80 pour cent des médicaments sur le marché ne servent à rien

80 pour cent des médicaments sur le marché ne servent à rien

 Entretien avec Pr Philippe Even, médecin pneumologue français, Professeur émérite à l’université Paris Descartes, président de l’Institut Necker, membre de l’Association Internationale pour une Médecine Scientifique, Indépendante et Bienveillante.

© Prévention Santé, Deborah Donnier
 http://www.prevention-sante.eu

Pour citer cet article : LAURE POULIQUEN, "80 pour cent des médicaments sur le marché ne servent à rien," in Laure Pouliquen Officiel, 11/04/2017, https://laurepouliquen.fr/80-pour-cent-des-medicaments-sur-le-marche-ne-servent-a-rien/.
Secrets de Longévité

Secrets de Longévité

Épargnés par le cancer, le diabète et Alzheimer, des hommes et des femmes de petite taille intriguent les chercheurs qui tentent de repousser les maladies survenant avec l’âge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une captivante enquête sur les mécanismes du vieillissement par les réalisateurs de Mâles en péril.Dans une vallée reculée du sud de l’Équateur, le docteur Jaime Guevara rencontre un jour une population d’hommes et de femmes de petite taille, 1 mètre 20 en moyenne, et observe qu’ils n’ont ni le diabète ni le cancer. Il publie ses observations mais personne ne le croit… Valter Longo, lui, dirige des recherches sur le vieillissement à l’université de Los Angeles.

Son but : repousser les limites de la longévité.

Il étudie notamment une levure qui vit dix fois plus longtemps que la normale. Rapporté à l’homme, cela équivaudrait à huit cent années supplémentaires… Les routes de ces deux hommes vont se croiser – c’est le début d’une grande aventure scientifique.

Par quels mécanismes les petits hommes équatoriens sont-ils protégés de certains maux ? De Quito à Los Angeles, en passant par Tel-Aviv, le film suit pas à pas le cheminement d’une recherche révolutionnaire pour la compréhension et la prévention de maladies comme le cancer. Et dessine en pointillé les voies pour vivre en bonne santé… le plus longtemps possible.
Réalisateurs : Sylvie Gilman, Thierry De Lestrade, Producteurs : VIA DÉCOUVERTES, ARTE FRANCE

Pour citer cet article : LAURE POULIQUEN, "Secrets de Longévité," in Laure Pouliquen Officiel, 06/04/2017, https://laurepouliquen.fr/secrets-de-longevite/.

Au-delà de nos limites biologiques, Entretien avec Miroslav Radman

Au-delà de nos limites biologiques, Entretien avec Miroslav Radman

Rêve ou cauchemar ? Depuis deux siècles, nous gagnons chaque année trois mois d’espérance de vie. Dans un avenir plus proche qu’on ne l’imagine, nous pourrons vivre cinquante, cent ans de plus. Discrètement, une équipe de chercheurs français a découvert les secrets de la longévité. Pour la première fois, celui qui la dirige nous raconte l’histoire de cette découverte qui va révolutionner l’humanité et relancer l’espoir de vaincre enfin le CANCER.

Miroslav Radman est l’un des papes de la biologie moléculaire, l’un des plus grands explorateurs des mécanismes de la réparation de l’ADN.

Professeur de biologie cellulaire à la faculté de médecine de l’université René-Descartes, membre depuis 2002 de l’Académie des sciences, grand prix Inserm 2003 de la recherche médicale, récompensé par une douzaine de prix scientifiques dont le prix européen FEMS André Lwoff 2011 pour ses contributions exceptionnelles en microbiologie, donnant des conférences dans le monde entier, publiant dans les plus grandes revues scientifiques internationales, ce Franco-Croate de 70 ans dirige également, à Split, un institut international des sciences de la vie. Vivre jusqu’à 150 ans en pleine forme, c’est ce que propose le chercheur Miroslav Radman. Fils d’un pêcheur croate, ce biologiste de 67 ans est convaincu qu’il est possible de prolonger la vie humaine en bonne santé, bien au-delà de ce qui est imaginable aujourd’hui. Souvent présenté comme un Christophe Colomb de la science, Miroslav Radman cherche là où les autres ne sont pas, et trouve sans savoir exactement ce qu’il cherche.

Pour lui la recherche scientifique relève d’une démarche artistique caractérisée par la créativité et la liberté d’esprit. Ayant découvert à 23 ans les principes de la mutagenèse, il en déduit quelques années plus tard une théorie sur le système de réparation de l’ADN, aujourd’hui dans tous les livres de biologie… A la recherche du secret de l’immortalité, il se passionne aujourd’hui pour l’étude des organismes ultra résistants dont une étrange bactérie : Deinococcus radiodurans, la bactérie du corned-beef, découverte en 1956 dans des conserves de viande stérilisées à coups de rayons gamma. Depuis que cette bactérie l’a mis sur le chemin d’un éventuel élixir de jouvence pour l’homme, le chercheur sollicite toutes les instances nationales et européennes de la recherche afin de trouver des financements pour poursuivre ses travaux. De l’Institut Necker où se trouve son laboratoire au Jardin des Plantes à Paris, Miroslav Radman nous invite à mieux comprendre ce projet à la fois fou et très sérieux :

« J’étudie comment la vie résiste aux changements en changeant elle-même, et cela concerne le vieillissement, le cancer, l’évolution des espèces » Miroslav Radman.

Production : Lucie Sarfaty

Pour citer cet article : LAURE POULIQUEN, "Au-delà de nos limites biologiques, Entretien avec Miroslav Radman," in Laure Pouliquen Officiel, 31/01/2017, https://laurepouliquen.fr/au-dela-de-nos-limites-biologiques-entretien-avec-miroslav-radman/.

 

Sucre : comment l’industrie vous rend accros

Sucre : comment l’industrie vous rend accros

Ingrédient de plaisir, le sucre est présent dans une foule d’aliments consommés quotidiennement.

Mais aujourd’hui, il est également associé à un problème de santé publique. Alors qu’une augmentation inquiétante du diabète et de l’obésité est observée, de nombreux spécialistes pointent du doigt les excès de sucre.

Mais pourquoi sa consommation continue-t-elle de croître, malgré les messages de santé ?

Comment l’industrie agro-alimentaire parvient-elle à rendre les consommateurs dépendants à substance qu’il faudrait pourtant consommer avec modération ?

Et que penser des édulcorants, naturels ou chimiques, utilisés dans les produits «minceur» ?

«Cash investigation» mène l’enquête sur les enjeux économiques de cette question de santé publique.
Elise Lucet, France 2

Le recul de la mort – l’immortalité à brève échéance ?

Le recul de la mort – l’immortalité à brève échéance ?

Le recul de la mort – l’immortalité à brève échéance ?

Filmé à TEDx Paris le 6 octobre 2012 à l’Olympia. Chirurgien et urologue de formation, Laurent Alexandre est également diplômé de Science Po, d’HEC et de l’ENA. Hyperactif et pionnier d’internet, ce coureur de marathon est le co-fondateur, dans les années 90, de Doctissimo.fr.

Auteur en 2011 d’un essai intitulé « La mort de la mort », il s’intéresse aujourd’hui aux bouleversements que va connaître l’humanité conjointement aux progrès de la science en biotechnologie.

Pour citer cet article : LAURE POULIQUEN, "Le recul de la mort – l’immortalité à brève échéance ?," in Laure Pouliquen Officiel, 02/11/2016, https://laurepouliquen.fr/le-recul-de-la-mort-limmortalite-a-breve-echeance/.
Neurobiologie de l’Addiction par Jean-Pol Tassin, Neurobiologiste

Neurobiologie de l’Addiction par Jean-Pol Tassin, Neurobiologiste

VIDÉO : JEAN-POL TASSIN: L’ADDICTION VUE DE L’INTÉRIEUR DU CERVEAU
UNE CONFÉRENCE DU NEUROBIOLOGISTE FRANÇAIS, DONNÉE AUX «ERNEST» ORGANISÉS PAR NORMALE SUP’, CETTE CONFÉRENCE A ÉTÉ DONNÉE À PARIS LE 13 FÉVRIER 2010

VIDÉO : Jean-Pol Tassin: l’addiction vue de l’intérieur du cerveau

Arrêter de fumer ? Ne comptez pas sur les patchs à la nicotine !

Par  neurobiologiste
Les patchs et les gommes à la nicotine seraient inutiles pour arrêter de fumer.
Rien de plus logique pour le professeur Jean-Pol Tassin, qui explique depuis plusieurs années que la nicotine, à elle seule, ne rend pas dépendant et que tous ces substituts de la cigarette n’en sont donc pas. Plongez avec lui dans la chimie du tabac.

85% des personnes qui arrêtent de fumer avec des gommes ou des patchs à la nicotine vont rechuter. Avec un placebo, le pourcentage monte à 90%. La différence est donc minime et prouve bien l’inefficacité des patchs nicotiniques. Les résultats de la dernière étude américaine ne font que confirmer ce phénomène.

 On sait depuis quelque temps que la nicotine n’est pas le facteur unique de l’addiction tabagique. Il existe plus de 3000 composés dans la chimie du tabac, dont certains sont présents naturellement ou ajoutés ; c’est le cas des sucres. Théoriquement, ces sucres servent à adoucir la fumée et à donner du goût. Mais leur véritable objectif pourrait être tout autre.Ces sucres sont en effet importants dans le développement du phénomène d’addiction. Quand ils se décomposent, par l’action de la chaleur, ils fabriquent des aldéhydes, qui sont des inhibiteurs des monoamines oxydases, des enzymes qui dégradent les neuromodulateurs dont la tâche est de transmettre l’information dans le cerveau.

Quand on observe le cerveau des fumeurs, on constate que l’activité de ces enzymes baisse de 40%. Bloquer ces enzymes augmente la quantité de neuromodulateurs. Or, pour que la nicotine soit addictive, il faut que la quantité de certains neuromodulateurs soit plus élevée que la normale.Seule, sans tabac, la nicotine active la noradrénaline, qui est chargée de traiter les événements extérieurs. Ce neuromodulateur agit en temps normal de manière couplée avec la sérotonine, dont le rôle est de protéger des événements extérieurs. Or la nicotine bloque l’action de la sérotonine. Sous l’effet de la nicotine, la noradrénaline est donc activée, mais comme la sérotonine est stoppée, le système se grippe. On peut donc dire que la nicotine active la noradrénaline mais serre les freins de la sérotonine.

 C’est là qu’interviennent les sucres : ils empêchent la nicotine de serrer les freins de la sérotonine en augmentant sa quantité et mettent ainsi en marche le système noradrénaline-sérotonine. Le « miracle » du tabac, c’est que la cigarette contient à la fois le produit addictif, la nicotine, et ceux qui lui permettent d’être actif, les inhibiteurs des monoamines oxydases. Toutes les drogues qui entraînent une dépendance activent au niveau moléculaire ce système.

Visuels choc sur les paquets de cigarettes américains,
Visuels choc sur les paquets de cigarettes américains,  « Les cigarettes rendent accro », le 10 novembre 2010 (R.B.LEVINE/SIPA)L’addiction viendrait du fait que les drogues provoquent un découplage entre la noradrénaline et la sérotonine. Chez le toxicomane en manque, les deux systèmes ne fonctionnent plus en harmonie, ce qui provoque un malaise. Reprendre du produit, c’est réactiver l’ensemble noradrénaline-sérotonine et soulager ce manque.

C’est pour cela que les fumeurs vont en quelque sorte s’auto-médiquer et se retourner vers la cigarette, d’autant plus que le tabac est un des produits les plus addictogènes qui soit : 28% des gens qui ont fumé vont devenir dépendants (contre 15% pour la cocaïne).Et ça ne dépend pas de la quantité de nicotine absorbée, mais bien plutôt de la vulnérabilité de l’individu[1]. La sensation de manque est en effet un phénomène psychique qui s’appuie sur le processus physiologique que je viens de décrire. Le malaise dû au découplage du couple noradrénaline et sérotonine n’apparaît que lorsqu’il y a perception et  traitement – éventuellement inconscient – de l’environnement. On ne ressent d’ailleurs pas le manque lorsque l’on dort.Vous l’aurez compris : ce n’est donc pas la nicotine à elle seule qui crée l’addiction et l’effet de manque.

C’est pourquoi tout substitut tabagique efficace ne peut être constitué de la seule nicotine, mais doit être allié à un produit qui débloque la sérotonine, afin d’éviter la souffrance liée au découplage.

Pourquoi alors les patchs semblent-ils fonctionner sur le court terme ?

Simplement parce ce que, lorsqu’on a fumé pendant longtemps, les inhibiteurs des monoamines oxydases, ces enzymes qui empêchent la nicotine d’agir en maintenant les neuromodulateurs à un niveau faible, restent présents dans l’organisme pendant quinze jours à trois semaines. Pendant ce temps, la nicotine du patch peut agir sur le cerveau comme lorsque le patient fumait !

Petit à petit, le corps va se libérer de ces substances accumulées qui inhibaient les monoamines oxydases. Et ce n’est pas sans raison que la première vague de rechute avec « substitut nicotinique » se situe 15-20 jours après la dernière cigarette.

Sur le long terme, s’il existe une différence minime entre patchs et placebo, elle pourrait s’expliquer par la motivation. Les gens qui prennent des gommes pourraient être en plus grande souffrance. Quant à ceux qui continuent à mâcher des gommes même s’ils ont arrêté de fumer depuis bien longtemps, c’est vraisemblablement parce que ce sont des excitants qui augmentent l’attention et les capacités intellectuelles.Il est important que les personnes qui souhaitent arrêter de fumer soient au courant et ne culpabilisent pas si elles ne parviennent pas, même avec l’aide d’un patch ou d’une gomme, à arrêter la cigarette. 

A SAVOIR : [1] 75% des gros fumeurs sont anxio-dépressifs et utilisent le tabac comme une automédication pour supporter leurs malaises psychiques.

Propos recueillis par Daphnée Leportois
Dérives nutritionnelles Robert Masson Interview 1ère partie

Dérives nutritionnelles Robert Masson Interview 1ère partie

Les différentes modes et pratiques alimentaires et leur dérives : Véganisme, Crudivorisme, Végétalisme, Végétarisme, etc.

Liste des sujets abordés :
1) 00h00m : Intro.
2) 00h01m27s : Présentation de Robert Masson.
3) 00h07m33s : Recrudescence de la mode végétarien, végétalien.
4) 00h10m31s : Un point sur les différentes méthodes alimentaires.
5) 00h21m14s : Différence entre les régimes Végétarien et Végétalien – Le cas des végétariens.
6) 00h25m25s : Différence entre les régimes Végétarien et Végétalien – Le cas des végétaliens.
6A) 00h25m35s : Végétalisme : Réalité biologique ou vue de l’esprit ?
6B) 00h32m55s : Protéine végétale Vs Protéines animales.
6C) 00h37m44s : La théorie des partisans de l’alimentation végétale.
6D) 00h41m18s : Droit de réponse.
6E) 00h42m09s : Un végétalien sincère : Albert Mosseri.
6F) 00h42m47s : B12.
6G) 00h45m21s : Un ami phytothérapeute.
6H) 00h47m40s : Le père de l’alimentation spécifique et naturelle.
6I) 00h48m34s : Les végétaliens Sincères.
6J) 00h49m08s : Retour B12.
6K) 00h49m33s : Acidité Vs Alcalinité.
6L) 00h58m21s : La Digestion de la viande.
6M) 01h01m40s : Qu’est-ce qui putréfie dans le colon ?
6N) 01h03m13s : La putréfaction.
7) 01h05m10s : Acidification de l’organisme.
8) 01h08m01s : Le Ph de la cellule.
9) 01h12m16s : Acidité stomacale.
10) 01h11m04s : Les émonctoires.
11) 01h13m12s : Livre : Dérives nutritionnelles et comportement suicidaire.
12) 01h14m14s : Livre : La Naturopathie foudroyée.
13) 01h17m21s : Générique de Fin de la première partie.
14) 01h17m : Fin de la première partie.

Page 1 sur 212

Pin It on Pinterest

Shares