dans le transport de l’oxygène au niveau des globules rouges du sang et dans diverses réactions métaboliques.

 Les SymptômesPrécisions
1FATIGUE PHYSIQUE (asthénie marquée)
  • Essoufflement à l’effort
  • Fatigue matinale se prolongeant dans la journée
  • Nuits longues, et pourtant peu réparatrices
  • Vertiges
  • Troubles de la libido
2FATIGUES NERVEUSES et LASSITUDE                                    
  • Pouvant entraîner crises d’angoisse, dépression, anorexie…
3TROUBLES DIGESTIFS RÉGULIERS
  • gastrite, inflammations, sensibilité au gluten, diarrhées chroniques.
4SENSIBILITÉ AUX MALADIES INFECTIEUSES  
  • Angines, otites, rhinites, Bronchites…
  • Candida albicans, mycoses…
5SENSIBILITÉ AU FROID
  • Frilosité chronique, extrémités froides.
  • Mauvaise circulation veineuse.
  • Troubles de la vision (fatigue, dégénérescence…)
6DOULEURS MUSCULAIRES - CRAMPES
  • souvent associées à une carence en magnésium
7CHUTE  DE CHEVEUX ONGLE MOUS, CASSANTS, STRIES
  • Chute prolongée et inhabituelle
8SYMPTÔMES DIVERS
  • Pâleur du teint non génétique.
  • Saignements fréquents du nez  (enfants notamment)
  • Fendillements des commissures des lèvres
  • Sécheresse excessive de la peau (certains types d’acnés récidivantes )
9PICA
  •  Voir ci-contre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pica est un trouble du comportement qui consiste en une envie irrépressible, incontrôlable d’ingérer des substances diverses comestibles ou non.

  • Géophagie pour la terre, l’argile
  • Pagophagie pour des glaçons
  • Rysophagie pour du riz (souvent cru)
  • Amylophagie pour le blé et l’amidon
  • Lithophagie pour les pierres
  • Ce peut être aussi des gommes, grains de café, chocolat ou cornichons.

Le pica est très fréquent dans les pays sous-développés. Mais aussi aux Etats-Unis, où  l’on a noté que plus de la moitié des patients atteints de carence martiale avait un pica.

Le pica est bien un symptôme d’une carence prononcée en fer. En effet, on note sa disparition totale avec un traitement de fer efficace. Le pica récidivera avec une nouvelle carence. On n’en a pas d’explication médicale, mais les faits sont têtus…

Ce trouble alimentaire comportemental est donc considéré comme secondaire à une carence martiale (donc une forte carence en fer). Et nous savons maintenant que la carence martiale peut entraîner des altérations des capacités cognitives et donc du comportement, par des atteintes des neurotransmetteurs dopaminergiques. Il est d’ailleurs reconnu que des carences martiales prolongées entraîneraient souvent un retard du développement intellectuel.

Le fait que le pica soit moins connu en Europe pourrait venir du fait que le trouble alimentaire consistant à manger en permanence pain, chocolat, cornichons, par exemple ne sera pas pris en compte comme un trouble alimentaire symptomatique, mais comme une simple nervosité, au même tire que fumer, ou boire.

Par contre, dans les pays plus pauvres, ingérer de la terre, des glaçons ou du riz non cuit (en fait par défaut d’autre nourriture) sera évidemment considéré comme un trouble psychologique.

Il serait donc intéressant d’étudier plus attentivement les troubles comportementaux alimentaires des populations à risque de forte carence en fer dans les pays occidentaux. Surtout que ces comportements ne sont pas avoués spontanément par les patients.

En tous les cas, pica et carence martiale sont associés. Donc un pica peut constituer un moyen simple de dépister une carence en fer prononcée. Et dans le cas d’une anémie, un pica indiquera une origine ferritive.

Le fer est un oligo-élément qui se présente dans les aliments sous deux formes différentes :

le fer héminique, d’origine animale et le fer non héminique qui se trouve dans les végétaux. Indispensable à l’organisme, cet oligo-élément est caractérisé par de nombreuses propriétés. constituant important de l’hémoglobine et d’enzymes, il intervient dans l’oxygénation du corps avec un rôle important dans le transport de l’oxygène au niveau des globules rouges du sang et dans diverses réactions métaboliques.

Le fer est un élément vital pour le corps ; il tient une place importante dans le bon fonctionnement de l’organisme. Un déficit ou une carence en fer peut avoir de nombreuses conséquences sur la santé, parmi celles-ci on peut noter une baisse d’hémoglobine et une anémie.

Sources alimentaires

Le fer héminique est répandu dans les aliments d’origine animale. Cet oligo-élément est présent dans les viandes, notamment la viande de bœuf et les viandes rouges. Les poissons, les abats, les boudins, les charcuteries, les crustacés, les mollusques, en sont particulièrement riches.

Le fer non héminique se trouve dans les produits d’origine végétale, les céréales, les œufs, les légumes secs, les fruits.

Rôle dans l’organisme

Le fer est un oligo-élément qui entre dans la composition de l’hémoglobine des globules rouges. Utile aux échanges gazeux, l’hémoglobine est un composant protéique qui transporte l’oxygène à travers l’organisme. Le fer qui indispensable à la synthèse de l’hémoglobine, permet au sang de véhiculer l’oxygène.

Aussi, le fer intervient dans la constitution de la myoglobine qui est un réservoir d’oxygène contenu dans les muscles. Il occupe une place importante dans de nombreuses réactions enzymatiques nécessaires à la respiration des cellules. Il est, également, impliqué comme composant de nombreuses enzymes et dans la formation des cellules et des hormones. Le fer joue un rôle essentiel dans le fonctionnement normal du système immunitaire et dans de nombreuses réactions métaboliques.

Besoins en fer

Les besoins en fer de l’organisme varient en fonction de l’activité physique et de l’âge. Avec la perte du fer par la sueur, ces besoins sont élevés chez les sportifs. Ils sont plus importants pendant la croissance, chez les enfants et chez les adolescents. Au cours de l’adolescence, ce besoin est accru à cause de l’augmentation de la masse musculaire. En cas de règles abondantes, les besoins en fer sont plus importants chez les femmes en âge de procréer. Aussi, les situations marquées par une perte de sang (accident ou opération chirurgicale) accroissent les besoins ferriques.

FER_CARENCE_OU_EXCÈS

FER_CARENCE_OU_EXCÈS

Conséquences d’une carence en fer

Un apport ferrique alimentaire insuffisant limite la livraison de l’oxygène aux cellules et peut être à l’origine d’une baisse de l’hémoglobine. Ainsi, une carence en fer peut se manifester par divers signes cliniques : une fatigue extrême, une sécheresse de la peau, une pâleur du teint, des troubles de la régulation de la température du corps, un essoufflement à l’effort. Elle peut également conduire à des anomalies au niveau des globules rouges et à une anémie dite ferriprive.

Le déficit peut causer une réduction des capacités intellectuelles, une somnolence, une fragilisation du système immunitaire, une moindre résistance aux infections. Les régimes amaigrissants et le régime végétarien peuvent induire une carence en fer.

Le fer est essentiel à la vie, mais si certains en ont trop, d’autres en manquent. Les symptômes de carence ou d’excès, souvent discrets au début, sont à prendre au sérieux, car, dans les deux cas, le fonctionnement de l’organisme est perturbé.

L‘hémochromatose est la plus fréquente des maladies génétiques en France :

Une personne sur 300 en est ­atteinte (soit 200 000 individus). Elle est liée à la mutation du gène Hfe du chromosome 6, laquelle provoque un déficit en hepcidine, une protéine impliquée dans le contrôle de l’absorption intestinale du fer. Il en résulte une quantité excessive (jusqu’à cinq fois supérieure à la normale) de celui-ci dans le corps. « Le fer, à partir de 5 à 6 grammes dans le sang, devient toxique pour l’organisme. Il va détruire au fil du temps les organes ­importants comme le foie, le pancréas, le cœur, mais aussi les articulations », explique le Pr Henri Michel, président de l’Association ­Hémochromatose France.

Mieux dépister l’hémochromatose

Grande fatigue, douleurs articulaires, notamment au niveau des doigts, troubles de l’érection, aménorrhée, tachycardie… Ces premiers symptômes passent souvent inaperçus chez les professionnels de la santé. « De même, lorsque la maladie progresse, l’excès de fer détruit les îlots de Langerhans, producteurs d’insuline. Mais l’apparition d’un diabète de type 2 est souvent mise sur ­le compte de l’âge, de la sédentarité et du surpoids, explique le Pr Michel. C’est ainsi que beaucoup de malades sont soupçonnés d’être alcooliques, alors que c’est l’excès de fer qui a provoqué leur ­cirrhose du foie. »

On estime ainsi que 60 000 personnes, en France, ignorent qu’elles sont atteintes d’hémochromatose.

Le Pr Henri Michel milite pour un dépistage précoce de la maladie, avant l’âge de 35 ans, lorsque les dégâts sur l’organisme ne sont pas encore irréversibles et peuvent facilement être traités. D’autant qu’une simple prise de sang suffit : on dose la ferritine, une protéine responsable du stockage du fer, et le coefficient de saturation de la transferrine. En cas de résultats anormaux, on recherche la présence de l’anomalie génétique pour confirmer le diagnostic.

Aujourd’hui, les personnes souffrant d’hémochromatose sont traitées par saignées afin de diminuer la quantité de globules rouges riches en fer. Le traitement d’attaque dépend du surplus en fer. Pour 5 grammes, il faut pratiquer 24 saignées. La maladie continuant à évoluer, une saignée d’entretien est nécessaire tous les deux à quatre mois afin de maintenir un taux normal dans l’organisme.

La prise en charge de l’hémochromatose devient plus difficile lorsque le patient est plus âgé, avec parfois 40 grammes de fer en excès : 160 saignées de 400 à 500 ml, soit deux ans et demi de traitement, sont alors nécessaires. Mais il faut aussi traiter les problèmes de santé annexes (diabète, insuffisance cardiaque, douleurs articulaires). On estime que 2 000 personnes meurent chaque année d’hémochromatose faute d’avoir pu être diagnostiquées et traitées à temps.

Un quart des femmes carencées

Lorsque les besoins en fer ne sont pas satisfaits, la carence peut entraîner une anémie : le taux d’hémoglobine sanguin est fortement diminué, et le sang ne peut plus correctement transporter la quantité d’oxygène nécessaire aux ­tissus. Du coup, on se sent fatigué, le teint est pâle, la tension artérielle baisse, on est essoufflé à ­l’effort, vulnérable aux infections, on éprouve des difficultés à se concentrer ou à être attentif. Selon l’enquête SuViMax, réalisée en France auprès de 14 000 personnes, près d’un quart des femmes âgées de 35 à 50 ans ont une carence en fer et 4,4 % souffrent d’anémie. En effet, certaines peinent à compenser par l’alimentation les pertes de fer liées aux règles lorsqu’elles sont abondantes, par exemple chez les femmes portant un stérilet. Le bon réflexe est de consulter son médecin traitant, lequel pourra confirmer le diagnostic par un dosage de la ferritine et de l’hémoglobine dans le sang afin d’évaluer les réserves de fer dans les cellules.

 

Les aliments riches en fer

Notre organisme ne produit pas du fer, c’est pourquoi le médecin peut conseiller de manger de la viande rouge, du boudin noir ou du foie, qui en contiennent beaucoup. On en trouve également, mais en quantité moindre, dans les huîtres, le poisson, les céréales complètes et les légumineuses. On peut aussi augmenter sa consommation de vitamine C, car elle facilite l’assimilation du fer par l’organisme.

Si nécessaire, une supplémentation est prescrite pour reconstituer les réserves de fer. Attention à ne pas prendre des compléments alimentaires en automédication, pour ne pas tomber dans l’excès inverse. Le médecin vérifiera que l’anémie n’est pas liée à des saignements gastro-intestinaux (ulcère, polypes intestinaux), à la destruction des globules rouges (maladies de la moelle osseuse) ou à une mauvaise absorption du fer par les intestins à cause de la maladie de Crohn, d’une ­rectocolite hémorragique ou d’une intolérance au gluten.

 Les besoins journaliers

Le fer, après avoir été absorbé par l’intestin, est transporté par la transferrine jusque dans la moelle osseuse où il entre dans la composition de l’hémoglobine des globules rouges, qui acheminent l’oxygène des poumons vers les cellules. Les besoins quotidiens varient selon l’âge et le sexe :

- Enfants à partir de 1 an :
7 à 10 mg.
- Ados de 14 à 18 ans :
garçons, 11 mg ; filles, 15 mg.
- Femmes en âge de procréer :
de 16 à 20 mg.
- Femmes enceintes et allaitantes :
de 20 à 22 mg.
- Hommes à partir de 18 ans :
8 mg.
- Femmes après 50 ans :
8 mg.

close

Partagez

luctus elit. at ultricies velit, neque.
Étiquette : Système immunitaire